Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 décembre 2019 1 30 /12 /décembre /2019 15:04

L'enfant au chat de Renoir

 

Ce soir, je suis invité au repas du chat

 

Le chat que je dois rencontrer ce soir

Porte le nom de Chatouille.

C’est un chat persan,

Beau comme un prince d’Arabie.

Chacun pense qu’il habite chez Louise et Marion.

Les apparences sont trompeuses.

C’est lui le maître des lieux.

La journée, il garde la maison.

La nuit, il veille sur ceux qui dorment.

Si quelqu’un tombe malade,

Le voilà transformé en thérapeute.

Si ses locataires se disputent

Il devient médiateur.


A mon arrivée, je trouve le chat en pleurs

Au moment où j’arrive devant la porte du château,

J’entends des gémissements

Pareils à ceux d’un enfant contrarié.

Lorsque j’ouvre la porte,

Chatouille arrête de pleurer.

Il se frotte alors contre moi,

Dans un geste plein de tendresse.

Il n’a plus rien à boire ni à manger.

J‘emplis alors son bac avec de l’eau du robinet.

Sans compter, je verse des croquettes dans trois coupelles.

Il faut, au moins cela, pour le repas d’un souverain !

 

Chatouille révèle sa part d’humanité

Ses pleurs, sa tendresse ont quelque chose d’humain.

Sans doute ne raisonne-t-il pas

Comme nous le faisons nous-mêmes.

Mais il est sans cesse dans le raccourci.

Tout entier, dans le sentir, il communie avec la réalité.

En un seul clin d’œil,

Il sait tout de ceux qui franchissent la porte.

Un peu espiègle, il s’amuse avec les invités.

Le voilà qui grimpe sur ma tête  

Pour respirer l’odeur de mes cheveux.

Lorsque nous nous mettons à table,

Je le vois qui cherche sa place.

Comment Louise peut-elle oublier le maître de maison ?

Il esquisse de petits miaulements pour nous alerter.

Mais chacun reste sourd à sa parole de chat.

 

L’homme descend du singe, mais il descend aussi du chat et des autres animaux  

Tout à coup, une prise de conscience

S’échappe de mes rêveries.

Instruits par Darwin,

Nous imaginons que l’homme descend du singe.

En réalité, il descend aussi du chat,

De l’ours, de l’aigle, du serpent

Et de tous les animaux.

De l’arbre et de tous les végétaux.

C’est le même souffle créateur,

Qui traverse tout l’Univers.

Depuis l’amibe jusqu’à l’homme lui-même.

L’être humain en gestation

Prend ainsi un peu de chaque créature

Pour devenir lui-même au fil de l’évolution.

 

La grande fête de la création lorsque l’homme fait son apparition

La fête de Noël est l’accomplissement

De cette grande fête de toute la terre,

Qui célèbre la naissance de l’Homme.

Selon la légende,

Les animaux se pressent contre le nouveau-né.  

Il y a les bergers avec le bœuf, l’âne, la brebis

Et l’agneau qui vient de naître.

L’Univers est aussi de la partie.

Il désigne une étoile

Pour conduire trois grands savants

Jusqu’au lieu de la naissance.

On le pressentait,

Mais maintenant, on en a la certitude :

L’homme est aussi Fils des étoiles.

 

L’homme en vient à coloniser et à détruire

le monde végétal et le monde animal

Après quelques milliers d’années,

L’homme se sent pousser des ailes.

Il veut dominer toute la terre.

Trompé par sa toute-puissance naissante,

Il en arrive à coloniser le monde végétal et le monde animal

Qui lui ont donné naissance.

Ignorant tout du souffle unique de la création,

Il fait fi des écosystèmes,

Qui relient entre eux tous les êtres vivants.

Voulant imposer son système à lui,

Il empêche la Vie de respirer

Et finit par asphyxier la planète

Sur laquelle il est planté.

Manquant de souffle et de nourriture,

De nombreuses espèces végétales et animales

En arrivent à disparaître.

 

Le grand retournement commence aujourd’hui

Le monde entier se prépare aujourd’hui

A faire un saut salutaire en changeant de direction.

Les hommes finissent par prendre conscience

Qu’ils sont fils de la terre.

Ils doivent prendre soin de la planète,

De la vie qui l’habite,

Des plantes et des animaux

Qui lui ont donné naissance.

Animés par un nouveau souffle de la création,

Il leur appartient de coopérer à la renaissance du monde

Qui les a portés depuis les origines.

 

En prenant soin de la planète et en redonnant leur place aux plantes et aux animaux, l’homme va retrouver son chemin vers plus d’humanité

En changeant de direction,

L’homme sort de sa passivité.

Parce qu’il sait maintenant s’insérer

Dans le souffle de la création qui le précède,

Non seulement il redonne leur place

Aux plantes et aux animaux,

Mais il devient authentiquement créateur.

En croyant être tout-puissant,

Il détruisait la création.

En sortant de la toute-puissance,

Il peut maintenant construire le monde

Et acquérir un supplément d’humanité.

Alors le paradis illusoire,

Où le loup et l’agneau

Vivent ensemble dans une forme de fraternité,

Peut réellement devenir une réalité

Ou tout au moins l’aboutissement de notre monde en devenir.

Ainsi se profile à l’horizon une nouvelle fête de la création,

Où l’homme et le chat pourront souper ensemble.

Etienne Duval

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

I
D'autre part, j'ai lu le texte de ton blog, Le repas du chat. Il est présenté de manière amusante; sur le fond, une vieille ( je veux dire ancienne ! ! ! ) écologiste comme moi, ne peut qu'être d'accord; toutefois, je ne pense pas ( ce ne sont que des hypothèses ) qu'on descende les uns des autres, même si à l'origine on sort du même panier; je verrais plutôt ça comme les cellules de notre corps qui se sont diversifiées à partir d'un même oeuf<br /> Je te souhaite un bon diamanche<br /> Michèle
Répondre
E
Je pense, comme tu le dis, qu’on sort tous du même panier, ou d’un voire de plusieurs ancêtres communs comme l’exprime un des auteurs du journal du CNRS n° 227 :<br /> « La théorie de l’évolution des espèces, échafaudée par le savant à la barbe blanche et sans cesse enrichie, complétée, complexifiée par des générations de chercheurs au prix d’un nombre incalculable de travaux sur le terrain et en laboratoire, paraît indétrônable. Ce que dit Darwin au milieu du XIXe siècle ? Que les organismes vivants sont en perpétuelle évolution, grâce notamment au phénomène de sélection naturelle qui fait qu’au sein d’une même espèce les individus les plus adaptés à leur milieu se reproduisent davantage que les autres. Et que toutes les espèces (l’homme n’est pas exclu de ce schéma) descendent d’un ou de plusieurs ancêtres communs. Un bouleversement dans la vision traditionnelle chrétienne qui prévaut alors, et pour laquelle les créatures en tout genre qui peuplent la planète sont des créations divines, immuables et indépendantes les unes des autres. »<br /> Alors, est-ce qu’on descend tous les uns des autres ? je ne peux pas le confirmer de manière scientifique. Et, pourtant j’aurais tendance à penser que l’homme est en lien avec tous les êtres vivants, comme l’exprimait la philosophie du Moyen-Âge : « Home est omnia : l’homme est toutes choses ».<br /> Bon dimanche à toi !
A
très beau... sans faute d'orthographe... (sourires)<br /> Merci pour ton optimisme<br /> BRAVO <br /> <br /> amitiés <br /> <br /> Anne Marie
Répondre
E
Merci Anne-Marie pour tes remarques sympathiques. Je garde un bon souvenir de notre rencontre de dimanche soir avec Sylviane. Je n’ai pas encore pris le temps d’entreprendre une exploration sur ton grande livre. Parions qu’il n’y a aune faute d’orthographe !<br /> Bien amicalement.
C
Je crois que l’humain s’est détourné du Vivant. Les animaux et les végétaux nous montrent la voie pour revenir au cœur du vivant et se sacrifient pour nous. Cf l’Australie.
Répondre
E
Il me semble que tu as raison. Lorsqu’on est dans la toute-puissance, on se coupe de la source, dans la mesure même où l’on se prend soi-même pour la source. Et, comme tu dis, les végétaux et les animaux nous remettent sur la voie parce qu’ils nous précèdent dans la chaîne de la vie elle-même.<br /> L’Australie m’effraie : elle nous montre que nous avons perdu le lien qui nous relie à la vie. De ce fait, il nous est difficile d’intervenir là où cette vie nous échappe.<br /> Bonne soirée !
C
Le Chat Botté<br /> de Charles Perrault<br /> <br /> <br /> Il était une fois un meunier qui avait trois fils. Comme il sentait que sa fin était proche il les réunit et leur dit:<br /> "Mes fils, c'est à votre tour maintenant de prendre la suite. Toi, mon aîné, je te laisse le moulin. Toi, mon cadet, tu auras l'âne. Et toi, mon petit benjamin... il te restera le chat".<br /> A la mort de leur père, les trois fils firent comme il avait dit.<br /> Le plus jeune se trouvait un peu déconfit d'avoir hérité du chat. Il se lamentait et se disait:<br /> "Que vais-je faire de ce drôle de cadeau? Je pourrai le manger lorsque j'aurai faim et vendre sa peau pour quelques sous... après il ne me restera plus qu'à mourir de faim..."<br /> Le chat, qui l'avait entendu, lui dit:<br /> "Allons mon maître. Ne vous lamentez pas ainsi. Procurez-moi donc un grand sac et une paire de bottes".<br /> Sans s'étonner du fait que son chat puisse parler, le jeune garçon alla lui chercher ce qu'il avait demandé.<br /> Le chat enfila les bottes, prit le sac et partit dans la forêt.<br /> Il posa le sac qu'il avait transformé en piège et attendit. Il n'attendit pas bien longtemps car rapidement un lièvre bien étourdi s'engouffra dedans et le chat n'eut plus qu'à tirer la ficelle pour l'attraper.<br /> Le chat se rendit alors jusqu'au chateau du roi, qui habitait non loin de là, et demanda à le voir.<br /> Il fut reçu par le roi en personne et là, après de nombreuses révérences, il lui dit:<br /> "Sire, mon maître le Marquis de Carabas vous fait porter ce lièvre qu'il a chassé sur ses terres".<br /> Le roi accepta le présent et dit au chat de bien remercier son maître pour lui.<br /> Le lendemain le chat attrapa deux perdrix, qu'il porta au roi, toujours de la part du Marquis de Carabas. Puis durant toute la semaine chaque jour le chat portait un produit de sa chasse au roi.<br /> A la fin de la semaine le chat alla trouver son maître et lui dit:<br /> "Maître, aujourd'hui vous irez vous baigner dans la rivière".<br /> Et le jeune garçon, ne s'étonnant toujours de rien, fit comme le chat lui avait demandé.<br /> Alors qu'il était donc en train de barboter dans l'eau il entendit un bruit de carrosse et son chat qui s'écriait:<br /> "Au secours ! Au secours ! Mon maître le marquis de Carabas se noie!!"<br /> Le roi qui passait par là, demanda qu'on arrête son carrosse et s'approcha de la rivière. Il demanda à ses gens d'aider le marquis de Carabas et, comme le chat lui expliquait qu'en plus et pour comble de malheur son maître s'était fait voler ses habits durant sa baignade, le roi envoya chercher un costume pour le marquis.<br /> Le jeune garçon, une fois revêtu du bel habit, avait fort belle allure.<br /> Il s'approcha du carrosse pour remercier le roi et aperçut la princesse.<br /> Il bredouilla quelques mots et le roi, qui avait vu dans le regard de sa fille que le jeune garçon semblait lui plaire, lui dit:<br /> "Marquis montez donc avec nous".<br /> Il ne se fit pas prier et s'assit dans le carrosse en face de la princesse.<br /> Pendant ce temps là, le chat poursuivait son chemin et, voyant un champ de blé dans lequel des moissonneurs moissonnaient, il s'approcha et s'adressant à eux leur dit:<br /> "Lorsqu'on vous demandera à qui appartient ce champ vous répondrez qu'il appartient au marquis de Carabas. Si vous ne dites pas cela, vous serez hachés menus comme chair à paté".<br /> Aussi lorsque le carrosse du roi passa devant ce champ, le roi demanda aux moissonneurs:<br /> "A qui appartient cette terre?"<br /> Ils répondirent tous d'une seule voix:<br /> "Au Marquis de Carabas"<br /> Plus loin, le chat s'adressa à des faucheurs qui fauchaient:<br /> "Lorsqu'on vous demandera à qui appartient ce champ vous répondrez qu'il appartient au marquis de Carabas. Si vous ne dites pas cela, vous serez hachés menus comme chair à paté"<br /> Aussi, là encore comme le carrosse du roi passa par ce chemin, le roi s'adressa aux faucheurs et leur demanda:<br /> "A qui appartient cette terre?"<br /> Ils répondirent tous d'une seule voix:<br /> "Au Marquis de Carabas"<br /> Le roi commençait à être assez impressionné par la richesse du Marquis; la princesse, elle, s'impressionnait surtout du regard qu'il lui portait.<br /> Le chat, pendant ce temps là, continuait à les précéder sur le trajet. Il arriva ainsi au chateau de l'ogre, ogre à qui appartenait les champs qu'ils venaient de traverser. Il demanda à être reçu par l'ogre et on le fit entrer.<br /> "Votre seigneurie, dit le chat en s'addressant à l'ogre, j'ai appris qu'en plus de toutes vos richesses vous possédez un don: le don de vous transformer en toute sorte d'animal, mais, jusqu'à présent, j'ai du mal à le croire. Aussi, si dans votre grande amabilité, vous pouviez me faire une démonstration de vos pouvoirs..."<br /> L'ogre, flatté qu'on s'intéresse ainsi à lui, propose au chat de se transformer en lion, chose qu'il entreprend aussitôt.<br /> Lorsqu'il retrouve son apparence d'ogre, le chat le félicite, le complimente et poursuit en lui demandant:<br /> "Vous savez vous transformer en animal féroce mais sauriez-vous vous changer en un tout petit animal, en.. en souris par exemple?"<br /> L'ogre, fier et vaniteux, voulant montrer son immense pouvoir, ne se fait pas prier et se transforme immédiatement en souris.<br /> Le chat, ne lui laissant pas le temps de reprendre sa forme initiale, se jette sur la souris et... la croque!<br /> Il va alors trouver les gens du chateau et leur ordonne de préparer un grand festin pour leur nouveau maître qui arrive.<br /> Puis il va à la rencontre du carrosse du roi et, ouvrant la porte, il déclare:<br /> "Pour vous remercier, mon maître, le marquis de Carabas, vous invite à souper chez lui".<br /> Le roi descend du carrosse et, suivi de sa fille et du marquis de Carabas, se dirige vers le chateau où le conduit le chat.<br /> Au cours du somptueux dîner, le roi s'adresse au marquis de Carabas<br /> "Marquis, je vois que ma fille semble vous apprécier, vous ne me déplaisez pas non plus, il ne tiendra qu'àvous de devenir mon gendre"<br /> Le marquis, heureux de cette proposition, n'ayant d'yeux que pour la princesse, accepte avec joie cet honneur et l'épouse dès le lendemain.<br /> Quant au chat il vit maintenant comme un seigneur et s'il lui arrive encore de chasser les souris, c'est tout simplement pour son plaisir.
Répondre
G
Google fait maintenant référence à cet article.
Répondre
J
Merci Etienne pour ce beau conte optimiste.<br /> Oui un grand retournement est en marche ... allons-y chacun à notre façon et sans attitude extrême (exemple à mes yeux : le véganisme).<br /> <br /> Que 2020 soit une année de santé et de réalisations variées pour toi et ceux qui te sont chers.<br /> Amitiés.
Répondre
E
Merci Josiane de faire écho au blog, dans lequel je me suis fait plaisir.<br /> Très bonne année à toi, à ta maman et à toute ta famille !
C
Hello Étienne,<br /> <br /> Merci pour ton magnifique texte que j’ai eu le plaisir de lire ici au cœur du Parc National de Banff dans les rocheuses canadiennes où nous avons traversé l’année 2019 à 2020.<br /> <br /> Nous sommes au cœur du sujet.<br /> Ici tout est un « hymne à la beauté du monde ».<br /> Ours, Grizzlies, loups et bien d’autres espèces sauvages vivent le long des rivières, dans les montagnes.<br /> <br /> Se pose la question du rapport de l’humain à l’animal qui cohabitent dans ces espaces naturels.<br /> Il y a aujourd’hui des millions de touristes qui viennent comme nous !<br /> <br /> Je me dis que si l’on vient avec sa conscience que l’animal nous montre le chemin, on est à la place juste.<br /> <br /> Ton texte fait écho à tous les écrits des amérindiens que j’ai pu lire.<br /> Ils vivaient en harmonie avec la Nature car ils savaient que le vent, l’aigle, l’ours... faisaient partie d’un Tout.<br /> Ils vivaient au rythme de la Terre.<br /> <br /> Nous sommes dans l’illusion que la Terre, les animaux, ... nous appartiennent mais nous ne pouvons pas maîtriser le Feu !<br /> <br /> Qu’est-ce que le feu en Australie nous raconte ?<br /> Et bien, la même chose que ce que tu écris finalement !<br /> <br /> C’est le renouveau qui impose son règne.<br /> <br /> 2020 sera une année de renouveau pour ceux qui ont cette conscience que nous sommes tous comme chiens et chats !<br /> <br /> A bientôt,<br /> <br /> Christine
Répondre
E
Merci Christine. J’ai plaisir à découvrir le chemin que tu fais et que tu as fait. Nous nous retrouvons dans une même vision d’ensemble. Je me dis finalement que l’animal est l’inconscient de l’homme, cette partie qu’il ne veut pas voir et qui, pourtant, pourrait lui montrer le chemin. J’ai de plus en plus la conviction que le paradis terrestre est devant nous, avec le côté somptueux des végétaux et des animaux, qui détaillent toutes les richesses enfermées dans l’homme.<br /> Très bonne année à toi et à toute la famille !
G
Bien sûr, Gérard, les chats ne sont pas des modèles, mais je trouve chez eux des traits d’humanité et à partir de là, à travers ma petite histoire, mon esprit s’est mis à vagabonder. J’ai alors évoqué le saccage de la planète et de ses habitants par un homme qui se pense tout-puissant. Et il me semble qu’il y a aujourd’hui une possibilité de retournement car l’être humain voit que sa toute-puissance conduit à l’impasse si l’on veut continuer à favoriser la vie sur terre. Je préfère personnellement être optimiste que pessimiste, car l’optimisme agit en faveur de la vie.
Répondre
E
Bien sûr, Gérard, les chats ne sont pas des modèles, mais je trouve chez eux des traits d’humanité et à partir de là, à travers ma petite histoire, mon esprit s’est mis à vagabonder. J’ai alors évoqué le saccage de la planète et de ses habitants par un homme qui se pense tout-puissant. Et il me semble qu’il y a aujourd’hui une possibilité de retournement car l’être humain voit que sa toute-puissance conduit à l’impasse si l’on veut continuer à favoriser la vie sur terre. Je préfère personnellement être optimiste que pessimiste, car l’optimisme agit en faveur de la vie.
V
Bonjour Etienne,<br /> <br /> J’espère que tu vas bien et te souhaite le meilleur.<br /> <br /> Je t’envoie ce message en dehors de ton blog car il est mentionné,<br /> sur celui que je viens de recevoir : « ne pas répondre ».<br /> <br /> J’ai beaucoup aimé ton poème sur ton chat et les chats en général.<br /> J’aurai eu pas mal de choses à dire sur les chats, surtout ceux qui s’installent<br /> chez vous sans vous demander votre consentement mais cela aurait cassé l’ambiance.<br /> Surtout que j’ai pris le parti des oiseaux et que je chasse les chats qui s’aventurent par ici,<br /> c’est cruel mais quand on tranche c’est souvent le cas.<br /> <br /> Je suis plongée dans la lecture d’un gros pavé d’Yves Congar : Journal d’un théologien ».<br /> Je t’écrirai pour t’en parler.<br /> <br /> Amicalement.
Répondre
D
Merci Vida et bonne année à toi. Je suis d’accord avec toi sur la cruauté des chats à l’égard des oiseaux. Mais il s’agissait d’un chat particulier, chatouille, qui a aussi ses qualités. Enfin !<br /> Je suis émerveillé de voir comment tu t’attaques à des bouquins très sérieux. Je serai heureux d’avoir tes réactions.<br /> Je ne vois pas d’où vient la mention bizarre « ne pas répondre ».<br /> Bien amicalement.<br />
A
Ton conte du chat est plaisant et amusant, en plus il te permet d’exposer ta philosophie à propos de laquelle j’ai des réserves. Le problème que me posent tes idées est qu’apparemment tu ne fais aucune distinction entre le monde objectif et la réalité non-objective ou entre nature et surnature, au risque d’apparaître comme panthéiste, comme le deviennent de plus en plus les individus qui sont dans la mouvance actuelle. <br /> Tout d’abord une remarque : l’homme n’est pas plus fils de la terre qu’il n’est frère du singe. Pour te rejoindre peut-être, je dirais qu’il est plutôt fils du « Souffle ». Plus explicitement, je pense qu’il faut distinguer de manière fondamentale la nature objective de la nature non-objective qui est en dehors de l’espace et du temps tout en étant en capacité de s’incarner. Evidemment, les deux sont en connexion : elles peuvent coopérer, mais aussi s’opposer comme cela est malheureusement manifeste dans le monde d’aujourd’hui. Elles coopèrent lorsque l’homme ouvre la porte au Souffle pour s’en pénétrer, comme la nature objective a été imprégnée de celui-ci depuis le commencement de l’évolution grâce à la place qu’elle lui a laissée. Pour l’homme, cette ouverture concerne sa liberté, elle est de sa responsabilité.
Répondre
E
Merci de tes remarques qui vont encore me faire réfléchir. En fait, je n’ai pas cherché à faire de la philosophie. Je tenais plutôt à m’inscrire dans la poésie avec sa puissance d’évocation : son originalité est précisément d’associer l’objectif et le non objectif. C’est pourquoi je ne vois aucun inconvénient à parler de fils de la terre en me plaçant dans une dimension symbolique, tout en sachant que la terre a aussi sa dimension objective et sa dimension non objective puisqu’elle est portée par le souffle de la création.<br /> Par contre, j’ai une position philosophique lorsque je parle du retournement où l’homme accepte de reconnaître qu’il y a un souffle de création qui le précède et d’adopter la position qui en est la conséquence. Je trouve le changement fondamental ; il donne à l’écologie une sorte de dimension transcendante qui m’échappait.
C
Très bien le repas du chat... et la mise en avenir de la fête de Noël !<br /> <br /> Ce midi, à table, à Toulouse, quelqu'un a prédit (ou appelé ?) un prochain pouvoir écologique qui sera, sinon totalitaire, du moins coercitif. <br /> Il permettra l'avènement de cette prochaine fête de la création.... fête de la vie, vie respectée, protégée, célébrée sous ses multiples formes, humaine, animale, végétale. <br /> <br /> Bonnes années !
Répondre
E
Merci Claude. Je vois que tu es dans la même perspective. Je ne m’étais jamais aperçu que ce tournant écologique était si important. Au lieu d’être dans la toute-puissance, nous acceptons de nous couler dans la dynamique de la création qui nous précède.<br /> Très bonne année à toute la famille !
J
Bonjour Etienne. J'ai beaucoup apprécié ton talent.
Répondre
E
Merci Jean.
L
Le Chat Noir ♪<br /> La lune était sereine<br /> Quand sur le boulevard,<br /> Je vis poindre Sosthène<br /> Qui me dit: Cher Oscar!<br /> D'ou viens-tu, vieille branche?<br /> Moi, je lui répondis:<br /> C'est aujourd'hui dimanche,<br /> Et c'est demain lundi ...<br /> <br /> {Refrain:}<br /> Je cherche fortune,<br /> Autour du Chat Noir,<br /> Au clair de la lune,<br /> A Montmartre!<br /> Je cherche fortune;<br /> Autour du Chat Noir,<br /> Au clair de la lune,<br /> A Montmartre, le soir.<br /> <br /> La lune était moins claire,<br /> Lorsque je rencontrai<br /> Mademoiselle Claire<br /> A qui je murmurai:<br /> Comment vas-tu, la belle?<br /> - Et Vous? - Très bien, merci.<br /> - A propos, me dit-elle,<br /> Que cherchez-vous, ici?<br /> <br /> {Refrain}<br /> <br /> La lune était plus sombre,<br /> En haut les chats braillaient,<br /> Quand j'aperçus, dans l'ombre,<br /> Deux grands yeux qui brillaient.<br /> Une voix de rogomme<br /> Me cria: Nom d'un chien!<br /> Je vous y prends, jeune homme,<br /> Que faites-vous? - Moi... rien...<br /> <br /> {Refrain}<br /> <br /> La lune était obscure,<br /> Quand on me transborda<br /> Dans une préfecture,<br /> Où l'on me demanda:<br /> Etes-vous journaliste,<br /> Peintre, sculpteur, rentier,<br /> Poète ou pianiste? ...<br /> Quel est votre métier?<br /> <br /> Appuyez sur "Le chat noir"
Répondre
P
Merci Etienne pour cette belle histoire<br /> Quand je quitte notre groupe de cinéphiles dans les premiers c'est pour mes chats.<br /> Cours Albert Thomas il y a Lolita, une "sacrée birmane" aux yeux bleus qui est venue accoucher dans notre jardin il y a 2 ans.<br /> Quatre beaux chatons, un seul qui prend actuellement de vacances aux Antilles avec sa maitresse et qui reviendra bientôt à Villeurbanne. Lolita vit avec ses " fistons » dans notre jardin et la nuit a investi notre lit et le déserte depuis que Franck n'est plus là.<br /> A Bron ou je vis il y a 3 chats de différentes filles « mères" plus un chat SDF et tout ce petit monde (stérilisé) m'occupe bien …Je t'embrasse et te souhaite une bonne nouvelle année. Paule
Répondre
E
Si tu es si bonne avec les chats, tu ne peux qu’être meilleure avec les humains. Le soin accordé aux chats est un bon apprentissage pour l’amour des femmes et des hommes. Tu pourrais nous écrire un roman sur Lolita et ses fistons, sans oublier le chat SDF.<br /> Très bonne année pour toi, toute ta famille, tes petits-enfants, et tous tes chats.
N
Je viens de lire ton dernier blog. Je vois évidemment comme toi la place de l'homme dans le devenir de la planète, sa place avec le vivant, la nature...<br /> Je regrette que tu n'aies pas vu les choses dans un contexte spirituel, religieux. Je viens de lire le dernier livre de Michel Serres "Relire la réalité". Quelle belle place du religieux, des textes bibliques donne-t-il sur ce sujet !<br /> Bonne fin d'année. Bien affectueusement. Paul
Répondre
E
Merci pour ton commentaire<br /> Je ne comprends pas que tu ne voies pas mon projet : faire coïncider l’humain et le spirituel. C’est cela le fond de l’Evangile. Chacun doit pouvoir l’exprimer à sa façon. Je le fais à partir d’une sorte de conte. On peut le faire autrement.<br /> Très bonne année à tous.
N
Qu’il est beau ce texte, plein de poésie et d’espérance ! Bonne année 2020 à tous ceux qui vous sont proches ainsi bien sûr qu’à vous-même. A bientôt j’espère. Amicalement
Répondre
E
Merci. A moi de vous souhaiter une très bonne année 2020. Je n’oublie pas vos quatre filles avec leurs nombreux enfants et petits-enfants.<br /> Bien amicalement.
B
Cher Etienne, belle ouverture et invitation pour une -et de- nouvelle(s) année(s).<br /> Amitiés Bernard et Thérèse
Répondre
E
Bonne année à vous deux pour que le souffle créatif continue à vous animer, de nombreuses années encore ! Bonne année aussi à toute la famille !

  • : le blog mythesfondateurs par : Etienne
  •   le blog mythesfondateurs par : Etienne
  • : Mythes, articles à partir des mythes, réactions sur le site Mythes fondateurs http://mythesfondateurs.over-blog.com/ Le mythe et le conte sont la parole dans sa première gestation. C'est pourquoi, si la parole est malade, comme le dit Vittorio Gasman, il devient urgent de revenir à ses fondements qui sont encore à notre disposition, à travers les mythes et les contes. Lorsque la parole ne fonctionne pas, c'est la violence qui gagne. Les mythes et les contes, par l'apprentissage du processus symbolique qu'ils proposent, sont là pour nous aider à faire sortir la parole de la violence. C'est de la naissance de l'homme lui-même dont il s'agit.
  • Contact

Recherche

Articles RÉCents

Blog De Mythes Fondateurs

Liens

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -