Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 janvier 2009 1 05 /01 /janvier /2009 11:14

 

Joseph présente ses frères à Pharaon (psautier de Saint Louis)

http://galatea.univ-tlse2.fr/pictura/UtpicturaServeur/GenerateurNotice.php?numnotice=A1170


Joseph et la crise

 

Je travaille dans un atelier de sémiotique sur l’histoire de Joseph, dans l’Ancien Testament. Or j’ai découvert avec stupeur un texte que la Bible de Jérusalem intitule « La politique agraire de Joseph ». Jusqu’ici Joseph m’était apparu comme la figure même du Juste : jalousé par ses frères et vendu par eux à des marchands madianites, il devint, grâce à son art d’interpréter les songes, le second personnage de l’Égypte, après le Pharaon. Ayant prévu la succession de sept années de vaches grasses et sept années de vaches maigres, il avait su faire des réserves de blé suffisantes pendant la période faste pour aborder sereinement la période de disette. Mais comme l’argent avait fini par manquer, sous la pression de la faim, il avait réussi à acquérir, au profit de Pharaon, tous les troupeaux et les terrains des habitants affamés. Et c’est ainsi que ceux-ci durent finalement livrer leur propre personne pour devenir des serfs du Royaume. La boucle de l’asservissement était ainsi bouclée et la toute-puissance tyrannique du roi était aussi affirmée.

Pour moi ce texte pose deux types de questions :

 

-         Comment Joseph peut-il être honoré comme un gouverneur avisé alors qu’il asservit complètement le peuple ?

-         Ce texte, qui se présente comme une forme de structure en période de crise, n’est-il pas un avertissement pour nous aujourd’hui ? Si la monnaie et le système financier ne peuvent plus jouer leur rôle, ne courons-nous pas le risque de sombrer dans la tyrannie ? L’exemple du nazisme en lien avec la crise de 1929 ne devrait-il pas nous faire réfléchir ?

A la lecture du texte, chacun peut se poser encore d’autres questions et entrer dans une réflexion collective (au travers du blog de Mythes fondateurs) sur la crise actuelle, et contribuer à faire de nous des citoyens avisés.  

 

Gn 47:13- Il n'y avait pas de pain sur toute la terre, car la famine était devenue très dure et le pays d'Égypte et le pays de Canaan languissaient de faim. 

Gn 47:14- Joseph ramassa tout l'argent qui se trouvait au pays d'Égypte et au pays de Canaan en échange du grain qu'on achetait et il livra cet argent au palais de Pharaon.

Gn 47:15- Lorsque fut épuisé l'argent du pays d'Égypte et du pays de Canaan, tous les Égyptiens vinrent à Joseph en disant : Donne-nous du pain ! Pourquoi devrions-nous mourir sous tes yeux ? car  il n'y a plus d'argent. 

Gn 47:16- Alors Joseph leur dit : Livrez vos troupeaux et je vous donnerai du pain en échange de vos troupeaux, s'il n'y a plus d'argent. 

Gn 47:17- Ils amenèrent leurs troupeaux à Joseph et celui-ci leur donna du pain pour prix des chevaux, du petit et du gros bétail et des ânes; il les nourrit de pain, cette année-là, en échange de leurs troupeaux.

Gn 47:18- Lorsque fut écoulée cette année-là, ils revinrent vers lui l'année suivante et lui dirent : Nous ne pouvons le cacher à Monseigneur : vraiment l'argent est épuisé et les bestiaux sont déjà à Monseigneur, il ne reste à la disposition de Monseigneur que notre corps et notre terroir.

Gn 47:19- Pourquoi devrions-nous mourir sous tes yeux, nous et notre terroir ? Acquiers donc nos personnes et notre terroir pour du pain, et nous serons, avec notre terroir, les serfs de Pharaon. Mais donne-nous de quoi semer pour que nous restions en vie et ne mou

Gn 47:20- Ainsi Joseph acquit pour Pharaon tout le terroir d'Égypte, car les Égyptiens vendirent chacun son champ, tant les pressait la famine, et le pays passa aux mains de Pharaon. 

Gn 47:21- Quant aux gens, il les réduisit en servage, d'un bout à l'autre du territoire égyptien. 

Gn 47:22- Il n'y eut que le terroir des prêtres qu'il n'acquit pas, car les prêtres recevaient une rente de Pharaon et vivaient de la rente qu'ils recevaient de Pharaon. Aussi n'eurent-ils pas à vendre leur terroir.

Gn 47:23- Puis Joseph dit au peuple : Donc, je vous ai maintenant acquis pour Pharaon, avec votre terroir. Voici pour vous de la semence, pour ensemencer votre terroir. 

Gn 47:24- Mais, sur la récolte, vous devrez donner un cinquième à Pharaon, et les quatre autres parts seront à vous, pour la semence du champ, pour votre nourriture et celle de votre famille, pour la nourriture des personnes à votre charge. 

Gn 47:25- Ils répondirent : Tu nous as sauvé la vie ! Puissions-nous seulement trouver grâce aux yeux de Monseigneur, et nous serons les serfs de Pharaon. 

Gn 47:26- De cela, Joseph fit une règle, qui vaut encore aujourd'hui pour le terroir d'Égypte : on verse le cinquième à Pharaon. Seul le terroir des prêtres ne fut pas à Pharaon.

(Bible de Jérusalem)

 

Etienne Duval

Télécharger

Partager cet article

Repost0

commentaires

E
Je m'excuse : le schéma n'est pas très bien passé mais il est lisible. Il nous permet de voir que le symbolique qui va permettre de symboliser, c'est-à-dire de donner du sens dans l'optique de la constitution d'un sujet, est basé sur des strutures paradoxales. Ainsi vont favoriser la symbolisation :- La fécondité- ...- L'amour- La vérité- La Parole- Le dépassement- La place de l'autre- La libération- La reconnaissance...Vont aller dans le sens d'une désymboliation :- La stérilité- L'infantilité- L'envie- Le mensonge- Le meurtre- La régression- Egoïsme- La libération...Ainsi l'argent, s'il veut avoir une fonction de symbolisation, doit  respecter et instaurer la place de l'autre pour favoriser l'échange et le partage, ce qu'il ne fait pas aujourd'hui du fait de la spéculation...Personnellement j'oppose le symbolique à l'idéologie. Comme tu le sais, l'idéologie instaure une vision du monde en fonction de ma situation sociale, qu'elle cherche plus ou moins à permanentiser : ici le paradoxe disparaît ainsi que la perspective de la construction d'un sujet social et donc de l'édification d'une société juste...
Répondre
E
Pour éclairer la notion de symbolique, je vais te donner le schéma des structures symboliques que j'ai établi à propos des Mille et Une Nuits :<br /> Les structures symboliques dans les Mille et Une Nuits<br /> (Etienne Duval)<br />  <br /> <br /> <br /> <br /> <br />  <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> 8<br /> JUGEMENT / ÉQUITÉ<br />  <br /> Positif : Reconnaissance<br />  <br /> Négatif : Injustice<br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> 1<br /> FÉMININ / MASCULIN<br />  <br /> Positif : Fécondité<br /> Négatif : Stérilité<br /> __________________________<br /> SOUS-JACENT<br /> PERE-MERE / ENFANTS<br />  <br /> Positif : Adulte, homme, femme<br /> Négatif : Infantilité<br /> __________________________<br /> INTÉRIEUR / EXTÉRIEUR<br />  <br /> Positif : Extraverti/Intraverti<br /> Négatif : Manque d’intériorité ou d’ouverture sur l’extérieur<br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> 7<br /> LIBERTÉ / LIMITE<br />  <br /> Positif : Libération<br />  <br /> Négatif : Asservissement<br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> 2<br /> DÉSIR / MANQUE<br />  <br /> Positif : Amour<br />  <br /> Négatif : Envie<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> 9<br /> MISÉRICORDE / ABAISSE-MENT<br />  <br /> Positif : Gratification<br />  <br /> Négatif : Châtiment<br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> 6<br /> MOI / AUTRE<br />  <br /> Positif : Place de l’autre<br />  <br /> Négatif : Égoïsme<br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> 3<br /> DÉVOILEMENT / VOILE-MENT<br />  <br /> Positif : Vérité<br />  <br /> Négatif : Mensonge, dissimu-lation<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> 5<br /> EMOTIONS /  PAROLE<br />  <br /> Positif : Dépassement<br />  <br /> Négatif : Régression<br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> 4<br /> VIE / MORT<br />  <br /> Positif : Parole<br />  <br /> Négatif : Meurtre-Traumatisme<br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br /> <br />  
Répondre
G
Je ne sais si je contribue à faire avancer ta réflexion ! Mais la mienne avance. Tes dernières remarques m'aident à mieux penser le lien entre le réel et la symbolique, par l'intermédiaire du sens, que tu introduis dans l'affaire.<br /> Sous ton contrôle -et toujours schématiquement :<br /> C'est dans une situation réelle donnée , historique, caractérisée et analysable, que je cherche à donner un peu de sens à la vie qui est la mienne. Je puise, pour cela, dans le symbolique (un ensemble plus ou moins disparate, plus ou moins commun et plus ou moins stable de symboles, principes, valeurs, croyances ..). C'est par référence à tel ou tel symbole, que mes choix -ou non choix- dans les situations concrètes prennent sens à mes yeux , ou pour mes contemporains, voire pour la postérité ; c'est à dire qu'ils prennent une intelligibilité, éventuellement cohérente et parfois rationnelle.<br /> Ceci est élémentaire sans doute.<br /> Mais je me représente mieux, ainsi, le fonctionnement, l'emprise de l'idéologie. Beaucoup de nos choix, ou non-choix , sont déterminés par un arsenal symbolique et ,surtout, se font, plus ou moins, dans l'ignorance, délibérée ou non, des situations concrètes. Le Smicard de chez Renault devenu CRS -par nécessité -, peut cogner sans trop d'états d'âme, pour sauver l'Ordre social et la Nation (ignorant par quels mécanismes il a revêtu ce bel uniforme, et surtout quels mécanismes mettent ces manifestants dans la rue) ; le même ou tout autre, dans les djebels, cassait du fellagha sous les Plis Sacrés du Drapeau, ou au nom de la Force Principale des Armées (sans chercher à savoir ce qui conduit les fellaghas à se battre). Etc etc etc . Acceptés sans que soit fait le lien avec les situations concrètes, les symboles deviennent facilement des sortes d' absolus, indiscutables par nature et au sens propre, puis qu'on est dans l'absolu. Des idoles, comme tu dis. L'argent, par exemple. Et suffisent à donner cependant du sens.<br /> (Je me dis, en passant, qu'on ne doit pas être très loin -par antinomie- de ce qu'on appelle "l'incarnation" ? : un Absolu au plus intime du réel ? )<br /> On peut, inversement, comme ton jeune homme, trimer sans cesse et, sans jamais voir l' horizon, affronter les "situations concrètes", y être noyé, ne pas pouvoir (?) ou vouloir se référer à d'autres principes qu'une résignation et une obstination radicales, ce qui, dans son cas, fait sens, et consacre un enfermement dans le réel subi où il se trouve dépossédé de lui-même, de son travail. Certains diraient : "aliéné".<br /> (Je fais, de l'histoire, une lecture sans doute un peu simplifiée .)<br /> On peut penser aussi, de cette manière, l'enfermement dans l'univers des choses et de la consommation, destructeur de sens - et plus personne pour les dire- , l'univers symbolique étant quelque peu disqualifié. La création de sens , par des sujets choisissant, agissant et pensant, est remplacée par les exhortations moralisatrices et culpabilisantes adressées à des individus atomisés ( "travaillez plus, méritez, enrichissez-vous" etc.) qui incitent à des attitudes soumises, qui sont à l'inverse des luttes et projets politiques. Et menacent finalement la démocratie. On peut même penser que déjà il n'en reste plus grand chose, pour ces raisons. Marie-Georges est à 1,93 %. Avec Sarko à 53 % et Ségolène, à 47 %, qui tient un discours moralisateur fondamentalement de même nature, nous allons vers le parti unique. Nous y sommes déjà.<br /> Ta distinction est féconde. Elle me fait penser un peu plus qu'il y urgence à penser le politique, en imaginant un horizon ouvert (et non prédéterminé par les données actuelles) , et en le rendant - chacun suivant ses moyens- possible en "analysant aussi, concrètement, les situations concrètes". Ceci peut encore donner "du sens" à une vie, même si, jour après jour, diminue le nombre de nos lendemains. Ceux-ci chanteront peut être pour nos descendances.<br /> Bien amicalement<br /> Gérard<br /> Je jette un  coup d'oeil dans Platon, la République. Je crois me souvenir qu'il y a des choses intéressantes au livre VIII ou IX.<br />  
Répondre
E
Merci Gérard pour tes précisions, qui permettent d'aller plus loin dans la réflxeion : je suis d'accord sur la différence entre argent et argent. Le symbolique est du côté du sens, qui construit le sujet. C'est pour cela qu'avec l'argent du partage nous sommes dans le symbolique alors que nous ne le sommes pas avec l'argent de la spéculation. "Athées, oui, nous le sommes : athées des faux-dieux " (Saint Irénée ?) Quelle belle formule. Je souhaiterais qu'elle soit de Saint Irénée, mais j'avoue que j'en doute un peu.Bonne suite dans ta réflexion qui nous fait avancer et qui, peut-être, te fait avancer toi aussi.
Répondre
G
Je trouve ta réflexion assez suggestive encore qu'elle donne du fil à retordre<br /> Ceci m'étonne un peu ! Ma démarche et mon propos me semblent très élémentaires, comme mes formulations : que peut nous dire la sagesse des peuples sur le fonctionnement réel du monde, au risque de schématiser et la sagesse et le monde… par pure paresse : c'est plus lisible que le Kapital (quoique bien subtil…) ; est-ce plus, ou moins, pertinent ? (ma question n'est pas de méfiance, au contraire) . C'est l'effet de quelques années de militantisme.<br /> . Voici comment je l'interprète : - Ton monde de l'empereur serait une projection de la toute-puissance de l'homme dans un autre monde.<br /> Peut être, mais je ne me retrouve pas dans cette formulation. Je veux dire simplement ce que je crois observer (dans les "débats" et commentaires divers, et l'histoire …) : le pouvoir politique s'entoure volontiers -ou systématiquement- de "mythes", se présente comme émanant d'un monde autre : divin ou calé dans les principes , tend à échapper à l'analyse, s'abrite derrière une complexité alléguée, la prend comme excuse d'inaction ou d'actions dont le sens doit échapper, est accessible aux seuls experts. Je connais très peu d'auteurs, pratiquement aucun journaliste, et plus guère de politiques, qui cherchent à élucider, à dire  la vraie nature du pouvoir, qui reste plus que jamais dans les lointains extrêmes.   - Le monde de l'argent serait une concrétisation sur terre de la toute-puissance de l'empereur. Autrement dit l'argent serait l'image inversée de cette toute-puissance, passant ainsi d'un monde imaginaire à un monde réel.<br /> Peut être… Je dirais plus simplement, de mon point de vue, qu'il y a argent et argent. L'argent détenu par les puissances économiques ( à l'abri de leurs alliés politiques ), en termes clairs : les capitalistes financiers et industriels,  n'a pas le même poids, dans la réalité, ( donc dans le symbolique sans doute ? - mais ceci est pour moi secondaire )  que le salaire du Smicard ou même celui du cadre : ceci n'est pas tant une question de volume que de fonction dans l'économie. Posséder un (plus ou moins modeste) compte-chèque ou posséder , contrôler des réseaux bancaires ou / et industriels -donc politiques - ce n'est évidemment pas la même chose, pas le même argent (?) .  Or les débats et commentaires (voir plus haut) n'opèrent quasiment jamais cette distinction, ignorant toujours une définition saine et classique (celle que je connais depuis mon lycée !) du capitalisme. On parlera de "société entrepreneuriale, créative et responsable"  (!),   de "société de marché, libre et créatrice  de richesses"  (!) etc, etc,  etc… Ne nommant pas les choses,  on (s')  interdit de les critiquer. Tabou. Et on continue de "réfléchir" (????)  dans la confusion.  Dans laquelle on peut dire n'importe quoi, qui n'est ni vrai ni faux, puisque sans rapport avec le réel, ne tire pas à conséquence, entretient l'idéologie qui protège le pouvoir, le rend invisible.  - Dans ce cas, ce que tu es en train de décrire, c'est Mammon, une idole, qui va vider l'homme de sa substance en le réduisant à l'état de marchandise.<br /> On peut dire ça. Les commentateurs sont les prêtres de Mamon (médias et PS compris) -Autrement dit, l'homme, en voulant se débarrasser d'une fausse image de Dieu qui l'opprime,<br /> Je ne sais pas si le problème est là.<br />  fait passer cette image dans le domaine du réel. <br /> Soit …- Mais alors il se piège car, à travers l'argent, l'oppression imaginaire devient oppression réelle.<br /> Ce qui fait que l'oppression est réelle, c'est que l'argent du salarié de chez Renault n'a nullement la même fonction , le même poids -sans parler du volume ! - que celui des patrons de Renault…. L'oppression est d'autant plus forte que le pouvoir réel des patrons de Renault est occulté, installé dans un monde invisible (fort peu visible !), protégé par les prêtres (dont certains viennent dire : "on ne peut pas tout demander à l'Etat" !).  En somme l'oppression, d'abord réelle, est bloquée par l'oppression "imaginaire" , l'idéologie (Cf. Althusser) qui rend aveugle et sourd aux réalités et ferme et paralyse. C'est mon obsession depuis longtemps : comprendre ce mécanisme, y échapper pour ma part,  sans tomber dans d'autres verrouillages. Tu me mets sur la piste car ce que je recherche, dans le domaine du symbolique, qui doit conduire à la construction du sujet, c'est exactement l'inverse.<br /> (je ne suis pas sûr de bien comprendre ceci) <br />  Et alors, c'est par la régulation du politique, constamment refusée, en ce domaine, que le passage au symbolique peut se faire<br /> ( idem ) Le politique institue , en même temps que du symbolique ( ?) , un fonctionnement social. La démocratie -dans la mesure où elle est réelle (ce que n'est pas suffisamment la "démocratie représentative" ) devait permettre de nommer et voir les réalités, notamment celles du pouvoir, laisser toujours ouverte et concrètement possible la discussion, ainsi, par conséquent que l'action sur les réalités en cause. Les limites posées par les cadres, les tabous implicites, le gauchissements opérés par le langage, sont innombrables.<br /> . Et cela serait d'autant plus vrai aujourd'hui que la constitution du sujet, du fait de la mondialisation, est devenue une exigence primordiale du politique.<br /> Soit . Urgence que se construisent des sujets auto- nomes, (au sens premier) , dans des collectivités auto-nomes, échappant aux idéologies surplombantes….. <br />  <br />  <br />  <br /> Rendez à Cesar <br /> ….on ne saurait mieux dire . Revenons à César. Qui ne saurait être le représentant de Dieu, ni son porte-parole. Qu'il soit à Washington, Paris, Bruxelles …. Etc…  ou au Vatican.<br />  <br /> Je trouve personnellement que cette parole de l'Ecriture est intéressante pour le sujet qui nous préoccupe. Notre rapport à l'argent révèle la nature de notre rapport à Dieu. Je m'approprie Dieu comme je m'approprie l'argent. C'est donc que je fais de Dieu une idole, même si je crois que c'est le vrai Dieu. Il y a des formes d'athéisme qui ne sont rien d'autre que le refus des idoles, de certaines conceptions courantes de Dieu souvent liées à ma manière de me situer par rapport à l'argent.<br /> Je suis tout à fait d'accord avec ça : "athées, oui, nous le sommes : athées des faux-dieux " (Saint Irénée ?) Jésus ici assainit le débat en mettant chaque élément à sa place. Dieu, ce n'est pas moi qui l'invente, il est ce qu'il est, il est qui il est, au-delà de toutes mes projections. S'il existe, il est l'Autre que je laisse être ce qu'il est, dans la relation. Quant à l'argent, il dépend de César c'est-à-dire du politique : il est une fabrication de l'homme <br /> Certes ! <br /> Il y a un choix à faire pour donner sens à sa vie. Concrètement, en dehors de toute croyance, la dialectique est entre le sujet et l'argent.<br /> A condition de distinguer argent et argent (voir plus haut) sujet et sujet, sinon on reste dans l'abstraction. <br /> Le sujet est ouverture à l'inconnaissable et en constante voie de constitution <br /> Oui …<br /> . L'argent est un outil,<br />  C'est exactement ce que je voulais te dire mais qui t'a fait sauter en l'air. <br /> un instrument au service du sujet, (oui mais quel sujet ? )<br /> sans doute un outil indispensable pour faire fonctionner l'économique... <br /> la question restant de savoir au bénéfice de qui fonctionne l'économie, donc ce qu'elle produit, "concrètement" sur les "sujets" ; comment "l'argent" , lequel ?,  y joue des rôles concrets divers,  selon qu'il est entre les mains de tel ou tel "sujet" : outil de (sur)vie / outil d'oppression. Je reste dans des schémas simples, horizontaux …. Il me faut (re)lire Marx. <br />  
Répondre
E
Il ressortirait de tout ce qui vient d'être dit que c'est le partage (la parole est le fondement du partage) qui va donner à l'argent sa dimension symbolique. En devenant instrument du partage, il contribue alors à construire le sujet au-delà de toute appropriation.
Répondre
E
Je vais donner quelques repères dans ma manière d'interpréter le conte. Chacun pourra aussi faire sa propre lecture...L'opposition entre le don de la vie et l'appropriation (par l'argent)1. Une vie difficile dans la dépendance des autres2. Il s'agit de rechercher la cause de cette difficulté3. Le passage par l'amour qui renvoie à l'origine (le dragon)4. Avec l'amour on fait l'expéience du don de la vie (les enfants dragons)5. L'appropriation (par l'argent) va à l'encontre du don de la vie6. Celui qui s'approprie (au lieu de partager) tue la vie à la racine (les 2 enfants dragons)7. Il provoque la mort, détruisant le rapport entre le ciel et la terre (le lac (la vie) dans lequel se réfléchit le ciel disparaît)8. Mais il y a une limite dans l'appropriation (par l'argent)9. On ne peut s'approprier la mort10. Assumer la mort dans l'amour ouvre à un don de la vie (immortelle) qui échappe aussi à toute appropriation11. Le véritable sujet se constitue au-delà de toute appropriation12. Dans le fait d'assumer la mort, et, par là-même, d'assumer la limite de toute appropriation et donc la limite de l'argent, comme moyen d'appropriation
Répondre
E
Je résiste pas à l'idée d'apporter une nouvelle pièce au débat pour repérer la place de l'argent et sa limite. Il s'agit encore d'un conte tibétain.<br /> Le lac désséchéIl y a longtemps, très longtemps, dans un village vivait une mère avec un fils et une fille. Mais elle avait beau se donner de la peine, courber le dos, du lever au coucher du soleil, sur la terre des autres, chez elle on tirait toujours le diable par la queue. Comme la misère l’accablait de plus en plus, ne sachant que faire d’autre elle décida de mettre sa fille au service comme bergère chez un riche fermier voisin. C’est ce qu’elle fit. Tous les jours, la fille menait le troupeau de moutons bien haut dans la montagne, non loin d’un lac dont l’eau claire luisait comme un œil céleste. Les moutons s’égaillaient dans les pâturages, et la fillette, du nom de Dolma, s’installait sur une grosse pierre isolée pour y filer sur une quenouille la laine des moutons. Un jour, tandis qu’ainsi assise elle filait, un bourdon vint voleter autour de sa tête. Dolma fit un geste pour le chasser, mais il revenait bientôt bourdonner à son oreille. La fillette crut entendre : « Bzz, bzz, assieds-toi sur mon dos et je t’emporterai loin d’ici. – Je crois bien rêver, » se dit la fillette. Mais, au bout de quelques minutes, cela recommençait : « Bzz, bzz, assieds-toi sur mon dos et je t’emporterai d’ici, bourdonnait toujours le gros bourdon. – Comme c’est étrange, se disait la jeune fille,  depuis quand les bourdons parlent-ils ? » Et le bourdon continuait à vrombir autour de sa tête, pour ne disparaître que lorsque le soleil se coucha derrière la montagne.<br />  <br /> Dolma était toute pensive en ramenant ses moutons au bercail. L’étrange incident ne lui sortait pas de la tête. Au soir, rentrée chez elle, assise au coin du feu, elle dit à sa mère : « Il m’est arrivé une chose étrange dans la montagne, aujourd’hui, maman. Un bourdon est venu voler autour de moi, et il m’a demandé de m’asseoir sur son dos, qu’il allait m’emporter de là. – Pourquoi ne l’as-tu pas fait, petite sotte ? Peut-être t’aurait-il emmenée dans un monde meilleur que le nôtre », dit la mère, sur un ton d’amertume, quoiqu’elle ait pris ce que sa fille lui racontait pour de la pure imagination. <br />  <br /> Le lendemain, Dolma se rendit comme de coutume en haut de la montagne, avec ses moutons. Elle arriva, près de sa pierre favorite, s’y assit, sortit sa quenouille et se mit à filer la laine. Et alors, non, ce n’était pas une erreur de son ouïe, quelque chose bourdonna, à son oreille, et elle comprit : « Assieds-toi sur mon dos, je t’emmènerai d’ici. – D’accord, j’irai avec toi, prends-moi sur ton dos, dit la jeune fille, mais vite elle s’entoura la taille d’un bout de son fil, jetant sa quenouille au sol. <br />  <br /> « Ferme les yeux, » bourdonna l’air, autour de sa tête. Obéissante, Dolma ferma les yeux. Dans l’instant même, le bourdon se changea en jeune homme bien fait, qui saisit la jeune fille dans ses bras et l’emporta. Ce soir là, les moutons rentrèrent tout seuls à la bergerie. La mère pensa d’abord qu’une brebis s’était égarée et que sa fille était à sa recherche. Mais le soir devenait la nuit, et la jeune fille ne rentrait toujours pas. Alors, la mère se rappela ce que sa fille lui avait raconté la nuit précédente, et son cœur se serra d’angoisse. « Ce bourdon ne devait pas être un bourdon ordinaire, se dit-elle. C’était un esprit. Mais comment savoir si c’est un bon ou un mauvais ? » Cette nuit-là la mère ne ferma pas l’œil. <br />  <br /> Le lendemain matin, dès le point du jour, elle se hâta d’aller dans la montagne. Sans haleine, elle parvint au sommet, et y vit la grande pierre isolée, et tout près la quenouille que la jeune fille emportait toujours avec elle. De la quenouille partait un fil blanchâtre. « La fine mouche ! » se dit la maman, toute fière de l’astuce de sa fille. Ce fil se déroulait, tournait, tournait, s’enroulait, disparaissait dans les broussailles, contournait un arbre, s’étirait dans les prés alpestres, et soudain tombait, tombait tout droit dans le lac.<br /> « Malheureuse enfant, dans quel guêpier t’es-tu mise ? » se lamentait la mère. Mais c’est en vain qu’elle geignait et versait d’amères larmes, le lac se taisait, et sa surface unie, sans une ride reflétait le ciel bleu, sans un nuage. Tout en pleurs, la mère rentra à la maison, mais de douleur et de chagrin elle tomba en grande faiblesse et dut s’aliter. Elle resta au lit un jour, deux jours, trois jours. Le chagrin la minait, la dévorait. A la fin du troisième jour, la mère commença à délirer, puis elle tomba dans un profond sommeil. Sa fille lui apparut alors en rêve. « Petite mère, lui dit-elle, ne pleure pas pour moi ! Je ne suis pas morte, je vis, mais je vis, bien haut dans la montagne, au fond du lac. Je suis devenue la femme du Roi des Dragons en personne. Mon mari m’a appris à faire des tours de magie, et quand lui-même ou les gens du village auront besoin de pluie, je vous en enverrai. Ayant ainsi parlé, la fille perdue se changea en buée blanche et se dissipa dans les airs.<br />  <br /> Depuis qu’elle avait revu sa fille en rêve, la mère se rétablit petit à petit. Elle raconta son rêve étrange aux gens de son village. Ceux-ci hochaient la tête, incrédules, en l’écoutant. Mais, un peu plus tard, quand une grande sécheresse accabla la région, et qu’il n’y avait plus une goutte d’eau dans les puits, ils se rappelèrent les paroles de la mère et s’en furent au lac de la montagne, pour prier Dolma de leur envoyer de l’eau. Et, en effet, peu de temps après, le soleil se couvrait de nuages, et une pluie bienfaisante tombait sur la terre. Dès ce moment-là, les gens du village surent que Dolma vivait dans le lac et qu’elle leur viendrait en aide quand ils en auraient besoin.<br />  <br /> Quelques années s’écoulèrent. Le petit frère de Dolma avait grandi, et devait bientôt se marier. On avait invité à la noce de nombreux amis et Dolma elle-même était venue. Grave et silencieuse, elle passa parmi les invités, sortit de son sein un petit coffret de laque qu’elle plaça sur l’autel des dieux domestiques. Le fermier, chez qui la mère et le frère travaillaient, était venu lui aussi pour voir le mariage. Il regardait le petit coffre avec curiosité, ne le quittait pas des yeux. Il se disait que ce coffre devait contenir des joyaux du palais du Dragon, et il guetta le moment où tous les invités étaient passés dans la pièce voisine pour bondir vers l’autel, prendre le coffret et vite en soulever le couvercle. Ses mains tremblaient d’émotion. Dans l’écrin, lovés comme deux serpents, étaient deux enfants de dragon. En sentant se soulever le couvercle, ils passèrent vite la tête dehors. Et le fermier eut si peur qu’il lâcha brusquement le couvercle, mais de telle façon que ce dernier écrasa le cou des deux petits princes dragons. C’en fut fait d’eux sur le coup. Le fermier fut terrifié. Sans plus attendre, il remit le coffret en place, et il alla rejoindre les autres invités dans la pièce d’à côté. <br />  <br /> Dolma revint bientôt reprendre son coffret, qu’elle glissa sur son sein, dans son corsage, car il était l’heure d’allaiter ses bébés dragons. Un moment se passa, et rien ne bougeait dans le coffret, les bébés ne sortaient pas la tête pour téter. Elle reprit la boîte, l’ouvrit, et poussa un cri terrible. Ses deux enfants étaient morts dans leur coffret ! « Maman, petite mère, Frérot, ô cher frère, cria-t-elle tout en larmes, adieu, je dois retourner auprès de mon mari. Venez au lac dans trois jours. Tant que vous en verrez l’eau claire, c’est que je serai en vie, mais si elle se trouble, mon affliction sera sans borne, et si l’eau du lac prend une teinte rouge, c’est que je ne serai plus parmi les vivants. » Ayant dit ces mots d’adieu, Dolma se changea en buée blanche et se dissipa dans les airs. <br />  <br /> Au bout du troisième jour, la mère se dirigea, accompagnée de son fils, vers le lac de la montagne. Devant eux, l’eau s’étalait, calme et limpide. Ils échangèrent un regard plein de bonheur. Mais voilà que soudain l’eau commença à se troubler, elle se troubla fort, devint toute sombre, noire et morne. La mère sanglotait à fendre le cœur, le frère lui aussi pleurait amèrement. Et voilà que l’eau commença à prendre une teinte rougeâtre, elle rougit, oui, elle prit la couleur du sang. La mère et le fils étaient inondés de larmes de douleurs, ils se tordaient les bras, ils appelaient Dolma, mais l’eau rouge moussait, éclaboussait, et semblait se plaindre en tourbillons sans fin. Le cœur lourd, la mère et le fils rentrèrent à la maison. <br />  <br /> Les gens du village ne purent jamais oublier Dolma ni ses malheureux petits enfants, et ils vouèrent au fermier une rancune bien méritée. Ce dernier dut se cacher devant la colère des paysans, au point qu’il ne leur réclamait même plus les fermages. A cela, au moins le malheur de Dolma avait été bon, que les pauvres l’étaient un peu moins, et leur reconnaissance envers Dolma en était accrue. <br />  <br /> Mais l’eau du lac commença peu à peu à baisser de nouveau. Elle se perdait lentement mais sûrement, jusqu’à disparaître complètement. Le lac était à sec. Il restait là, muet et silencieux, comme un œil du ciel fermé. Mais quand il y avait une grande sécheresse dans la région, les gens venaient néanmoins prier au bord du lac desséché pour avoir de l’eau. Et il ne fallait pas attendre longtemps avant que le ciel ne se couvre, et que les grandes gouttes de pluie ne tombent sur la terre assoiffée, telles de grosses larmes amères – les larmes de Dolma pleurant des enfants.<br /> ( Conte K’iang, Contes du Tibet, Gründ, 1991)<br />  <br />  
Répondre
E
Rendez à César ce qui appartient à César, et à Dieu ce qui appartient à Dieu. (Matthieu, XXII,21). Je trouve personnellement que cette parole de l'Ecriture est intéressante pour le sujet qui nous préoccupe. Notre rapport à l'argent révèle la nature de notre rapport à Dieu. Je m'approprie Dieu comme je m'approprie l'argent. C'est donc que je fais de Dieu une idole, même si je crois que c'est le vrai Dieu. Il y a des formes d'athéisme qui ne sont rien d'autre que le refus des idoles, de certaines conceptions courantes de Dieu souvent liées à ma manière de me situer par rapport à l'argent.Jésus ici assainit le débat en mettant chaque élément à sa place. Dieu, ce n'est pas moi qui l'invente, il est ce qu'il est, il est qui il est, au-delà de toutes mes projections. S'il existe, il est l'Autre que je laisse être ce qu'il est, dans la relation. Quant à l'argent, il dépend de César c'est-à-dire du politique : il est une fabrication de l'homme. Il y a un choix à faire pour donner sens à sa vie. Concrètement, en dehors de toute croyance, la dialectique est entre le sujet et l'argent. Le sujet est ouverture à l'inconnaissable et en constante voie de constitution. L'argent est un outil, un instrument au service du sujet, sans doute un outil indispensable pour faire fonctionner l'économique... 
Répondre
E
Je trouve ta réflexion assez suggestive encore qu'elle donne du fil à retordre. Voici comment je l'interprète : - Ton monde de l'empereur serait une projection de la toute-puissance de l'homme dans un autre monde.- Le monde de l'argent serait une concrétisation sur terre de la toute-puissance de l'empereur. Autrement dit l'argent serait l'image inversée de cette toute-puissance, passant ainsi d'un monde imaginaire à un monde réel.- Dans ce cas, ce que tu es en train de décrire, c'est Mamon, une idole, qui va vider l'homme de sa substance en le réduisant à l'état de marchandise.-Autrement dit, l'homme, en voulant se débarrasser d'une fausse image de Dieu qui l'opprime, fait passer cette image dans le domaine du réel.- Mais alors il se piège car, à travers l'argent, l'oppression imaginaire devient oppression réelle.Tu me mets sur la piste car ce que je recherche, dans le domaine du symbolique, qui doit conduire à la construction du sujet, c'est exactement l'inverse. Et alors, c'est par la régulation du politique, constamment refusée, en ce domaine, que le passage au symbolique peut se faire. Et cela serait d'autant plus vrai aujourd'hui que la constitution du sujet, du fait de la mondialisation, est devenue une exigence primordiale du politique.
Répondre
G
Je suis dans des travaux qui me donnent peu de temps pour réfléchir beaucoup, et réagir sur le buffle (des tirages propres pour mon expo de mai). Merci encore pour le décodage. <br />  <br /> En tournant ma presse et en considérant ce qui en sortait, parfois, il m'est apparu ceci, dont je ne sais pas si c'est très pertinent. <br />  <br /> Ton jeune homme est dans un espace repérable, ordonné : horizontal (son travail) et ses rêves (vertical), fini, bien qu'ouvert par l'imaginaire. <br />  <br /> Le pouvoir de l'empereur, lui, surgit "de nulle part», comme s'il était partout, appartenant à un autre monde, indéterminable et inaccessible, intemporel. Et qui, de ce fait, détermine absolument le monde du jeune homme, l'absorbe, en capte le produit. <br /> <br /> Si cette hypothèse vaut d'être explorée, je ne sais trop comment, pour le moment. J'entrevois deux axes.<br />  <br />   1.. "L'argent" serait un lien, contrôlé par le pouvoir, entre ces deux mondes, assurant la domination de celui ci sur l'autre, notamment par sa force symbolique ? Un peu facile.<br />   2.. La lutte politique est aussi intellectuelle, idéologique : elle serait de faire descendre le pouvoir sur terre, en somme ; plutôt : de montrer qu'il est sur terre,  qu'il n'est pas n'est pas "nulle part", dans un autre monde, (par exemple dans une complexité abstraite et prétendument incontrôlable, Cf. Attali et consorts, le discours concordant des prêtres de Mammon) ; de faire voir qu'il est constitué de forces très concrètes, très repérables. De le démystifier. <br /> Je retourne à ma presse, qui me donnera peut être d'autres idées.<br />  
Répondre
E
Geneviève, tu dis quelque chose d'important : si chacun fait de sa petite goutte d'eau un diamant, qui renvoie la lumière, alors tous les espoirs sont permis. Cela veut dire qu'on met un peu plus d'esprit dans tout ce qu'on fait : c'est l'esprit fait d'amour et d'intelligence qui a la capacité de transformer l'eau en diamant.
Répondre
G
Le colibri représenté ici n'est pas la colombe de la paix Je le vois conscient de son impuisance, de ses manques de ses erreurs. Mais conscient aussi de son importance. Sa goutte d'eau est un diamant. Mais voilà les perles ne font pas la riviere. Le meilleur des joailliers est inutile si son oeuvre reste dans un coffre ou s'il est mal porté.Curieusement l'espoir nous vient d'un pays qui nous a apporté le pire. Ceci dit concretement c'est bien peu. Maintement il faut agir aussi je fais confiance en ton talent pour nos montrer le chemin.<br />  
Répondre
E
Yvon, tu ne fais jamais les choses à moitié. Ce qui m'intéresse particulièrement dans ce que tu dis directement ou indirectement c'est l'argent comme miroir du fonctionnement de la société et la marchandisation de l'homme qui empêche l'homme de devenir lui-même. Mais je persiste à penser que l'argent peut nous aider à être plus homme et plus sujet s'il entre dans le fonctionnement symbolique, c'est-à-dire s'il trouve sa place dans la construction du sujet. Qu'est-ce que cela veut dire de manière précise ? Instrument d'échange et donc de relation entre les hommes, instrument d'investissement, instrument de partage... Tout cela reste encore bien flou...
Répondre
Y
 <br /> L’argent et les valeurs<br />                              <br /> Un bon serviteur mais un mauvais maître<br />  <br /> Pour répondre à la demande d’Etienne, j’essaierai de me limiter à  <br /> envisager l’argent dans l’une de ses fonctions qui est de faciliter  <br /> les échanges. Délibérément Je n’aborderai pas la question des rapports  <br /> entre la finance et l’économique, ce point ayant été abordé par  <br /> plusieurs intervenants, ni celle de la monnaie qui mériterait aussi  <br /> une réflexion approfondie. Quand je parle des échanges, j’entends  <br /> aussi la rémunération du travail, tout échange de biens supposant une  <br /> dimension travail, ne fut-ce que le travail commercial, la proposition  <br /> des échanges.<br />   En espérant ne pas trop moraliser.<br />  <br /> Et d’abord peut-t-on vivre sans argent  et sans rémunération du  <br /> travail? Celui-ci apparaît très tôt dans les sociétés humaines (voir  <br /> par exemple l’article « Monnaie «  dans Wikipedia). De très rares  <br /> sociétés primitives semblent encore vivre sans un matériau d’échange  <br /> intermédiaire à valeur conventionnelle, par quoi je définirai la  <br /> monnaie.  Les SELS en France me paraissent une tentative assez  <br /> illusoire de se passer d’argent dans la mesure où subsiste une  <br /> mentalité comptable. Seules me semblent y échapper en partie les  <br /> communautés  à tendance autarcique où l’ensemble des besoins de la  <br /> communauté et de ses membres sont assumés par la  communauté :  <br /> communautés religieuses, utopiques ou post soixante-huitardes. Je ne  <br /> connais que le collectif Longo-Maï (quoiqu’on puisse en penser par  <br /> ailleurs) qui pratique l’échange entre communautés sans référence ne  <br /> fut-ce qu’implicite à une comptabilité des échanges ; cela me paraît  <br /> tout à fait remarquable, les personnes, il est vrai n’étant  pas liées  <br /> à telle ou telle  communauté.<br />  <br /> Je suis par ailleurs tout  à fait d’accord avec Gérard Jaffredou, si  <br /> je l’ai bien compris, pour dénier à l’argent une valeur de symbole,  <br /> même s’il joue un rôle éminemment symbolique  qui appartient pour moi  <br /> au processus de déification. L’argent n’est qu’un instrument, tout  <br /> comme la voiture qui n’est selon la belle définition d’un copain  <br /> anarchiste, qu’un tas de ferraille pour aller quelque part. Je serai  <br /> plus nuancé en ce qui concerne la monnaie, expression du politique et  <br /> chargée d’histoire ; qu’on pense au franc, au dollar, à la livre ou à  <br /> l’euro.<br /> Mais mon propos est ailleurs…<br />  <br /> L’argent et le politique<br />  <br /> Le politique essaie d’organiser la société de manière à assurer au  <br /> minimum sa viabilité  et si possible sa prospérité en fonction de  <br /> principes fondamentaux acceptés par tous ou du moins la plupart, comme  <br /> le triptyque Liberté – Egalité – Fraternité.<br /> Une société d’une certaine ampleur ne me parait pouvoir se passer  <br /> d’argent, non seulement parce que c’est le nerf de la guerre, hélas,   <br /> mais parce que le politique  est le seul à pouvoir rendre certains  <br /> services collectifs indispensables, tout en réduisant les inégalités  <br /> inhérentes aux sociétés humaines, du moins les plus criantes et les  <br /> plus étendues. Qu’il le fasse bien ou mal est une autre affaire, mais  <br /> c’est aussi une affaire qui nous concerne. Cela implique un sens de la  <br /> responsabilité qui englobe l’avenir. Je vous fais grâce des détails et  <br /> des mécanismes. On retrouve les valeurs de partage, de justice et de  <br /> ce que j’ai appelé faute de mieux écologie.<br /> Les associations, corps intermédiaires, sont l’expression de la  <br /> solidarité active et locale, aux valeurs les plus diverses ; elles  <br /> fonctionnent à la frontière du monde marchand, faites de salariés et  <br /> de bénévoles en proportions variées. Elles expriment aussi le  <br /> désespoir du politique et en sont l’alibi, vivant largement de ses  <br /> subventions.<br />  <br /> Le politique et l’économique<br />  <br /> Le politique a un rôle dans le bon fonctionnement  de l’économique  <br /> (comme de la finance)  pour des raisons évidentes.  Je n’entrerai pas  <br /> dans le détail des mécanismes souhaitables ou possibles ni dans le  <br /> débat privé-public.<br /> Les lois sont faites pour des raisons fort diverses : donner une  <br /> chance de satisfaction au moins à la plupart, satisfaire les  <br /> électeurs, assurer la paix sociale, favoriser  la vie économique,  <br /> garantir la pérennité et la sécurité de la société comme de l’Etat,  <br /> atteindre un certain niveau d’autonomie énergétique ou autre, etc.,  <br /> etc., sans parler de motifs plus ou moins nobles.<br />  <br /> L’argent comme expression d’une valeur<br />  <br /> «  Combien ça vaut ? ». La question renvoie à la valeur monétaire.  <br /> L’échange qui passe par l’argent suppose une unité de compte.  <br /> Certaines caractéristiques de l’argent en font un miroir grossissant  <br /> de ce qu’est l’homme. Je ne m’en tiendrais délibérément qu’aux aux  <br /> aspects négatifs et réducteurs. Ce disant je ne condamne pas l’argent,  <br /> mais le considère comme un révélateur mais aussi un facilitateur.<br /> - La rareté. Comme seul critère de valeur,  il est facilement  <br /> aberrant. Pourquoi un  rectangle de quelques centimètres carrés de  <br /> papier imprimé, usagé, inutile et mal imprimé, ayant peu été utilisé,  <br /> il y a une centaine d’années ( un timbre poste de collection)  vaut-il  <br /> une fortune. Plus généralement, la rareté est à l’origine de la  <br /> spéculation, expression de l’égoïsme et de la volonté de domination,  <br /> abusant de l’autre dans le besoin.<br /> - La facilité d’utilisation ou la volatilité, liée à la  <br /> dématérialisation de l’argent. Elle permet le fonctionnement  <br /> instantané  à l’échelle mondiale des marchés, qui sous sa forme  <br /> actuelle m’a toujours semblé une parfaite stupidité et une aberration  <br /> économique. L’échange n’intéresse qu’à l’aune du profit personnel et  <br /> immédiat, une non valeur à tous points de vue. Il est urgent que le  <br /> politique s’investisse dans ce domaine.<br /> - La facilité d’accumulation. L’accumulation va à l’encontre d’une des  <br /> principales fonctions de l‘argent. La dot en or ou en argent  en usage  <br /> à grande échelle dans certains pays est une stérilisation stable de  <br /> moyens d’échange et d’action. Ce n’est qu’un exemple.<br /> - La facilité d’appropriation. Celle  de l’art, par le biais du marché  <br /> de l’art me paraît particulièrement scandaleuse. Comment, à cause de  <br /> sa fortune une personne peut-elle garder pour elle seule et la seule  <br /> société de ses amis une œuvre humaine belle à pleurer.  De plus ce  <br /> phénomène oblige la société à protéger derrière des coffres des œuvres  <br /> que tout un chacun pouvait auparavant admirer à son rythme dans les  <br /> églises ou sur les places publiques.<br /> - Le prestige. Notion infantile, au mauvais sens du terme, il se  <br /> nourrit le plus facilement de l’argent. Etalage d’ors, d’argent, de  <br /> bijoux, de châteaux, de yachts, d’avions personnels, expression  <br /> satisfaite de la non égalité. Cela doit être un marché assez réel pour  <br /> que Le Monde 2 publie plusieurs fois dans l’année des numéros spéciaux  <br /> uniquement consacrés aux montres de prestige, couvertes de diamants,  <br /> au mécanisme  d’une précision de quelques millièmes de seconde aussi  <br /> inutile qu’un timbre poste.  A une époque où le temps nécessite une  <br /> dizaine de définitions, toutes utiles: TAI, UTI, UTC, TE, TT, TCG,  <br /> TCB, RDB, sans parler de sa relativité, mise en évidence par Einstein.  <br /> Qu’en pense Mr Dray ?<br /> -Le rapport.  Cette notion, isolée de tout contexte, alimente les  <br /> marchés les plus opposés aux valeurs, à commencer par le trafic de  <br /> drogue ou le marché des armes. Sans oublier la marchandisation de  <br /> l’homme ; proxénétisme, racket, rançonnage. Et toutes les formes de  <br /> corruption dans lesquelles le politique s’incline devant l’argent.<br /> - La relativité de l’utile. L’argent amplifie l’importance  (la  <br /> valeur) prêtée aux biens selon l’évolution de leur utilité réelle ou  <br /> commerciale, bien loin de leur  valeur à long  terme. Presque personne  <br /> ne sait ce qu’est l’electrum dont on faisait dans l’antiquité des  <br /> pièces de monnaies. Les métaux précieux, objets d’ostentation,  <br /> deviennent de vulgaires matériaux à la durée de vie  parfois ultra  <br /> courte : argent de la photographie  …argentique, or dans les composées  <br /> électroniques parfois jetables, platine dans la tuyauterie des pots  <br /> d’échappements catalytique. Ils sont détrônés en valeurs par des  <br /> petits nouveaux  comme le  plutonium (pour quelle utilité !) pour ne  <br /> donner qu’un exemple.<br />  <br /> La marchandisation ou la tristesse du monde<br />  <br /> L’argent contribue à la marchandisation du monde, nous transformant en  <br /> consommateurs dont l’intérêt est en permanence sollicité, alors qu’il  <br /> est des causes et des joies qui pourraient remplir nos vies de  <br /> passions et de bonheur. Rien ne m’émouvra comme la splendeur, la  <br /> sensualité ou le rayonnement d’un visage. Rien ne m’interpellera comme  <br /> la douleur, la souffrance ou l’interrogation qu’on lit dans les yeux  <br /> de l’Autre. Là est l’absolu.<br />  <br />  <br />  
Répondre
E
Geneviève, tu veux nous dire que nous sommes tous concernés par la crise de notre système monétaire et plus globalement de notre économie. C'est vrai. Mais que que va faire concrètement le colibri "Geneviève" pour éteindre le feu ? Tu peux nous donner des idées.
Répondre
G
Un jour, dit la légende, il y eut un immense incendie de forêt.<br /> Tous les animaux terrifiés, atterrés, observaient impuissants le désastre.<br /> Seul le petit colibri s’activait, allant chercher quelques gouttes avec son bec pour les jeter sur le feu.<br /> Après un moment, le tatou, agacé par cette agitation dérisoire, lui dit : « Colibri ! Tu n’es pas fou ? Ce n’est pas avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu ! »<br /> Et le colibri lui répondit : « je le sais, mais je fais ma part. »<br /> La légende raconte que chaque animal se sentit concerné, que chacun à sa manière fit sa part et que la forêt fut sauvée.
Répondre
E
Yvon, pour aller au bout de ta réflexion et dans l'intérêt des lecteurs, il me semble que tu devrais resituer l'argent et son fonctionnement dans ton système de valeurs
Répondre
E
Il ne m'appartient pas de commenter cette mise en ordre de ta pensée à propos du problème qui nous intéresse ici. Je suis content de t'avoir un peu poussé jusque là. Pour aller dans ton sens, il me semble qu'il manque, dans les valeurs de la République, la différence, qui fait référence à l'autre et au sujet.
Répondre
Y
Valeurs<br />  <br /> C’est une question difficile que tu m’as posée. Comment être simple  <br /> sans être sommaire, comment  simplifier sans réduire, être réducteur,  <br /> arrogant ou dogmatique. Si tu demandes une réponse qui tienne en un  <br /> mot, je dirai  cependant responsabilité.<br />  <br /> De l’économique à l’économie<br /> Si l’économie est l’art d’administrer une maison (définition donnée  <br /> dans Le Robert : Dictionnaire historique de la langue française) et si  <br /> la responsabilité est l’obligation de répondre de ses actes (id.) la  <br /> responsabilité est à la fois un sentiment, une manière d’être et un  <br /> comportement.<br /> La maison a changé de dimension, et cette dimension a trouvé ses  <br /> limites. Au départ espace clos construit à partir d’éléments  pris à  <br /> l’extérieur, elle est devenue une planète certes douée d’une dynamique  <br /> propre et qui s’enrichit d’éléments extérieurs, comme un rayonnement  <br /> solaire bien adapté, mais globalement un espace clos dont on fait  <br /> aujourd’hui facilement le tour et dont les ressources sont, on le  <br /> sait, limitées, même si on est loin d’en avoir exploré toutes les  <br /> possibilités. Faut-il vraiment souhaiter un bombardement d’astéroïdes  <br /> et autres comètes, lesquelles nous ont apporté toute l’eau dont nous  <br /> bénéficions ainsi que les briques de la construction de la vie ; de  <br /> toutes façons, l’univers sidéral ayant son histoire, c’est  <br /> relativement peu probable. Disons pour faire bref : merci Jupiter,  <br /> merci Saturne.<br /> D’autre part, vue la réussite d’homo sapiens tant en nombre qu’en  <br /> ingéniosité, cette espèce tend à peser sur le fonctionnement du  <br /> système terre, hypothèse totalement farfelue il y a moins d’un siècle.  <br /> Lourde responsabilité. Comment la vivre.<br />  <br /> Ecologie<br /> «  Mouvement (Le Petit Robert) ou doctrine  (dictionnaire historique…)  <br /> visant à un meilleur équilibre entre l’homme et son environnement  <br /> naturel ainsi qu’à la protection de celui-ci » Définitions qui me  <br /> satisfont à moitié. Ce qui me semble intéressant dans le mot c’est  <br /> qu’on y retrouve la racine eco qui renvoie à la maison tout comme  <br /> économie ou économique.<br /> Faut-il aller jusqu’à faire sienne l’ahurissante affirmation de  <br /> Levinas : « L’unité de l’univers n’est pas ce que mon regard embrasse  <br /> dans son unité de l’aperception, mais ce que de toutes parts  <br /> m’incombe, me regarde dans les deux sens du terme, est mon affaire.  <br /> Dans ce sens, l’idée qu’on me cherche dans les espaces intersidéraux  <br /> n’est pas une fiction de la science-fiction mais exprime  ma passivité  <br /> de soi. », ces deux derniers termes ayant pour l’auteur  un sens bien  <br /> particulier (Autrement qu’être / ch IV / 4° la substitution).<br /> Je m’abstiendrai de donner des exemples positifs ou négatifs que  <br /> chacun peut évoquer et multiplier à loisir. Juste une référence à un  <br /> article du dernier numéro de Science et Avenir (N° de janvier 2009)  <br /> sur les métaux rares avec une mise en perspective historique fort  <br /> suggestive sur la gestion des ressources et le recyclage.<br />  <br /> Au delà de l’écologie : Etre au monde ou la sagesse<br /> L’écologie reste cependant dans la perspective de l’homme  <br /> gestionnaire. L’homme technicien a sans doute perdu quelque chose de  <br /> précieux par rapport aux civilisations primitives ou premières, cette  <br /> perception de l’unité du cosmos dont le dynamisme nous traverse et qui  <br /> impose le respect à la fois craintif et émerveillé.  Les forêts et les  <br /> lacs sont toujours habités, comme les animaux, les mines, et les  <br /> œuvres de l’homme. Il ne suffit pas de savoir faire main basse plus ou  <br /> moins intelligemment. La terre étant aujourd’hui à mi parcours de son  <br /> existence éphémère, il nous reste quatre milliards d’année pour  <br /> apprendre à l’habiter sous la protection des dieux lares.<br />  <br /> La justice: égalité – liberté – fraternité<br /> Les rédacteurs des principes républicains étaient peut-être plus  <br /> sensibles aux manques de liberté qu’aux manque d’égalité, leur classe  <br /> sociale n’étant pas de loin la plus défavorisée, mais la nuit du 4  <br /> août est peut-être plus importante que le 14 juillet. Dans notre  <br /> démocratique pays la conquête de l’égalité reste une tâche ardue et  <br /> pas seulement sur le plan économique. Il reste des progrès à faire  <br /> tant qu’un président peut impunément traiter un autre citoyen de  <br /> pauvre con et traîner celui-ci devant les tribunaux pour un simple  <br /> copier-coller. Et on sait bien qu’un excès de liberté de ton à  <br /> l’égard  d’un agent de la force publique ou d’un magistrat peut vite  <br /> devenir un outrage, la réciproque n’étant pas vraie.<br /> La période des conquêtes de territoires occupés par des indigènes  <br /> jamais pris en considération, il nous reste à partager de façon  <br /> équitable ce bien qui nous est commun. A ce stade la justice est  <br /> certainement la valeur essentielle. S’il ne nous appartient pas de  <br /> l’administrer, il nous appartient de contribuer à la faire exister sur  <br /> le plan de nos comportements vis à vis des biens, de nos relations  <br /> avec les autres, de  ceux qui en sont dépourvus (solidarité active),  <br /> comme vis à vis de ceux qui  agissent à son encontre  (engagement  <br /> social ou politique). La responsabilité est à la mesure de notre «  <br /> humanité » : « Plus je suis juste, plus je suis coupable » comme dit  <br /> Levinas qui  va jusqu’à dire que nous sommes responsables de la  <br /> responsabilité des autres, comme l’otage est responsable de la  <br /> responsabilité de son bourreau.<br /> Il n’y pas de justice sans sacrifice. Il n’y a pas de justice sans un  <br /> pas fait vers l’autre, sans communication. «  Communiquer c’est  <br /> s’ouvrir certes, mais l’ouverture n’est pas entière, si elle guette la  <br /> reconnaissance. Elle est entière non pas en s’ouvrant au spectacle et  <br /> à la reconnaissance de l’autre, mais en se faisant responsabilité pour  <br /> lui… jusqu’à la substitution »( Autrement qu’être).<br />  <br />  <br />  
Répondre
E
Le secret du financement de la dette américaine (Anton Brender)<br /> Le passif des Etats-Unis est en effet pour l'essentiel en dollars<br /> <br />  <br /> <br /> ; leurs actifs sont pour une large part en monnaies étrangères. Toute baisse du dollar réduit donc la position débitrice nette des Etats-Unis à l'égard du reste du monde, et ce d'autant plus que la taille de leur bilan est importante.La baisse du dollar d'environ 20% observée depuis 2001 a largement contribué à l'amélioration de leur position extérieure.http://gesd.free.fr/brender7.pdf<br />
Répondre
E
Avec l'arrivée d'Obama à la tête des Etats-Unis, il est peut-être bon de rappeler qu'une des causes essentielles des déréglements économiques est due à la politique américaine : pour combler leurs déficits très importants, les Etats-Unis fonctionnent en prédateurs des flux financiers, comme le soulignait Emmanuel Tod, ce matin, sur France Inter. Souhaitons que le nouveau Président mette un peu d'ordre dans ses propres finances.
Répondre
E
Dans la période actuelle, j'ai simplement voulu attirer l'attention sur le bon fonctionnement de la monnaie et du système financier. Il est un rouage essentiel : s'il venait à être défaillant cela entraînerait des déréglements en cascades, une rupture de la confiance, avec le risque de s'en remettre à un sauveur comme sous l'Allemagne nazie. C'est vrai que l'argent n'est rien s'il n'est pas lié à l'économie réelle. Théoriquement il est un symbole de cette économie, avec sa dimension fiduciaire. S'il est désiré, approprié  et accumulé pour lui-même, alors il devient une idole, qui va contribuer à détruire l'homme lui-même.Les dysfonctionnements de l'économie ne sont pas tous liés aux dysfonctionnements du système monétaire ; il faut quand même reconnaître que la spéculation, avec l'ampleur qu'elle a prise, est un facteur essentiel, actuellement, des déréglements économiques. Dans mon travail, j'ai visité de nombreuses entreprises et j'ai remarqué, il y a déjà longtemps, que de nombreux directeurs étaient avant tout des financiers et non des techniciens, connaissant les modes de fabrication de leurs produits. C'était en particulier vrai pour la chimie. Pour faire avancer la réflexion il serait bien que tu évoques les valeurs supérieures nécessaires au bon fonctionnement de l'économie. Ce point de vue a été un peu abordé avec Gérard Jaffredou, lorsque nous avons souligné la dimension symbolique de l'argent, qui doit orienter vers un développement du sujet. C'était une manière d'intégrer les valeurs supérieures dont tu parles sans quitter trop vite le champ de l'économie...
Répondre
Y
Si on veut lire le récit d'un seul point de vue socio économique, je pense que la question dépasse celle de la fiabilité monétaire. Certes quand le pouvoir se saisit de l'argent, il s'en saisit réellement, encore qu'il faille bien qu'il y ait un minimum de circulation monétaire; mais quand il saisit les outils de production: animaux, terres et personnes, c'est d'une manière un peu fictive, car ce n'est pas le pouvoir qui produit du blé, et pour le bien du pays, il faut bien laisser fonctionner les producteurs avec leurs outils. En ce sens, les producteurs d'aujourd'hui (ouvriers et paysans) sont bien des esclaves, comme disent les "gauchistes", je pense en particulier aux éleveurs en batterie obligés 'acheter les poulets, les aliments, les traitements voir les bâtiments à leur propre acheteur des produits finis, maîtrisant seul toutes les conditions des échanges, le paysan n'ayant que la seule responsabilité de la casse du système.Quand on dépasse la ligne rouge, comme en certains pays d'Afrique, le paysan n'a plus qu'à quitter sa terre pour grossir les bidonvilles et c'est l'écroulement alimentaire d'abord, économique ensuite, social enfin de tout le pays.La réussite globale ne peut ignorer la réussite individuelle au moins d'une large partie de la population. Si le pouvoir a un rôle c'est d'avoir une vision globale d'un fonctionnement harmonieux:besoins, transports, stockage, juste prix, formation, recherche, protection de l'outil de production et donc écologie ou développement qui soit durable, etc sans oublier le retentissement de ses décision sur les individus qui doivent rester motivés et fiers.L'argent ne produit pas d'argent. Il n'y a que le travail qui produise des biens qu'il soit manuel ou intellectuel. La finance déconnectée de l'économique ou régulant l'économique n'est qu'une illusion, un faux dieu, le veau d'or, dieu aux pieds d'argile que le moindre orage fait s'écrouler.L'appropriation, l'accumulation par les puissants n'est possible qu'un temps... qui peut être assez long. La noblesse de l'ancien régime en a fait les frais, car sans doute l'excès d'argent nourrit la paresse, voire la bêtise.Mais l'économique n'est pas non plus le dernier mot. Il y a des valeurs supérieures, faute de quoi l'effondrement est aussi à prévoir. Heureuse intuition de mai 68. Yvon Montigné 
Répondre
E
Yvon, tu fais bien de poser tes questions qui ont été débattues dans un atelier de sémiotique auquel je participe. Il y a plusieurs lectures possibles d'un texte : une lecture théologique qui repère ce qui est révélé, une lecture historique qui analyse le contexte dans lequel a été écrit, une lecture psychanalytique, une lecture socio-analytique, une lecture éthique, une lecture mythique... Il est bien évident que le texte de Joseph ne fait pas partie de la Révélation. Dans ce contexte, ce qui était important c'était de montrer que les bénédictions de Jacob ne concernaient pas seulement Israël, mais tous les Egyptiens (reliés directement au Pharaon). Par ailleurs, je suppose que l'écriture s'est faite bien après la sortie d'Egypte, mais celui qui écrit s'appuie sur une sorte de mémoire collective, à travers des légendes et des histoires colportées de générations en générations. Il peut donc y avoir quelque chose de vrai dans le texte de Joseph. Personnellement, comme dans l'étude des mythes, je pense que des textes marginaux comme celui-ci nous en apprennent beaucoup sur l'inconscient des peuples. Dans ce cas, ce texte est-il une forme d'admiration pour l'habileté de Joseph ou une critique insidieuse de cet homme très encensé pour montrer comment il avait été piégé par l'idéologie du royaume dans lequel il a fonctionné ? Je pense qu'il y a les deux dimensions... Et plus profondément encore il me semble que ce texte nous révèle une structure générale qui, dans son fonctionnement, montre comment un pays peut être conduit à la tyrannie et à l'esclavage si le système de la monnaie ne fonctionne plus. Cela a été le point de départ de mon interrogation. Mais je ne soutiens pas que j'ai raison. D'où l'intérêt de blog... 
Répondre
Y
Ne connaissant pas grand chose à l'économie et encore moins au marxisme, en lisant le récit de la genèse, je me suis demandé dans quel contexte il a été écrit et à quelles préoccupations il répondait. A-t-il écrit dans le milieu des exilés et où et à quelle période? A-t-il des antécédents et en quoi diffère-t-il d'eux? Et quel message voulait-il faire passer et à qui? Ce n'est peut-être pas très conforme à l'orthodoxie du blog, mais c'est plutôt ma manière. N'ayant aucune réponse ici ou ailleurs à ces questions je me hasarde à des suppositions plus ou moins farfelues.De l'importance que peuvent prendre ou saisir les immigrés là où ils sont à condition d'être ingénieux.De l'intérêt que les dirigeants du pays d'exil ont à utiliser les compétences des immigrés plutôt que de les expulserDe la méfiance que devraient nourrir les populations de ces pays à l'égard des immigrés infiltrés dans les arcanes du pouvoir, eux qui n'ont jamais vécu les difficultés quotidiennes. Sans verser dans le racisme, nous qui avons eu un corse récemment françisé certes il y a bien longtemps, avons failli avoir un président à moitié turc et avons actuellement un originaire de...Ou peut-être un morceau d'humour juif? Le texte ne me semble porter aucun jugement moral sur les protagonistes de l'histoire, faute d'avoir étudié Marx. Mais il laisse la question ouverte et même béante. Là n'est pas son propos. D'un côté la survie des égyptiens en sort assurée et de l'autre le peuple est réduit en esclavage, sauf les prêtres. Ce texte devrait être médité par tout fonctionnaire un peu déprimé.Peut-être un autre jour me hasarderai-je sur le terrain économique, pour être plus sérieux. Yvon Montigné
Répondre
E
Merci Gérard : j'attends la suite... Mais prends ton temps !
Répondre
G
Merci.En fait , aiguillé déjà par un autre morceau de sagesse paysanne qui m'est venu en voyant les bambous, et que j'ai hésité à te citer aussi, j'avais un peu pressenti quelques uns des nombreux et riches sens que tu me révèles . On dit aussi chez nous ( serions-nous  les Ouigours de l'Hexagone ?) : "pa vez reut , eo ret mont"  (hélas il faut encore traduire : " quand c'est raide -ce qui veut dire aussi : quand c'est  fin prêt - , il faut y aller ". Pas besoin de faire un dessin ) .
Répondre
E
Gérard, je vais t'aiguiller pour l'interprétation du bufle unicorne :1. L'intégration du corps sexué dans le rapport à l'animal- Le buffle animal familier- Sa corne sur le front qui évoque la sexualité- Intégration du corps sexué en dessinant le buffle (imaginaire)- Le buffle renvoie à son propre corps- La rencontre du buffle évoque une homosexualité latente2. Le premier affrontement à la toute-puissance du désir- La toute puissance du désir de l'empereur qui veut s'approprier le bien des autres- La toute-puissance du désir de l'empereur renvoie aussi à la toute-puissance de son propre désir3. Le deuil du rapport à l'animal et de l'enfermement sur  son propre corps- L'enterrement des os de l'animal : deuil du rapport privilégié à l'animal comme médiateur du rapport à son propre corps- L'orientation sur la sexualité avec la corne du buffle conservée4. L'intégration du phallus- La tige de bambou qui pousse ou la prise de conscience de son sexe- Le phénomène d'érection et d'éjaculation qui transporte dans le ciel- A partir de la reconnaissance du sexe, la femme rêvée : les fées et la fée qui remarque le jeune homme5. La découverte et la rencontre de la femme- L'apparition en rêve du buffle qui donne les indications pour aller plus loin- Le passage du rêve à l'imaginaire grâce au dessin de la femme-fée- L'introduction dans le symbolique grâce à la trompette (la musique), qui est appel à l'existence- Irruption de la femme qui se manifeste par la parole- L'existence heureuse entre la femme et l'homme- Leur relation est encore fusionnelle : il faut y introduire de la distance6. Le second affrontement à la toute-puissance du désir- La toute-puissance du désir de l'empereur, qui veut s'approprier les femmes des autres- La renvoi à la toute-puissance du désir du jeune homme et peut-être de la jeune femme7. La pulsion de mort (de violence) avec le tigre ailé- La naissance de la violence- La violence présentée comme une pulsion avec l'énergie du désir- L'intégration de la violence ou de la pulsion de mort dans le passage à l'imaginaire- La pulsion de mort introduite dans le symbolique grâce à la trompette- L'irruption du tigre ailé ou de la pulsion de mort qui a pour but de détruire la toute-puissance du désir et de séparer les êtres- La mort de la toute-puissance du désir (l'empereur avalé)- La femme séparée de l'empereur retrouvée8. La vie heureuse avec la femme-fée- L'homme et la femme ramenés chez eux- Le femme reste une femme-fée au sens où elle maintient l'homme dans le rêve et l'ouvre au don de la vie- La pulsion de mort est ici présentée elle-même comme un don du ciel : elle est nécessaire et bénéfique à l'homme- C'est lorsque la sexualité est complètement intégrée dans le symbolique (la maison de bambou comme organisation de la sexualité) que la vie relationnelle entre l'homme et la femme devient harmonieuse et heureuse.Il resterait à faire le même travail pour l'argent- L'argent comme objet du désir- L'intégration de l'argent avec sa dimension fiduciaire c'est-à-dire avec le passage à l'imaginaire- L'affrontement à la toute-puissance de l'argent- Le renoncement à l'idole- L'argent reconnu comme fruit d'un travail ou d'un service- L'affrontement à la toute-puissance de la spéculation comme pouvoir sur le rapport des autres à l'argent- La nécessaire destruction de la spéculation, qui suppose une violence (ou pulsion de mort)- C'est sans doute là que se situe aujourd'hui (et depuis longtemps) la dimension révolutionnaire du politique- Après cette révolution, le rapport à l'argent pourra être intégré dans le symbolique au service du sujet - C'et alors seulement que la démocratie devient possible
Répondre
G
J'ai été voir ton buffle. J'entrevois bien quelques significations possibles, à travers quelques symboles incertains, qui ne me laissent pas indifférent. J 'ai besoin d'y réfléchir un peu, alors que Joseph et son système totalitaire quasi-sarkosien m'avait fait partir au quart de tour. D'autant que tu avais su m'atteler et me fouetter comme il faut. A voir ce pauvre jeune homme dont les réves, au fur et à musure qu'ils prenaient corps, étaient captés et détruits par le Pouvoir de l'empereur , Il m'est seulement venu à l'esprit ce que dit chez nous la sagesse des paysans  " N'eo ket ar c'hezeg a ra al labour a zebr ar c'herc'h " (Je suppose qu'il faut traduire : " ce n'est pas le cheval qui fait le travail , qui mange l'avoine " - celle qui est récoltée, evel-just). Ce qui risque bien de me ramener au problème précédent. Sur lequel j'ai déjà trop dit. Je me suis relu avec effroi.
Répondre
D
Je donne ici le texte du Buffle unicorne, qui détaille les différentes étapes pour intégrer la sexualité, depuis la prise en compte du corps jusqu'à la destruction de la toute-puissance du désir, nécessaire pour vivre sereinement entre homme et femme. Progressivement les différentes dimensions du désir sexuel sont intégrés dans le champ symbolique. Au départ la tige de bambou représente le sexe. A la fin, la maison faite de rondins de bambou montre bien comment la construction du sujet suppose un agencement ordonné de toutes les dimensions de la sexualité. La bâtisse ainsi construite devient la maison pour permettre à des sujets de vivre ensemble.<br /> Le buffle unicorne<br />  <br />  <br /> Il était une fois un jeune homme qui vivait<br /> En plein milieu de hautes montagnes crevassées, <br /> Là où ne mène qu’un seul sentier mince comme un cordeau.<br /> Il n’avait plus personne au monde.<br /> Aussi vivait-il complètement isolé dans sa petite maison de bambou<br /> Et n’avait que ses deux mains diligentes<br /> Pour vivre en exploitant un petit lopin de maigre rizière.<br />  <br /> Un jour, après la moisson, il y eut un  marché à la ville.<br /> Il prit deux gerbes de riz et descendit dans la vallée par le petit sentier.<br />  <br /> Après avoir vendu son riz,<br /> Il se promena un peu parmi les échoppes des marchands, <br /> Et fut attiré par une jolie petite boutique<br /> Où étaient étalés, sur le comptoir, des pinceaux,<br /> Des petits godets avec des couleurs, des fusains,<br /> Des encres de Chine et un très fin papier de riz.<br />  <br /> Le jeune homme fut pris d’une très grande envie <br /> D’essayer lui aussi de peindre quelque chose.<br /> Mais il ne serrait, entre ses doigts que quelques piécettes de monnaie.<br /> Elles ne suffisaient pas à acheter des choses aussi chères !<br /> Mais enfin, il se dit qu’il pourrait acheter ne fût-ce qu’un petit fusain !<br /> Après avoir longtemps hésité, il l’acheta enfin pour l’argent de son riz vendu.<br /> Plein d’impatience, il se hâta de retourner chez lui, avec son trésor.<br /> Là, il arracha à un bananier une grande feuille<br /> Et, assis sur une pierre, il se mit à peindre. <br /> Ce qu’il rêvait depuis longtemps devenait réalité.<br /> Et se sentant triste d’être ainsi toujours tout seul,<br /> Il dessina un buffle au poil gris soyeux<br /> Et aux yeux pleins de sagesse, une seule corne sur le front.<br />  <br /> « Toi, mon brave, soupira le jeune homme,<br /> Si tu voulais rester avec moi et m’aider à labourer,<br /> Comme ce serait plus gai !<br /> Etre à deux ! »<br /> Alors il l’accrocha au mur de sa petite chambre.<br /> Puis il sortit et il resta muet de stupeur.<br /> Devant sa porte, se dressait un buffle aux poils gris soyeux <br /> Et aux yeux pleins de sagesse, et avec une seule corne sur le front.<br /> Le garçon se frotta les yeux, se pinça la main pour voir s’il était bien éveillé,<br /> Mais le buffle était bien là,<br /> Et tendait amicalement la tête vers le garçon. <br /> N’en croyant pas ses yeux, le jeune homme rentra précipitamment dans sa chambre<br /> Pour regarder encore le buffle qu’il venait de dessiner.<br /> La feuille était nette, pas la moindre trace de dessin dessus.<br /> Alors le jeune homme comprit que le buffle au poil soyeux et à la seule corne,<br /> Qui se dressait devant sa porte, était ce même buffle qu’il avait dessiné. <br />  <br /> Désormais le jeune homme vécut heureux et satisfait<br /> Avec son compagnon, le buffle à une corne.<br /> Le jour, ils travaillaient ensemble à la rizière,<br /> Et, le soir, ils se couchaient ensemble, s’appuyant l’un contre l’autre.<br />  <br /> Mais, un jour, un détachement de soldats de l’empereur<br /> Vint en manoeuvres par le petit sentier menant à la maison du jeune homme.<br /> « Voyez-moi ça, quel drôle de buffle, avec une seule corne !<br /> S’exclama l’un des soldats.<br /> Il doit avoir de la très bonne viande.<br /> Notre empereur aimerait certainement s’en régaler !<br />  <br /> Le jeune homme eut beau supplier, les soldats restèrent intraitables. <br /> Ils emportèrent l’unique joie du pauvre homme éploré.<br /> « Rendez-moi mon ami ! criait-il en pleurant à la poursuite des soldats,<br /> Par monts et par vaux jusqu’à la porte dorée du palais impérial.<br /> Mais celle-ci se referma sur lui, dès que furent entrés les soldats avec leur proie.<br /> Le pauvre garçon restait dehors.<br /> « Garde ! Je vous en supplie !<br /> Ouvrez-moi et rendez-moi mon ami ! implorait-il.<br /> C’est mon seul ami !<br /> Ma seule joie au monde, je n’ai personne d’autre que lui !<br /> Mais ses prières furent vaines.<br />  <br />  <br /> Il restait là au seuil du grand palais impérial,<br /> La tête dans les mains et pleurant à chaudes larmes.<br /> Au bout d’un certain temps, la porte s’ouvrit<br /> Et les soldats jetèrent, auprès de lui, la corne du buffle et ses os.<br /> Ils lui dirent, en se moquant : « Voilà ce qui reste de ton camarade !<br /> L’empereur te fait ses compliments et te fait dire qu’il s’est bien régalé. »<br />  <br /> Le jeune homme ramassa les os et la corne,<br /> Les emballa soigneusement dans un tissu<br /> Et reprit le chemin de sa demeure.<br /> Partout où il allait, il pleurait mais il ne pouvait rendre la vie à son compagnon. <br /> Rentré chez lui, il accrocha la corne au mur de sa chambre,<br /> Puis il sortit, creusa un trou tout près de sa maison,<br /> Y déposa les ossements et les recouvrit de terre.<br /> Bientôt, à l’endroit même où il avait enterré les os du buffle unicorne,<br /> Une pousse verte de bambou sortit de terre.<br /> Elle poussait, poussait et il ne fallut pas longtemps<br /> Pour qu’elle devienne une haute tige de bambou adulte. <br />  <br /> Le jeune homme allait voir tous les jours les progrès du bambou,<br /> Il caressait ses feuilles et écoutait leur doux bruissement.<br /> Le bambou se renforça et poussa si bien<br /> Qu’un jour sa tête se perdit dans les nuages blancs.<br /> « Ce n’est certainement pas un bambou ordinaire, se dit le jeune homme.<br /> Je devrais essayer d’aller voir jusqu’où il va. »<br /> Il se mit à grimper au long de la tige élancée.<br /> Il grimpa haut, toujours plus haut. <br /> La tête lui en tournait, mais il grimpait toujours. <br /> Il arriva dans un gros nuage blanc, tout ébouriffé. <br /> Il écarta les brumes, et, devant lui, s’ouvrit une grande porte bleue.<br /> Il n’hésita pas un instant et, d’un pas assuré, il s’avança,<br /> Passant par la porte, dans le ciel lui-même.<br /> Comme c’était beau !<br /> Partout des fleurs, et quel parfum !<br />  <br /> Sur la surface bleue, dans de petites barques de nuages, des fées voguaient.<br /> Soudain, l’une d’elles aperçut le jeune homme.<br /> Elle poussa un cri et toutes les fées disparurent, comme par enchantement.<br /> Le ciel aussi disparut.<br /> Il ne restait plus qu’un sommet qui perçait à travers les nuages blancs.<br /> Soudain, le bambou vibra, frémit et se mit à rapetisser.<br /> Il devint de plus en plus petit, pour finir par disparaître.<br /> Et le jeune homme se retrouva sur la terre nue.<br />  <br /> Tout avait passé si vite qu’il ne savait pas si c’était la réalité<br /> Ou s’il avait seulement rêvé.<br /> Mais il avait toujours en mémoire les beaux visages des fées du ciel,<br /> Si belles qu’il rêva combien il serait heureux d’avoir l’une d’elles comme femme.<br /> Mais maintenant le ciel était si haut, si haut !<br />  <br /> Chaque jour, le jeune homme n’avait qu’une idée en tête :<br /> Comment retrouver le moyen de retourner au ciel.<br />  <br /> Une nuit, il eut un rêve.<br /> Il revit son vieil ami, le buffle unicorne,<br /> Qui lui sourit de ses yeux intelligents et lui parla d’une voie humaine :<br /> «  Pourquoi te tourmentes-tu ?<br /> As-tu oublié ta peinture ?<br /> Si tu veux conquérir l’une des fées comme femme, essaie de la dessiner !<br /> Si tu réussis ton dessin,<br /> Prends ma corne que tu as accrochée au mur et sers-t’en de trompette ! »<br />  <br /> Dès son réveil, le jeune homme courut dehors <br /> Pour cueillir sans tarder une grande feuille de bananier.<br /> Il rentra dans la maison, prit son fusain et se mit à dessiner.<br /> Vers le soir du dixième jour, il avait réussi un si beau visage de jeune fée<br /> Qu’il en était tout ému.<br /> Se souvenant des paroles du buffle unicorne, il décrocha la corne du mur,<br /> Y colla ses lèvres et sonna de la trompette.<br /> Alors tout vibra, un parfum céleste l’entoura<br /> Et une lueur rose illumina la chambre.<br /> La fée se détacha du dessin, lui sourit aimablement et sauta à terre. <br /> « Petit frère, lui dit-elle, je serai ta femme. <br /> Tu travailleras au champ de riz et, moi, je ferai le ménage<br /> Et nous nous aimerons beaucoup.<br /> Puis elle tendit une jolie petite main au jeune homme.<br />  <br /> Ce jour là, le bonheur était entré dans la petite cabane de bambou. <br /> Le jeune homme et sa femme-fée vivaient dans le bonheur le plus parfait.<br /> Jusqu’à ce que …<br /> Jusqu’à ce jour où, faisant des manœuvres dans la montagne,<br /> Les soldats de l’empereur passèrent à nouveau par là.<br /> « Voyez cette beauté ! s’écria l’un des soldats, en apercevant la fée.<br /> Elle plairait sûrement à notre empereur ! »<br /> Et les soldats, sans égard pour les pleurs et les plaintes du jeune homme et de sa femme,<br /> Emmenèrent celle-ci de force.<br />  <br /> Par monts et par vaux, par dessus les précipices, dévalant les pentes,<br /> Le jeune homme courut à la poursuite des soldats<br /> Jusqu’à la porte du palais impérial.<br /> Il pleura, supplia et leur dit qu’il ne pouvait vivre sans sa femme aimée,<br /> Mais toutes ses protestations restaient vaines. <br /> Tout ce qu’il reçut de la garde impériale, ce furent injures et coups.<br />  <br /> Le cœur en détresse, abandonné, le pauvre garçon retourna chez lui.<br /> Il resta là, assis, et les larmes inondaient son visage.<br /> Soudain, ce visage s’éclaira.<br /> « J’ai une idée, se dit-il tout ragaillardi. »<br /> Vite, il prit son fusain et se mit à dessiner sur une feuille de bananier. <br />  <br /> Bientôt, de la feuille surgit un tigre ailé,<br /> Qui montrait des crocs terribles et semblait prêt à bondir.<br /> Le jeune homme décrocha du mur la corne du buffle,<br /> Trompeta dedans à faire trembler la montagne.<br /> Le tigre sauta hors de son image, le jeune homme lui grimpa sur l’échine,<br /> Et les voilà qui se précipitèrent vers le palais de l’empereur.<br /> En voyant le fauve déchaîné, les gardes furent pris de panique.<br /> Effrayés, ils s’enfuirent au palais, laissant la porte grande ouverte.<br /> Deux bonds et le tigre ailé se dressa dans la salle de banquet,<br /> Où les courtisans étaient justement en train d’introduire, auprès de l’empereur,<br /> La jeune fée enchaînée et tout en larmes.<br /> Le tigre poussa un rugissement terrible,<br /> Ouvrit une gueule énorme et avala d’un coup l’empereur et sa suite !<br />  <br /> Le jeune homme se précipita vers sa chère femme-fée,<br /> La prit par la taille et remonta avec elle sur l’échine du tigre.<br /> Quelques bonds par dessus les précipices,<br /> Et le tigre ailé, déjà, descendait, tout près de la maisonnette de bambou.<br /> Là, le tigre déploya ses ailes, après avoir déposé les  deux amoureux,<br /> Et reprit son vol pour disparaître dans les nuages.<br />  <br /> Après ces aventures, le jeune homme vécut enfin heureux et tranquille avec sa femme-fée.<br /> S’ils ne sont pas morts, ils vivent encore ainsi dans leur montagne.<br /> ( Conte Ouigour, Contes du Tibet, Gründ,1991)<br />  <br />  
Répondre
D
Puisqu'avec Gérard Jaffredou, nous avons essayé d'avancer sur la conception du symbolique, je voudrais rendre compte d'un travail d'interprétation, effectué hier en réunion, à propos d'un conte tibétain, intitulé Le buffle unicorne. Ce conte portant sur la structuration de la sexualité détaille les différents moments qui nous conduisent jusqu'au symbolique et à la parole.1. Le rêve, qui exprime un désir, de façon encore informelle2. L'imaginaire, qui dessine les contours du désir (et de l'objet du désir), pour permettre son intégration3. La musique (ici la trompette) qui fait le lien entre l'imaginaire et la parole pour nous introduire dans le symbolique, orienté vers la construction du sujet. Elle joue sur l'accord qui va permettre de regrouper dans une même harmonie les différentes composantes du désir, qui pourront s'exprimer dans une dynamique unifiée...4. La parole fait fonctionner le symbolique et, en construisant le sujet, fait pénétrer dans la réalité... Le symbolique joue sur les différentes composantes du désir et la tension qu'elles entretiennent entre elles
Répondre
E
Je pense que je n'ai pas grand chose à ajouter. Je me réjouis que la réflexion partagée nous fasse assez rapidement avancer. Personnellement je n'ai pas d'allergie par rapport à Marx, l'ayant beaucoup fréquenté pour des travaux universitaires, y compris à l'Arbresle, et un de mes meilleurs formateurs a été Althusser lui-même dont j'ai suivi le cours sur L'idéologie allemande. Je pense quand même qu'il a mal appréhendé le problème du sujet et du symbolique en général. Pour moi, un des grands déclencheurs en ce sens a été l'étude des mythes et des contes qui visent précisément la constitution du sujet (ce que malheureusement beaucoup ne voient pas dans les mythes).Allez bon dimanche !
Répondre
G
Je suis bien d'accord,  bien évidemment. L'argent médium, c'est bien ce que je voulais dire. Par ailleurs l'argent ne produit de l'argent, par la spéculation ,  que si le système économique, technique, politique est organisé pour cela, et, par son but-même,  "pousse au crime ", celui-ci n'étant que le résultat logique et le révélateur du mécanisme (alors qu'il est toujours présenté comme "dysfonctionnement", coup de folie etc.) .  Le terme "d'anticommunisme systématique" me semble un peu pléonastique. S'il n'est pas constant dans les propos ou analyses, il est constamment sous-jacent, jamais très loin. Je viens de relire quelques pages d'Althusser sur l'idéologie : (Pour Marx .- Maspéro, 1967, p 238  sq.), qui conservent leur pertinence, je trouve. Evidemment, les systèmes politiques qui se réclamaient du communisme avaient aussi leurs médiocres, leurs sottises, leurs erreurs, leurs crimes, qui n'étaient pas toutes dues à l'hostilité ambiante....Bien évidemment.Mais je me dis souvent (les occasions ne manquent pas) que si "nous" avions, depuis 1914 ou 1917,  jugé nos médiocres, nos/ leurs  sottises, nos/ leurs erreurs, nos/ lers crimes (ceux commis en notre nom ! qu'ils disaient ) avec juste la même sévérité, si l'déologie, avec ses divers ingrédients, dont le nationalisme et les soumissions religieuses, ne "nous" avait pas empêché de penser, nous ne serions pas là  à essayer  péniblemement (moi en tout cas) de nous justifier d'essayer de penser avec le père Marx. Nous serions plus proches peut être, déjà, d'un monde de sujets pensants, ouverts,  et libres. Mais on ne refait pas l'histoire. Et d'ailleurs elle continue.<br /> Bon dimanche. J'aurais volontiers des nouvelles du buffle sexué.GérardP.S.: j'ai consulté mon vieux Vocabulaire de Théologie biblique (1962). Rien à "Argent" . Mais à "Richesses" , l'argent, dans le N.T.,   attrape , comme on dit chez nous, son peg(u)ement,  en prend pour son grade en fançais chic. De là à chercher dans le " N.T.", en le prenant au sérieux contre toutes les idéologies et les institutions qui en vivent, l'Apostolique-et-Romaine comprise, de quoi "fonder le sujet et le construire", il n'y a qu'un pas. Je sais que ça a déjà été essayé. Reste que tu es un sacré maieuticien.   <br />  
Répondre
E
Je pense que vous avez en partie raison. Mais il est toujours intéressant d'étudier les parties d'un texte apparemment marginales. Ils nous en apprennent plus sur l'inconscient des rédacteurs ou de ceux qui ont véhiculé ce type d'histoire. Ils nous livrent souvent une structure profonde qui échappe à la censure des correcteurs. C'est en ce sens que je prends cette histoire peut-être basée sur une admiration du système foncier unifié de l'Egypte. Mais la relation du processus pour y arriver  qui n'intéresse pas spécialement le rédacteur, est pour nous révélatrice d'un état d'esprit, d'une sorte d'inconscient collectif, qui n'a rien à voir avec la révélation. Je me situe ici plus en sociologue, en récupérant des fragments de textes, qui n'ont rien à voir avec la révélation. Et analysée du point de vue de l'éthique, la structure mise en relief a besoin d'être purifiée et, en l'état, peut donner naissance à des comportements scandaleux.
Répondre
E
A notre avis, dans l'histoire de Joseph en Egypte il ne faut pas chercher une sagesse applicable aujourd'hui. En fait Joseph est l'intendant du pharaon et il utilise sa ruse et son parfait sens de l'organisation au service de celui-ci. La vraie mission de Joseph est tournée vers sa famille et son peuple qu'il doit sauver. Un indice pour cette interprétation est que cette "politique agraire" est insérée dans la rencontre de Joseph avec ses frères et son père Jacob.Le rédacteur qui a inséré ici ce passage voulait peut-être faire honneur à Joseph d'une transformation économique de l'Egypte( attestée historiquement d'après Osty).
Répondre
E
Je te suis à peu près jusqu'au bout. Je pense en effet que Marx a encore des choses à nous dire pour avancer et que l'anticommunisme systématique nous empêche de penser. En fait, il me semble que tu as déjà un peu dit ce que je voulais avancer sur l'argent. L'argent n'est qu'un medium, un outil pour acquérir les biens dont j'ai besoin pour vivre et pour me construire comme sujet (c'est là que j'entre dans le symbolique), c'est-à-dire comme sujet social. Il s'acquiert normalement par le travail qui est créateur de valeur et par la redistribution en vertu d'une solidarité de l'ensemble du corps social. Entendu en ce sens, l'argent ne peut pas de lui-même produire de l'argent si ce n'est pour le service proposé par les banques et par les particuliers à travers elles. La production d'argent par la spéculation va à l'encontre de la signification de l'argent et contribue à un déséquilibre du corps social et à une destruction du sujet.Voilà les quelques éléments que je voulais ajouter : la seule précision ajoutée par rapport à ce que tu as dit est la référence au sujet et à sa constitution. C'est en visant la construction du sujet que l'argent entre dans la sphère du symbolique.
Répondre
G
J'avoue que je redoute un peu tes hauteurs. <br /> Avant d'attaquer la crête, deux remarques : sur le point de départ et l'itinéraire.<br /> La question que je me pose est " qu'est ce que Marx peut nous dire dans la situation où nous sommes ,  que pouvons-nous dire à partir de lui , pour (nous) aider à comprendre ce qui se passe, aller vers des solutions éventuellement ou de préférence inédites " . La question du sujet est sans doute centrale, peut être aussi celle de la symbolique et celle de l'argent. Etant donné mon équipement, je reste circonspect. <br /> D'où ma deuxième remarque : je n'ai rien à dire, pour le moment, sur "l'être générique" chez Marx et le traitement qu'il fait du sujet, donc (?) de l'individu. Je veux bien admettre provisoirement qu'on a là une explication essentielle de la " faillite du système communiste " comme tu dis.   Mais je demande à voir. Je ne connais pas "la Question juive". Ma fréquentation de Marx a été occasionnelle, un peu superficielle, et de seconde main trop souvent. <br />  <br /> Maintenant, allons-y.<br /> Pour le moment, je crois nécessaire d'établir une sorte de préalable, toujours contourné dans ce genre de débats. Je tiens que la "faillite du système communiste" est l'échec historique d'une forme sociale, économique, politique, elle-même historique, pour des raisons qui le sont évidemment aussi. Cet échec est analysable (je ne vais pas t'infliger cela : les historiens, assez hostiles ou plus favorables, mais faisant leur boulot d'historien,  ont fourni des matériaux assez convaincants) . Ces analyses suffisent presque ( tu me diras que tout l'intérêt est dans le "presque" ) à expliquer l'échec (encore que celui ci ne peut être absolu : nous sommes dans l'histoire) .<br />  <br /> Tu me vois venir : cet échec historique d'une forme ne disqualifie nullement les analyses dont elle s'est officiellement réclamée, par lesquelles elle a tenté de se justifier ou de se guider, celles de Marx et ce qu'il est convenu d'appeler le marxisme. (J'ai entendu, à la Croix Rousse, quelqu'un que je tiens pour extrêmement intelligent, dire "(qu') heureusement nous ne sommes pas tombés dans le marxisme". Il peut arriver pire).  Si on disqualifie le "marxisme" pour cette raison, il y aurait bien des prédications, des théologies, qu'il faudrait enterrer profondément, puisque les formes historiques qui les ont portées  les ont fort mal illustrées. Je suis au ras des pâquerettes, je sais.<br />  <br /> J'y reste. S'il y a eu d'abondantes - et parfois aussi honnêtes que possible- histoires de l'Union soviétique, du communisme comme mouvement historique (et encore !) il y a eu , à ma connaissance,  remarquablement peu d'histoires de l'anticommunisme. En fait je n'en connais pas. Sachant un peu comment s'élabore une "problématique" d'historien, le fait (de plus, peu remarqué -jamais à ma connaissance) , je trouve ce fait très significatif. L'anticommunisme est a priori tenu pour allant de soi, l'étudier serait déjà le critiquer, c'est à dire choisir implicitement un camp condamnable absolument, donc aller contre la doxa de toutes les institutions, notamment universitaires …. Il fait partie de ces cadres admis, contre lesquels on ne saurait  penser (avec le nationalisme, autrefois la religion, etc …) . <br />  <br /> Je dis que l'anticommunisme est un phénomène idéologique qui a dominé tout le XXème s. au moins, s'est insinué dans tous les domaines, sans exception. Avec cohérence et constance il a été le moteur -plutôt le carburant - d'une lutte de classes (François Ruffin dirait d'une "guerre de classes") qu'il a permis de gagner , les intérêts bien concrets et les dispositifs institutionnels, toutes sortes de complicités,  faisant le gros du travail. On peut, de ce point de vue là, relire toute la diplomatie, celle des traités de Versailles, Trianon et Sèvres,  aux origines de "l'Europe" à la création de l'OTAN … et à l'apothéose : la "chute du mur" . <br /> Et tout cela, tranquillement, sans paranoïa , en suivant des historiens très classiques comme Duroselle, ou d'autres, journalistes, faisant un bon travail d'historien, comme Fontaine….<br />  <br /> Tout ceci parce qu'il me semble nécessaire de bien mesurer la force  qui s'élève d'emblée -y compris dans nos propres têtes- contre toute tentative de penser avec Marx, contre le capitalisme (et ceux qui le défendent,  surtout ceux qui le défendent honteusement : tu suis mon regard) , et lorsqu'on ose encore imaginer qu'on peut vouloir encore un monde où l'argent n'est pas le Dieu, l'Alpha et  l'Oméga (ni le Parti LA Vérité - ni quelque institution que ce soit) . <br /> Bref, nous sommes bien d'accord sans doute, sur cet objectif  superbe : un monde fondé sur le Sujet libre, en tension dans un univers de symboles, ouvert à l'autre, au Tout Autre si l'on veut,   où l'argent n'aurait que sa place, très nécessaire et très relative. Et où l'être générique ne la ramènerait pas trop. <br /> La route est longue. Il faut que je m'équipe que je ne traîne pas  que je ne parte pas seul que je ne m'égare pas en chemin , ' avant que viennent les mauvais jours, … où se courbent les hommes vigoureux, quand tombe la voix de la meule, quand s'arrête la voix de l'oiseau, quand se taisent les chansons et qu'on redoute la montée et qu'on a des frayeurs en chemin… '<br />  <br /> Allez,  il est 12h 42. Le sujet que je suis a un léger creux à l'estomac, trois airs à mettre sur la cornemuse, deux plaques à commencer de graver, une quinzaine de tirages très  propres à faire en vue d'une exposition, en Mai, mais quand même !, (tout) Marx à lire, avec peut être un zeste d'Althusser que je viens d'extraire de ma bibliothèque. <br />  Gérard. 10.I. 2009
Répondre
G
Maieuticien toi-même. Tu me fais avancer vers tes hauteurs, qui me sont inconnues. Mes crêtes du Diois me sont plus accessibles, plus douces, plus familières. Ton fort texte d'hier m'a laissé perplexe. Je vais essayer d'y répondre (d'une manière sensée ???) . Je resterai sans doute à mon niveau, sur le plateau, en contournant l'obstacle. Bien que j'écoute volontiers le conseil de De Gaulle (qui n'est pas mon maieuticien préféré) :  "Quand vous rencontrez des difficultés, passez par les crêtes. Il y a moins de monde". A bientôt donc. peut être sur les hauteurs si je monte un peu, ou à mi-pente.
Répondre
E
Je souris en te lisant mais je trouve que tu es un bon maïeuticien qui aide à avancer. J'ai des choses à dire mais, en ce moment, je dois partir en réunion. A cet après-midi !
Répondre
G
Cher Etienne. Je ne te réponds pas. Je vais d'abord essayer de digérer tout cela. A première vue je ne sais trop que dire de sérieux sur ce gros et bien intéressant morceau. Je veux seulement te dire que j'ai été navré de t'avoir fait sauter en l'air. Il y a des exercices dangereux dans nos âges, comme aussi grimper aux rideaux. Navré et inquiet : d'avoir dit de grosses balourdises, dans des domaines où mon inculture devrait me rendre plus circonspect ; inquiet par conséquent que notre échange s'arrête là , le pied, et toi, en l'air. Ma réponse était, tu l'as bien compris, un retour sur mes bases quasi mono-maniaques, au ras du bitume. Je vais essayer de m'élever un peu, en gardant un pied sur terre. Je ne sais comment. 
Répondre
E
J'espère que tu ne m'en veux pas d'avoir utilisé l'expression : "Je saute en l'air". Nous sommes sérieux, mais nous restons un peu dans le jeu, heureusement pour nous. Je suis assez d'accord avec tout ce que tu dis, surtout lorsque tu en arrives à parler de liberté dans ton avant-dernier paragraphe. Par rapport au symbolique, je vais m'expliquer simplement. Pour moi, l'ordre symbolique est ce qui nous permet de nous structurer comme sujet. Le symbole est lui-même une structure en tension, qui va permettre une dynamique et une ouverture. Dans cette perspective, il s'agit de resituer l'argent dans l'ordre symbolique. Quelle place lui donner dans cet ensemble pour qu'il produise du sujet et donc de la liberté ? C'est pourquoi j'ai réagi, avec en même temps un sourire en coin. A ce niveau, Marx était un peu court. Il accordait plus d'importance à l'être générique qu'au sujet et c'est, de mon point de vue, ce qui a conduit à la faillite du système communiste. Je suis retourné voir La Question Juive que j'ai traduite et commentée à l'Ecole Pratique des Hautes Etudes. Pour lui, le capitalisme est l'accomplissement de la religion juive et du christianisme parce qu'il a promu l'argent, dans la sphère pratique, au niveau de Dieu. Il me semble avoir en partie raison dans la dernière proposition. Mais ce que la religion juive et le christianisme considéraient comme sujet (bien que le terme choisi ne soit pas celui de sujet mais celui de personne) dans la foi (pour les deux religions, la foi est l'instauration d'un sujet), il l'a identifié à l'individu qu'il a opposé à l'être générique. Or, le sujet, comme tu l'as sans doute appris comme moi, est, en même temps être social et individu : il est lui-même en tension. Mais cela étant dit, nous ne sommes pas encore au bout de nos peines. Je reviens à la question posée plus haut : quelle peut être la place de l'argent dans l'ordre du symbolique ? Il est un peu de l'ordre du ça, d'une sorte d'énergie fondamentale dans la sphère économique. Je suis en train d'étudier un conte tibétain pour dimanche : La légende du buffle unicorne. Ce conte nous montre que le sexe et la sexualité se répercutent à tous les niveaux. Il en fait même le fondement du développement de l'être humain, à tel point que la maison de l'homme est une maison faite de bambous agencés les uns aux autres (il avait comparé le sexe à une tige de bambou). Autrement dit faire de l'homme, c'est d'abord mettre en place la sexualité dans l'odre symbolique, que l'on peut comparer à la maison (de bambous). Il doit en aller un peu de même pour l'argent mais je rends provisoirement mon tablier en attendant tes lumières. Entre nous, nous ne sommes pas tellement loin de Marx qui voyait dans le rapport de l'homme aux forces de production  le fondement de toutes les superstructures...
Répondre
G
Je saute en l'air lorsque tu dis qu'il faudrait que l'argent cesse d'avoir une dimension symbolique. Pourquoi ? Pour moi, le symbole, tel que je l'emploie ici, renvoie au sujet (ce que tu sembles admettre plus ou moins). Si j'élimine cette relation au sujet, pour faire de l'argent un simple outil de l'échange, tous les risques sont possibles. L'homme est en voie de disparition. Je crois voir le risque que tu veux éviter : faire de l'argent un sujet en en faisant une sorte d'idole. C'est tout le contraire du sujet et c'est plus précisément la déconstruction du sujet humain. C'est le "mamon de l'Evangile", c'est-à-dire l'enfermement de l'homme, par opposition à un Dieu qui en serait l'ouverture. <br /> Il me semble que nous sommes sur un des noeuds importants de la discussion. Il faudrait continuer pour apporter plus de clarté.<br />  <br /> Mon cher Etienne<br /> Je me demande si nous parlons des mêmes choses, ou si nous mettons les mêmes sens sous les mots, et surtout si nous abordons ces questions du même point de vue. Le nœud est peut être dans quelques malentendus. Si nous voulons continuer utilement, il faut en effet plus de clarté. <br />  <br /> 1)       Je ne suis guère familier de la réflexion théorique en général et de celle portant sur le "symbolique" en particulier. En réouvrant Melman après t'avoir expédié ma réaction précédente, je relis  ses rappels sur les "Lois du langage" , le Symbolique, le Réel et l'imaginaire,  etc, etc, Je revois  l'utilisation qu'il en fait, les conclusions qu'il en tire. Bien. Intéressant. Je comprends, un peu, parfois en gros, ou tout juste.  Si tes concepts relèvent de ce champ, j'aurai du mal à te suivre, non par désaccord, mais par incompétence. Je ne suis pas psychanalyste, ni lacanien ni d'une autre chapelle.  J'utilise ces notions, sans doute d'une manière imprudente, en tout cas naïve. J'essaie de les incorporer dans ma propre réflexion, au risque de les tordre quelque peu.<br />  <br /> 2)       Je crois que, pour l'essentiel, tu m'as compris. <br /> Je pense, ou plutôt je constate que l'argent est au coeur des fonctionnements sociaux et politiques, d'abord d'une manière extrêmement concrète : on voit de temps en temps passer des chiffres. En 2005, les 500 premières fortunes en France se sont augmentées de 30 milliards d' euros, non réinvestis ; ces revenus-là progressent de l'ordre de 40% entre 1998 et 2006 ;   583 personnes dans le monde possèdent plus d'un milliard de dollars / et dans le même temps, on a, dans notre exemplaire hexagone,  3,7 millions de pauvres , selon les  critères de l'Observatoire national (moins de 50 % du revenu médian )  7 millions suivant les critères UE   ( 60% du revenu médian ) ; ajoutons : les précaires en tous genres , les smicards, sous-smicards ou quasi-smicards, dont le nombre et la proportion sur l'ensemble des salariés augmentent : cela fait un total approchant les 30 % de la population, qui vit dans le manque et la pauvreté ; plus ceux qui craignent d'y de tomber à tout moment, la plus grande masse des salariés qui sont 90 % de la population ,  etc, etc … (Je tire ceci de ce que j'ai sous la main en ce moment : Filoche (Gérard).- Salariés si vous saviez…, Dix idées reçues sur le travail en France.- La Découverte, 2008.)<br /> Tu connais ces chiffres, ces réalités,  aussi bien que moi, mieux sans doute, en sociologue. <br />  <br /> L'argent donne donc un pouvoir monstrueux aux quelques uns qui en détiennent les clés : la possession du capital et le contrôle de fait du pouvoir. Et il manque d'une manière insupportable au grand nombre des autres : les salariés soumis à l'avidité de l'actionnariat, ceux pris dans la guerre contre le service public. Or cet argent-là, celui des capitalistes, est tabou (encore une de mes approximations) comme le mot qui désigne ses détenteurs : on n'en parle pas. Et encore moins de son origine réelle, de "ce qui" fait et entretient  cette puissance monstrueuse d'un côté ; et de l'autre le manque "d'argent" des "travailleurs" (comme on disait dans la préhistoire), invités de surcroît à être honteux quand ils en ont un peu, puisqu'ils sont alors privilégiés. Ce sont ces chiffres-là, en fait : les réalités sociales, politiques dont ils sont le reflet, qui me font sauter en l'air. <br /> Et dans mes classes, au Lycée Professionnel, et dans mon bureau, ce n'étaient pas des chiffres que je voyais passer… <br />  <br /> 3)       Ces chiffres, ces réalités : et les perversions complices du langage. Tout est recouvert d'un édredon idéologique, qui sacralise la "loi du marché", faux-nez du capitalisme. Sans cesse, des prêtres habiles et habilités justifient le pouvoir monstrueux des maîtres de l'argent ; invitent cyniquement les autres à se débrouiller pour en acquérir : "travaillez plus pour etc..." , les rendent coupables de leur manque…. Et se mettent en place, à une vitesse accélérée, les dispositifs qui permettent de pressurer encore plus ceux à qui tout manque. Veau d'or, Mamon, oui. Les bâtisseurs du veau d'or et leurs prêtres tondent maintenant ceux qui se prosternent . C'est tout bénéfice. C'est ce que je voulais dire, j'aurais dû être plus concret. Au lieu de me risquer dans un vocabulaire qui n'est pas très habituellement le mien. <br />  <br /> 4)       On peut donc vouloir une société (je ne serai pas le premier utopiste, ni le seul) où "l'argent" ne serait ni un moyen d'exploiter le travail d'autrui, ni la clé du pouvoir, ni le veau d'or, ni la carotte, ni le bâton, mais un simple moyen d'existence, et même, allons jusqu'au bout de l'insoutenable : de liberté. Je ne vois pas de quoi sauter en l'air. Si une telle société advient, ou même commence d'advenir, je suis prêt, malgré mes ans, à grimper aux rideaux. <br />  <br /> Je ne sais si le nœud est tranché, largué ou re-souqué . Mais cette question , centrale, de " l'argent " et sa fonction sociale, politique, économique … et symbolique : créateur -ou destructeur- d'humanité ? à quelles conditions ?,  me semble être assez…  complexe. Chaque approche se tient sur son terrain, vient avec ses concepts pourvu qu'ils soient pertinents, certes, et mutuellement compréhensifs surtout. Ceux proposés autrefois par le père Karl, dont je ne suis pas un expert, loin de là., peuvent l'être, je pense. J'y retourne donc.  <br />  <br /> Bien amicalement. <br /> Gérard, 9.I. 2009<br />  
Répondre
E
Je saute en l'air lorsque tu dis qu'il faudrait que l'argent cesse d'avoir une dimension symbolique. Pourquoi ? Pour moi, le symbole, tel que je l'emploie ici, renvoie au sujet (ce que tu sembles admettre plus ou moins). Si j'élimine cette relation au sujet, pour faire de l'argent un simple outil de l'échange, tous les risques sont possibles. L'homme est en voie de disparition. Je crois voir le risque que tu veux éviter : faire de l'argent un sujet en en faisant une sorte d'idole. C'est tout le contraire du sujet et c'est plus précisément la déconstruction du sujet humain. C'est le "mamon de l'Evangile", c'est-à-dire l'enfermement de l'homme, par opposition à un Dieu qui en serait l'ouverture.
Répondre
G
Il me semble que tu éclaires la voie vers un peu plus de vérité. Ce n'est pas seulement l'existence de la monnaie et son fonctionnement qui est en cause. C'est la nature même du système financier qui va déterminer la nature des structures sociales et politiques[1]. Autrement dit est-ce qu'il obéit aux structures symboliques fondamentales sous-jacentes au langage[2] ? Va-t-il vers une symbolisation de l'existence humaine , constructrice d'intelligence et de liberté ou au contraire vers une désymbolisation conduisant à la confusion et à la barbarie[3] ? Un système basé sur la spéculation financière engendre la désymbolisation. Alors quelle est la dimension symbolique de l'argent qui peut permettre un surcroît d'humanisation[4] ? <br />  <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> [1] Et inversement ? <br /> Le système financier a besoin d'un système social et politique, mais en détermine-t-il " la nature " ? Le système financier me semble être, pour une part, de l'ordre de la technique ; la technique ne saurait déterminer le politique et le social ; elle en fait partie, plutôt comme une résultante. Voyons le vieux Karl, là-dessus. <br /> <br /> <br /> [2] Mon inculture m'empêche de voir ce que recouvre  pratiquement cette proposition. <br /> <br /> <br /> [3] Ceci renvoie à Melman (Charles) .- L'Homme sans gravité, jouir à tout prix.- Denoël, 2002. Mais (de mémoire) ce n'est pas la "spéculation financière" en tant que telle, que Melman met en cause dans la perte de symbolisation (de pouvoir de symboliser, plutôt) mais l'argent et la "consommation", devenus valeurs centrales et pour ainsi dire exclusives, au sens fort, de toutes les autres ; c'est à dire mortelles pour celles-ci.   <br /> <br /> <br /> [4] Intuitivement, je dirais qu'il faudrait plutôt que l'argent cesse d'avoir une dimension symbolique quelconque (autant que faire se peut) , ne soit qu'un simple outil au service des échanges. Ce qui suppose sans doute un changement radical dans la nature des rapports sociaux (politiques, économiques, etc…) et - pour une part : par conséquent -  symboliques.  En d'autres termes, pour que la "liberté d'acheter et de vendre" puisse être "symbole" d'une société libre et humaine, où l'homme est sujet et non consommateur de marchandises ou marchandise, il faudrait précisément qu'elle cesse … d'en être le symbole,   et ne soit qu'une question essentiellement technique . ( Alors qu'aujourd'hui elle sert à masquer la nature des rapports sociaux et économiques, assimilés à cette question technique, confondus délibérément avec elle, afin de les faire admettre comme neutres et indépassables -l'apellation : société "de marché"- ) Sur ce point aussi, il faudra aller revoir le Père Marx. <br /> <br />
Répondre
E
Jacques, tu poses une question difficile mais fort à propos, de mon point de vue. Par définition le symbole fait lien pour favoriser la constitution du sujet. Tu le définis toi-même : il fait résonance avec la Structure qui relie. Sur un autre plan, il a toujours quelque chose de paradoxal : il relie et sépare, en même temps. L'argent considéré comme idole relie mais ne sépare pas : il est déconstructeur du sujet. Alors, qu'est-ce que peut être l'argent au niveau symbolique ? Il est une émergence de la parole, dans la dimension de l'économique, associant un je et un tu, cela sous sa forme la plus humaine.A suivre...
Répondre
J
c'est la structuration du sytème financier qui détermine la  structuration sociale et politique... "et réciproquement". (rétro-activement)Comment différencions nous et relions-nous structure et symbole, structurer et symboliser, se structurer et se symboliser, structurer les symboles et symboliser les structures...L'argent symbolise une richesse (mot à définir). Il conviendrait de ne pas accumuler les symboles mais de mieux les structurer et les partager. (Ce que tu fais Etienne. )Comment ? Peut-être en cherchant la "résonnance" avec La Structure qui relie, du moins et au mieux avec l'idée que nous pouvons nous en faire, ensemble, en nous enrichissant ?
Répondre
E
Il me semble que tu éclaires la voie vers un peu plus de vérité. Ce n'est pas seulement l'existence de la monnaie et son fonctionnement qui est en cause. C'est la nature même du sytème financier qui va déterminer la nature des structures sociales et politiques. Autrement dit est-ce qu'il obéit aux structures symboliques fondamentales sous-jacentes au langage ? Va-t-il vers une symbolisation de l'existence humaine , constructrice d'intelligence et de liberté ou au contraire vers une désymbolisation conduisant à la confusion et à la barbarie ? Un système basé sur la spéculation financière engendre la désymbolisation. Alors quelle est la dimension symbolique de l'argent qui peut permettre un surcroît d'humanisation ?
Répondre
G
Joseph et la crise.<br />  <br /> A toute première vue, Joseph a construit un système parfaitement totalitaire. Le texte en fournit le mode opératoire.<br /> Joseph détient le pouvoir. Il est maître des esprits : il pénètre dans la pensée des hommes, qu'il connaît mieux qu'eux, puisqu'il en donne le sens. Il maîtrise le temps, anticipe, prévoit les événements. L'argent venant à manquer, il acquiert les biens vitaux des hommes : le bétail, les terres ; grâce à quoi,  il possède les hommes eux-mêmes , leur vie. <br /> Seuls les prêtres échappent à la servitude totale. <br />  <br /> Il est en effet remarquable que c'est la disparition de "l'argent" qui provoque le passage à la servitude. "L'argent" suppose une confiance -dans la valeur du moyen de paiement,  et entre les créanciers - débiteurs. Ce qui suppose système politique et social, réglé  et  fondé(quels que soient ces fondements) , qui garantisse la confiance "L'argent" -la monnaie - est par définition est "un équivalent universel" : il a (disent les économistes, si je me rappelle bien) "un pouvoir libérateur" ; celui qui en possède en fait l'usage qu'il veut. En ce sens il garantit la liberté. On sait qu'une de ses formes est la monnaie fiduciaire… <br />  <br /> On comprend que la disparition de l'argent rend -en partie - caduc le système politique et social, une de ses justifications essentielles tombant. En être dépourvu conduit à l'asservissement. Le résultat est un système qu'on peut qualifier de barbarie, reposant sur la force pure et la domination absolue, arbitraire, des hommes par les détenteurs du pouvoir .<br /> Les prêtres, ses alliés, fourniront l'idéologie justificatrice qui maintiendra l'ordre.  <br />  <br /> Trois remarques, toujours à première vue. <br />  <br /> 1) Il est tentant de lire les régimes et les sociétés récentes et même contemporaines à travers ce schéma. France Sarkozienne, y compris. ( La maîtrise des esprits, l' interprétation unilatérale et univoque des "désirs" du peuple, l'illusion entretenue d'être au cœur de chaque événement et de le maîtriser ; mais aussi l'extrême pauvreté de beaucoup, y compris de travailleurs, leur liberté illusoire. Et enfin le clergé politique dominant, qui trouve toujours une justification  à l'état de choses, que nul ne saurait changer… ) <br />  <br /> 2) Que l'argent, par sa nature, garantisse la liberté de chaque détenteur (en nécessitant un système politique, et par son "pouvoir libérateur") ne garantit nullement que le système social et politique qui repose sur lui,  garantisse les libertés - la liberté (de chacun). C'est le tour de passe-passe de l'idéologie "libérale", bien connu, peu dénoncé, opéré par les prêtres du système, que de faire croire que la liberté d'acheter est en soi la liberté. En d'autres termes, que le "marché libre" est une valeur suprême (alors qu'il est techniquement, historiquement, impossible, n'est donc qu'une illusion, c'est à dire un mensonge) <br />  <br /> 3) Il se peut que cette idéologie soit de plus en plus perçue pour ce qu'elle est  : la seule illusion qui permette au système de se maintenir. Le prêtres politiques fourniront alors une autre valeur de remplacement, qu'on voit pointer : le couple peur- sécurité (devant le terrorisme, l'immigration, le changement climatique, etc etc … qui ne sont pas que des problèmes fictifs !) ce qui permet de perpétuer le système . <br />  <br /> Ceci revient à dire que le maintien de l'argent n'est nullement, en soi,  une garantie contre la survenue de la barbarie. Ni par conséquent, le "marché" et sa supposée "loi d'airain". Foutaises. Ce serait plutôt l'inverse. Ce qui reste à démontrer.<br />  <br /> Ce sont là mes premières approximations. <br />  <br /> Je suis maintenant curieux de voir en quels termes le père Karl analyserait la Genèse 47 , 13-26.  Mais son texte n'a pas, hélas, cette simplicité … biblique. Cela va me demander un certain temps (malgré quelques pistes retrouvées) . Si quelqu'un peut m'avancer là-dessus, je suis preneur, bien volontiers.<br />  <br /> Gérard Jaffrédou, 7.I.2009<br />  <br />  <br />  <br />  
Répondre
J
Je lirai ton travail sur Joseph dans quelques jours ; en ce moment je suis pas mal occupée par des malades.
Répondre

  • : le blog mythesfondateurs par : Etienne
  •   le blog mythesfondateurs par : Etienne
  • : Mythes, articles à partir des mythes, réactions sur le site Mythes fondateurs http://mythesfondateurs.over-blog.com/ Le mythe et le conte sont la parole dans sa première gestation. C'est pourquoi, si la parole est malade, comme le dit Vittorio Gasman, il devient urgent de revenir à ses fondements qui sont encore à notre disposition, à travers les mythes et les contes. Lorsque la parole ne fonctionne pas, c'est la violence qui gagne. Les mythes et les contes, par l'apprentissage du processus symbolique qu'ils proposent, sont là pour nous aider à faire sortir la parole de la violence. C'est de la naissance de l'homme lui-même dont il s'agit.
  • Contact

Recherche

Articles RÉCents

Blog De Mythes Fondateurs

Liens

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -