Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 avril 2020 1 20 /04 /avril /2020 11:55

 

Et si nous parlions de la beauté du monde

 

Nous n’avons pas inventé la beauté : elle nous précède, elle nous est donnée. Il suffit de jeter un œil sur le monde pour s’en convaincre. Souvent, il m’arrive de regarder « Arte » entre 19 heures et 20 heures. Des films sont projetés sur les arbres, les fleurs. Les poissons, les oiseaux, les grands fauves… Chaque fois je suis émerveillé par le spectacle qui nous est donné. Et ce sentiment, je l’ai retrouvé dans le chapitre 1 de la Genèse sur la création, qui constitue un grand poème que certains appelleront un mythe. Il est l’œuvre de multiples auteurs mais il y a eu un dernier écrivain qui l’a mis en forme, et cet auteur était lui-même un grand poète. On lit son émerveillement, qui est aussi celui du créateur. A chaque étape de la création, le créateur s’arrête pour la contempler et reconnaît que le monde en gestation est beau, et même très beau, et non pas bon comme l’exprime la traduction française. En tout cas, les traducteurs grecs de la Septante, grands connaisseurs de l’hébreu, ont choisi le terme « calos » qui souligne la beauté et non la bonté. « Dieu vit tout ce qu’il avait fait : cela était très beau » (Gn 1, 31). Le monde créé est un chef d’œuvre, la référence même de toute beauté. Socrate dans Platon parle souvent de l’intuition, présentée comme un ressouvenir de l’acte premier de la création. L’intuition de la beauté qui soutient tout discours sur un tel sujet n’échappe pas à une telle démarche.


Un artiste prestigieux

Le Dieu de la Genèse est le plus grand des artistes car il est le créateur de la beauté. C’est lui qui en pose les fondements et les applique dans chacune de ses œuvres. Et cela il le fait non seulement à l’origine mais aussi dans le déroulement de toute leur évolution. A chaque moment, il cumule tous les métiers de l’art : architecte, peintre, sculpteur, poète… Oui le monde est aussi fait de poésie et il ne suffit pas d’être un scientifique pour en percer tous les secrets : il faut aussi avoir l’intuition et la capacité d’émerveillement du poète.


La parole créatrice

Ici, la parole n’est pas dénouée du faire. Elle dit et fait, en même temps. Dieu tire ainsi le monde de lui-même, de son être fait d’existence, de lumière et d’intelligibilité. Par sa parole, il le pose à distance pour qu’il puisse non seulement exister mais devenir lui-même. Autrement dit, la parole créatrice détache le monde du créateur pour qu’il puisse se créer lui-même. Elle lui insuffle un souffle créateur qui va l’accompagner pendant tout le temps de son existence. « Dieu dit : Qu’il y ait un firmament au milieu des eaux et qu’il sépare les eaux d’avec les eaux et il en fut ainsi » (Gn 1, 6).

 

La lumière

Le premier acte de la parole créatrice consiste à donner naissance à la lumière, composante essentielle de la beauté et du monde lui-même. « Dieu dit : Que la lumière soit et la lumière fut. Dieu vit que la lumière était belle, et Dieu sépara la lumière et les ténèbres » (Gn 1, 3-4). Les Egyptiens avaient compris, depuis longtemps, l’importance de la lumière, puisque Rê, le premier des dieux et le créateur des dieux secondaires, était représenté par le soleil. Il était lui-même essentiellement lumière.  

Ainsi, dans la Genèse, si Dieu crée le monde par la parole, il le crée aussi à partir de la lumière, parce que, comme pour Rê, la lumière constitue une dimension essentielle de son Être.


L’image

L’artiste travaille très souvent avec des images et sur des images. C’est sa manière à lui de créer mais il ne peut donner la vie aux êtres qu’il représente. Dieu, dans le poème de la Bible n’échappe pas à l’art de l’image, mais il n’est plus dans l’imaginaire. Il crée l’homme à son image, autrement dit l’homme ressemble à Dieu, au point d’être presque l’égal de son modèle. Comme lui, il est artiste et reçoit la mission d’embellir le monde. « Dieu dit : Faisons l’homme à notre image comme notre ressemblance… Dieu créa l’homme à son image, à l’image de Dieu il le créa, homme et femme il les créa » (Gn, 1, 26-27).

En devenant l’image du créateur, l’homme et la femme sont comme la signature de l’artiste. Ils sont là pour témoigner que cette création est l’œuvre d’un Autre qu’ils ont pour mission de représenter. En même temps ils sont chargés de continuer son action.

D’une certaine façon, Dieu invente ici l’écriture, qui est d’abord image, en chargeant un autre de le représenter et finalement de signer à sa place. L’homme devient lui-même écriture de Dieu. C’est à travers lui que Dieu a dû inventer l’écriture pour la confier à l’univers.


Visage

Il appartient au visage de porter l’image de l’Autre. C’est cette image qui va l’embellir en le transfigurant. Je me souviens d’avoir rencontré un homme qui n’avait plus de visage. Il est entré dans le métro et plusieurs jeunes qui fanfaronnaient auparavant ont été terrorisés et se sont rapprochés de moi pour être protégés. Par contre récemment j’ai assisté par internet à l’enterrement d’une personne morte du coronavirus. Une de ses filles était chargée d’assurer l’animation. Son visage était transfiguré par une lumière qui venait d’ailleurs si bien qu’il y avait, en elle, une indicible beauté. Je pense qu’elle portait l’image d’amour de sa mère. Et, pourquoi pas, en même temps, l’image de Dieu lui-même.


La parole d’amour

Nous avons commencé par la parole créatrice et nous terminons par la parole d’amour. L’image que porte le visage finit par révéler le nom de l’Autre qu’elle représente. C’est alors que la parole créatrice se transforme en parole d’amour. La parole créatrice venait de Dieu lui-même. La parole d’amour est la réponse de l’homme. Mais si le visage continue à porter l’image de l’Autre, il va servir de support à l’image de tous les autres si bien que l’amour finira par se multiplier et contribuera à embellir tous les visages de ceux qui s’aiment.

Etienne Duval

 

 


 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

C
Une petite anecdote !
Durant le Covid, nous avons continué à sortir Sam en balade autour de la Maison.
Et nous avons vu pour la première fois des croix que nous n’avions jamais vues alors que nous passons tous les jours devant !
Puis, un autre jour, Sam nous a emmenés dans une clairière et là, surprise, une statue de la Vierge au milieu d’un étang avec une maison un peu plus loin.
Etonnant…
Alors, j’ai eu cette intuition que nous étions chacun devant notre Croix !

Je crois que un à un, on est placé face à la Vie et à la Mort dans ce cycle Vie-Mort-Vie.
Mais on ne veut voir que d’un côté, celui de la Vie alors que en regardant la Mort en face, on fera le choix de passer de la Croix au jardin !
Un jardin sans pesticides car on tue
Un jardin où chacun a le fruit de la moisson
… un Beau jardin !

Tu comprends ?
Ce sont des sujets que je partage avec Fadila qui est une « messagère » !
Répondre
E
De la croix au jardin, c’est pour moi une belle image. Un beau jardin, qui sera notre demeure définitive, mais avec notre maison intérieure sous la protection de Marie. Nous aurons peut-être un chien qui nous servira de guide. De quoi nous faire rêver. Le jardin, c’est sûr. Le chien pourquoi pas ?
V
Malgré tout, ce qui se passe ne peut ne pas nous atteindre, y a t-il une lueur d’espoir ……

La beauté du monde, dont tu parles dans ton blog, ne peut que nous faire sentir, encore plus cruellement,

tout ce que nous risquons de perdre, je pense que nous en sommes de plus en plus conscients.

Dans la Genèse, Yahvé endurcit le coeur de Pharaon, il à fallu la 10e plaie d’Egypte pour

que Pharaon comprenne et laisse les juifs sortir d’Egypte. Est-ce ce qui nous arrive ?

Bonne soirée à toi.
Répondre
E
Je préfère être optimiste. Je pense que le meilleur est devant nous, parce que nous sommes en période d’apprentissage. J’espère, en tout cas, qu’à la suite de Socrate nous saurons nous dégager des spécialistes qui savent pour apprendre à penser par nous-mêmes.
B
Bonjour Etienne
Je réponds avec beaucoup de retard à ton texte sur la beauté du monde. C’est bien connu, nous sommes débordés en ces temps de confinement !!!
J’aime ton texte auquel je souscris entièrement. La beauté nous est effectivement donnée et c’est une source indicible de joie. C’est une ouverture à l’au-delà des apparences
Le monde est effectivement beau quand l’homme ne l’abime pas trop. Cette beauté nous est quelquefois cachée par l’activité humaine ( bétonnage excessif, pollution lumineuse qui nous cache la beauté du ciel….) Mais il se trouve que l’action de l’homme est aussi possibilité d’accès à la beauté ( l’artiste qui crée une statue de marbre fabuleuse, la science et la technique, œuvres humaines, qui permettent la contemplation des galaxies lointaines bien peu visibles à l’œil nu….). Il ne suffit pas pour percer tous les secrets du monde, dis-tu, d’être un scientifique ; bien sûr la contemplation et le tressaillement devant la beauté sont affaire d’intuition, un mode de connaissance, tout a fait complémentaire du raisonnement.
J’ai aussi aimé ta remarque d’exégète averti sur le choix du mot « calos » qui signifie « beau » plutôt que « bon » . Du coup j’ai eu envie de relire le premier chapitre de la Genèse que je n’avais pas ouvert depuis longtemps.
Avec toute mon amitié.
Bernard Beaudonnet
Répondre
E
Merci Bernard. J’apprécie ta remarque sur l’apport de la science pour permettre la contemplation de la beauté du monde.
En plus, je suis fier d’avoir contribué à ta nouvelle lecture du premier chapitre de la Genèse. Ce chapitre est vraiment très intéressant.
Très bonne soirée !
Y
Atelier écriture

Rencontres

Comment rendre compte à un âge avancé
De tous ces visages que l’on a salués
Il y a ces premières rencontres
Enfouies avec les fantômes du passé
Il y a ces rencontres où les corps transcendés
Se sont mis à danser
Il y a ces rencontres qui nous ont fait trembler
Il y a celles que l’on aurait voulu éviter
Celles qui n’ont fait que nous blesser
Mais souvent la chair était déjà ouverte
La flèche n’a fait que nous le révéler
Et puis il y a ces rencontres inattendues
Ces rencontres avec de vrais bras tendus
Celles qui justement à notre insu
Nous ont aidé à cicatriser les plaies du passé
Il y a ces rencontres passionnées
Celles qui nous ont dévorés et que l’on tente d’oublier
Il y a ces rencontres à peine esquissées
Et qui pourtant nous laisse un goût d’éternité
Il y a ces rencontres virtuelles
Au travers des écrans de ce monde confiné
Et qui aident parfois à nous consoler
Il y a celles que l’on croyait enracinées
Et qui avec la distance semblent s’estomper
Et puis il y a ces rencontres de demain
Dans ce monde de plus en plus incertain
Ce seront pour l’heure des rencontres distanciées
Mais peut-être gagneront-elles en intensité
Peut-être que ces corps privés de faux semblants d’une amitié tronquée
Pourront-ils dans cet écart gagner en véracité
Car trop de saluts d’embrassades parfois à peine esquissés
Ne révèlent qu’un semblant de sincérité
Dans ce regard vers l’autre nous devrons être plus concentrés
Et cette vraie présence au monde nous permettra peut-être
De mieux nous-mêmes nous rencontrer.


Yves, le 29 Avril 2020
Répondre
E
C’est aussi dans la rencontre que se révèle la beauté de l’autre, qui conduit à l’amitié.
Merci, Yves, en cette période de confinement, de nous entraîner vers des espaces indicibles, qui échappent à toute fermeture, grâce à la poésie.
C
Bonsoir Etienne,

Je viens d’écouter Jean-Dominique Michel.
Merci du partage.
Ca questionne tout cela !

Je te remercie par là-même pour ton article du blog sur la Beauté.
J’ai pris le temps de te répondre car les mots ne venaient pas.
Il fallait laisser la Beauté être à l’œuvre au delà des mots. Se détacher du texte pour en comprendre la quintessence.

C’est très difficile, je trouve, d’élaborer autour de la Beauté car elle se situe dans un espace indicible.
La perception est très personnelle.
La Beauté fait écho à l’intérieur.
On ne peut pas se l’approprier comme une émotion, un état d’âme…
Impalpable. Fugitive.
Elle Est.

D’où surgit-elle ?
C’est dans la Nature que se révèle la réponse.
La Beauté vient d’un Monde plus grand, d’un créateur qui a Fait à la perfection.
Oui, il suffit de regarder la Beauté du Monde. Je te rejoins pleinement.

Comment irradie-t’elle ?
Je crois que la Beauté irradie quand elle touche au cœur tout simplement sans froufrou ni fioritures.
C’est le coup de cœur !
Le point de rencontre de « cœur à cœur »

NB : nous avons demandé à nos amis, clients d’imaginer leur décor sur une commode Moissonnier pendant le confinement et nous avons été émerveillés par les créations. L’élan du coeur ! Nous avons ainsi rassemblé ces dessins dans un grand cœur car c’est de cela dont il s’agit. C’est BEAU, n’est-ce pas ?

Bonne soirée à toi et vivement le prochain article :) !




Christine Duval
Répondre
E
Je te suis tout à fait. La beauté est au-delà des mots puisqu’elle renvoie à un espace indicible. Et cet espace, c’est peut-être tout simplement l’espace en raccourci de la création : la création est belle et même très belle comme dit le texte de la genèse.
Et puis la beauté de la création renvoie à la beauté du créateur, qui nous invite nous-mêmes à la beauté puisque nous sommes à son image. La beauté nous invite à nous rejoindre nous-mêmes. Nous ne pouvons être véritablement nous-mêmes que dans un univers de beauté. C’est un peu pour cela que vous avez eu une idée de génie de faire imaginer un décor de beauté à des gens confinés. Cela les a sortis du confinement en les faisant entrer dans l’espace indicible de la création. Oui c’est beau. Mais il me semble qu’il y a une petite erreur dans la représentation. Chaque panneau est beau parce qu’il est unique. Aussi c’est peut-être la danse des tableaux, et non pas le rassemblement dans un cœur, qui aurait permis à chaque tableau de ressortir comme unique dans son rapport à tous les autres. Mais je peux me tromper.
Merci pour ta réflexion qui est toujours unique parce que très personnelle.
Très bonne soirée !
J
Merci Etienne pour ton texte magnifique.


Je rebondirai sur le fait que selon les anciens la beauté n’est pas synonyme de bonté. Je me souviens, il y a très longtemps (j’avais moins de 10 ans) que le curé de mon village nous expliquait, à l’occasion d’un cours de catéchisme, le contraste qu’il pouvait exister entre la beauté de la nature et son aspect parfois terrifiant. Que dire en effet de l’image sublime d’un volcan en éruption ou d’une mer déchainée susceptibles de tout engloutir sur son passage.
Répondre
E
Merci Jean-Marc. Tu poses une véritable question. Je ne suis pas sûr de pouvoir y répondre. Derrière la beauté peut se cacher une grande cruauté. La superbe panthère des neiges est capable de nous dévorer si nous manquons de prudence à son égard. La mort fait partie du décor. Il est important d’en tenir compte car, paradoxalement, elle est une dimension de la vie. Elle n’a de sens, pour nous, que lorsqu’elle est au service de la vie et finalement elle peut révéler une très grande beauté, lorsqu’elle est passage pour une renaissance. Toute la vie est faite de mort et de renaissance. La nature n’est pas très belle en hiver mais elle est comme endormie pour renaître au printemps, qui est somptueux au mois de mai. Et puis la montagne couverte de neige n’oublie pas d’être belle… La beauté finit toujours par resurgir parce qu’elle accompagne la vie.
Très bonne soirée
J
Bonjour Etienne,

Merci !
La beauté sous toutes ses formes sauve le monde, sachons la voir.

J'espère que tu vas aussi bien que possible.
Privilégiée car en forme physiquement et curieuse de tout, bricoleuse, à la campagne, je n'oublie pas tous ceux qui souffrent en ce moment ...Les malades, les endeuillés, les "entassés », ceux qui ont du mal à s’occuper.

Amitiés.
Josiane
Répondre
E
Merci Josiane.
Que la beauté sauve le monde, je le crois aussi. Je pense en effet qu’elle rectifie notre regard et nous permet d’accueillir l’autre.
Apparemment la campagne te fait du bien. Dès le début mai, elle va être d’une très grande beauté. Lorsque le confinement ne nous coince pas les uns contre les autres au point d’être étouffés, il peut avoir même des vertus de changement et de transformation. Enfin espérons. De toute façon, il sera aussi ce que nous en ferons. Ta maman doit être heureuse de t’avoir près d’elle.
Beau mois de mai !
J
Bonjour ETIENNE, J'lu ton doc. Il est formidable selon l'habitude.
Je pense souvent à toi en cette période où nous sommes confinés. Chez nous ça va car nous avons une grande maison avec un terrain. J'ai le sentiment que nous appartenons aux gens privilégiés par rapport à toi qui es dans un petit appartement mais je suppose que tu t'en sors bien qui est aussi privilégié comparativement aux personnes qui sont en appart. Exigu avec des enfants en bas âge.
Répondre
E
Merci Jean de ta bienveillance. Je me suis fait plaisir en écrivant ce blog.
Je suis heureux de penser que vous êtes épargnés par le coronavirus. Nous vivons vraiment dans un monde surréaliste. Pour moi les deux épisodes, incendie de Notre-Dame et coronavirus, fonctionnent comme deux avertissements, car nous marchons à côté de nos pompes et nous risquons de contrarier la beauté du monde.
Bien amicalement à toi et à Raymonde.
A
Bonjour Etienne,
Un simple mot pour te dire que j'ai bien aimé ton dernier blog.
Une citation de Laudato Si dans ce sens :

96 . Le Seigneur pouvait inviter les autres à être attentifs à la beauté qu’il y a dans le monde, parce qu’il était lui-même en contact permanent avec la nature et y prêtait une attention pleine d’affection et de stupéfaction. Quand il parcourait chaque coin de sa terre, il s’arrêtait pour contempler la beauté semée par son Père,...
Nous avons la chance de vivre ici un confinement qui ne nous coupe pas des beautés de la nature...
Bonne fin de journée.
Alain
Répondre
E
Merci Alain pour ce mot sympathique et ce rappel de Laudato Si. Je rejoins bien « la beauté semée par le Père ». C’est vrai qu’avec la beauté du monde j’ai l’impression d’être tout proche du créateur. J’en veux aux traducteurs de la Bible d’avoir traduit « bon » au lieu de « beau ».
Profite bien de la beauté de la nature et de la beauté des arbres en particulier.
P
Sans jeu de mots, votre texte est très beau et surtout très concis et explicatif du processus de La Création par Dieu …
Bien à Vous
Shalom
Philippe DELAS
Répondre
E
Merci Philippe. Je suis très sensible à votre jugement car j’ai beaucoup douté avant d’écrire ce blog. Il fallait que la beauté dont je parlais s’exprime par la beauté du texte lui-même. Je suis rassuré.
Très bonne journée !
J
Merci cher Étienne de cette méditation (!) sur la beauté de la création et de la créature. C'est beau. Peu avant, j'avais entendu sur France 24 l'écroulement des cours du pétrole du fait de l'absence de déplacement massif et polluant des personnes. On montrait, sans le vouloir, la saleté de l'extraction de ce liquide noir et gluant dont notre monde dépend et qui dépend de notre monde. Ton hymne à la beauté est venu en contrepoint bienfaisant.
Très fraternellement à toi.
Jean-Paul
Répondre
E
Cela me pacifie de découvrir qu’il y a un grand artiste qui nous précède et qu’il a réalisé l’œuvre la plus extraordinaire que l’on puisse concevoir. Nous pouvons continuer à inventer en toute sécurité. Et, en plus, je trouve que Dieu se laisse presque toucher, sans démonstration intellectuelle, lorsque nous contemplons la beauté du monde. Je suis fier d’avoir un père comme celui-là. Un Père qui est notre père à tous.
Merci de tes réactions qui me rassurent.
Très bonne soirée !
M
Nous avons lu avec plaisir ce dernier blog sur la beaute du monde. Une belle vision de la creation.

Marie-Therese et Paul
Répondre
E
Votre appréciation me réconforte. J’ai hésité jusqu’au dernier moment à rédiger ce blog. Je trouve en définitive que la beauté du monde est la révélation la plus naturelle et, pour moi, presque la plus convaincante, d’un Dieu qui me précède, avec des capacités artistiques étonnantes et fondatrices de la beauté.
Très bonne soirée !
G
Cet article est référencé par google.
Répondre
J
UNE JOURNEE DU LIVRE QUI PORTE LE TITRE DE BLOG

Journée du livre : Nature et Biodiversité, et si nous parlions de la beauté du monde, à Fursac (Creuse), le 6 octobre 2019
PROGRAMME DE LA JOURNEE DU LIVRE 19 octobre 2019:
Rencontre avec une trentaine d’auteurs représentant tous les genres littéraires dont une dizaine sera associée au thème
Rencontre avec des associations creusoises et limousines œuvrant pour la défense de la biodiversité
14 h - Présentation scénique « Tout autour de la Terre » des travaux des enfants de l’école Félix CHEVRIER, orchestrée par N. VALLEE
15 h 00 - Moment conte « Les petits secrets de Dame Nature » à la bibliothèque avec la conteuse Murielle RICHER
Exposition des travaux réalisés par les élèves du DSAA design écoresponsable du lycée Raymond LOEWY avec Gilles CLEMENT et le graphiste Vincent PERROTTET.
Exposition photos des créations de l’atelier Land Art, animé par Marc POUYET le 29 septembre au Moulin des Templiers.
Jeu concours de la Bibliothèque Départementale de la Creuse et atelier pour tous animé par l’association Lire en Creuse
Le coin librairie, où les visiteurs pourront retrouver des ouvrages de référence autour du thème animé par la librairie « aux milles feuilles dunoises »
Le « bistrot du salon » où l’on pourra trouver des rafraîchissements, boissons chaudes, petites « gourmandises »



________________________________________
Salle des fêtes de Fursac
Horaire - 10 h - 13 h 14 h - 18 h


https://reporterre.net/Journee-du-livre-Nature-et-Biodiversite-et-si-nous-parlions-de-la-beaute-du-monde

Appuyez sur le Titre pour avoir routes les références.
Répondre
M
Bonjour Etienne,
je viens de lire ton dernier blog sur la beauté du monde que j'ai particulièrement apprécié et que je m'empresse de le recommander à Marie, peut-être l'enverrai-je à ta filleule et d'autres amis chers. Et puis j'ai retrouvé dans ton texte certaines paroles d'un grand écrivain et poète chinois Cheng et j'ai cru reconnaitre dans la partie consacrée aux visages celui de Sylvie , une des filles de Bruno qui était aux manettes vendredi dernier..J'ai ressenti la même impression que toi en la voyant parler de sa mère et en réagissant par rapport aux différents témoignages.
Merci encore de nous faire partager tes convictions en cette période de confinement et de tant de souffrances.
Bien à toi,
Michel
Répondre
E
Merci de ton échange. Je vois que nous sommes en résonance sur le sujet de la beauté. Oui j’apprécie Cheng et surtout ce qu’il dit de la beauté. Si j’ai fait référence à lui, c’est inconsciemment. Par contre, j’ai trouvé effectivement Sylvie, embellie par l’amour de sa mère et sans doute aussi par l’image de Dieu qu’elle portait en elle à cette occasion.
Bien amicalement à toi et à Marie-Joseph.
S
Coucou, cela fait du bien de voir que tu es en forme. Ce que nous vivons présentement pour moi m'interroge sur le fait de cette peur de la mort. On est très nombreux sur la planète et on voudrait que tout le monde continue quel que soit son état. Il a toujours été évident pour moi que dans le contrat de naissance, la mort faisait partie du lot... ce serait bien que tu lances une réflexion sur ce thème qui me parait cuisant d'actualité. gros bec gars et longo maï. !
Répondre
E
Merci Simone de ton petit mot. Sur la peur de la mort, je ne sais pas trop que te dire. Pour moi, ce n’est pas la peur de la mort qui est en cause, c’est le fait de devenir quantité négligeable pour les autres. De ne plus avoir sa place dans le cœur de l’autre ou dans le cœur des autres. Mais cela nous renvoie à nous-mêmes. Est-ce que nous faisons nous-mêmes une place aux autres ?
J
Merci de ton texte. J'espère que ru vas bien.
Répondre
E
Merci de ton merci et très bonne soirée !
C
Merci beaucoup Etienne pour m'apporter des moment de reflexion
Quelle magnifique photos des Fleurs!
Et c'est quoi alors la beauté ?
je retienne que l'on en prendre conscience par l'intuition.
mERCI eTIENNE
Répondre
E
Merci Carmen. C’est quoi la beauté ? Le Corbusier parlait d’espace indicible pour l’architecture. Il me semble que, dans tous les cas, c’est ce qui nous fait passer dans un autre univers, que l’on ne peut pas qualifier par des mots.
Très bonne soirée !

  • : le blog mythesfondateurs par : Etienne
  •   le blog mythesfondateurs par : Etienne
  • : Mythes, articles à partir des mythes, réactions sur le site Mythes fondateurs http://mythesfondateurs.over-blog.com/ Le mythe et le conte sont la parole dans sa première gestation. C'est pourquoi, si la parole est malade, comme le dit Vittorio Gasman, il devient urgent de revenir à ses fondements qui sont encore à notre disposition, à travers les mythes et les contes. Lorsque la parole ne fonctionne pas, c'est la violence qui gagne. Les mythes et les contes, par l'apprentissage du processus symbolique qu'ils proposent, sont là pour nous aider à faire sortir la parole de la violence. C'est de la naissance de l'homme lui-même dont il s'agit.
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Blog De Mythes Fondateurs

Liens

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -