Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 juin 2018 2 19 /06 /juin /2018 09:31

Les fileuses de Velasquez

https://www.youtube.com/watch?v=Vwt71-P9l5k

 

 

La vie est une histoire à inventer

 

Chacun a son histoire. Mais, avant de pouvoir la raconter, il doit l’inventer. La vie, en effet, est le contraire du destin, car la vie a pour mission d’inventer la vie.


Je suis responsable de mon histoire

A un moment donné, je suis à un croisement de mon existence. La voie de gauche est celle du passé qui conduit à la répétition de ce qui a toujours été. La voie de droite est celle d’un avenir à construire, elle est celle de la vocation de chacun. Alors que la première est soumise à un destin, celle-ci ouvre à ce qui n’est pas encore pensé ni réalisé, elle est le lieu d’un élan inépuisable, toujours insatisfait des réalisations effectuées. Elle est la voie du désir, au sens noble du terme. Le plus simple consiste à prendre la voie de gauche parce qu’elle est la plus assurée : j’ai pour moi l’expérience des anciens, la méthode qu’ils ont mise au point, le capital qu’ils ont accumulé. Sans doute, alors, la raison est-elle de mon côté. Mais la raison n’est pas aussi claire que je peux l’imaginer : la véritable raison en effet dépasse la raison. Et si je veux inventer mon histoire, tout au long de ma vie, il est plus opportun de choisir la voie de droite, la voie du désir au sens fort du terme, qui conduit, en même temps, à la réalisation de soi-même et de l’autre.


C’est à moi de l’écrire

Il est tout à fait possible et même souhaitable de critiquer la Bible, car elle est souvent présentée sous forme d’interprétations qui vont à l’encontre du sens caché. Il en est ainsi de l’épisode sur les Tables de la Loi. On pense souvent que Moïse a brisé les Tables de la Loi écrites par Dieu parce que les hommes s’étaient éloignés du créateur en construisant un veau d’or. En fait, l’écriture de Dieu sur les Tables de la Loi et la confection d’un taureau d’or (et non d’un veau) obéissaient à la même logique : présenter Dieu sous la forme de la toute-puissance au point d’évacuer la place de l’homme et de l’amener finalement à vouloir être lui-même tout-puissant. Il fallait donc briser les premières Tables de la Loi et permettre à l’homme Moïse d’écrire à la place de Dieu pour laisser la possibilité et la liberté de l’interprétation. Et, réduire en poudre la toute-puissance du créateur, représentée sous la forme d’un taureau, pour éviter que l’homme n’en vienne à rechercher et finalement à adorer sa propre toute-puissance. Le Dieu sous-jacent n’est pas un Potentat : il vient à la rencontre des hommes et s’abaisse au lieu de s’élever pour sauvegarder l’espace d’un dialogue créateur qui ouvre sur un avenir à inventer. En exigeant que Moïse écrive sur les Tables de la Loi, il veut aussi que chaque homme écrive sa propre histoire.


L’héritage est un leurre qui peut faire tourner en rond

C’est le sujet d’un film brésilien, intitulé « Avril brisé ». Les hommes veulent à tout prix conserver le morceau de terre que leur ont livré les parents. Pour eux, la Terre qui m’a été léguée est sacrée et l’honneur de la famille lui est attachée. Si, par hasard, un autre veut la travailler pour assurer sa subsistance, il trahit l’Ecriture du Testament qui me l’a confiée, et mérite la mort parce qu’il s’attaque au code de l’honneur qui régit les relations entre les hommes. C’est ainsi que la vengeance engendre la vengeance et qu’en entrant dans la logique de l’œil pour œil, l’homme finit par perdre ses deux yeux, au point de ne plus savoir discerner le sens de sa vie. Pour faire marcher le moulin qui doit broyer la canne à sucre, les êtres humains tournent en rond et deviennent comme les bêtes qu’ils persécutent de leur fouet pour les faire avancer.


Les anciens peuvent bloquer mon avenir si je ne les reconnais pas

Je peux profiter de l’héritage des Anciens à condition de les reconnaître en retrouvant leur nom ou en leur donnant un nouveau nom. Une telle exigence est traitée par le conte des « Trois fileuses ». Un prince rencontre une mère avec sa fille. La fille est si belle qu’elle attire immédiatement son attention. Pour conforter l’amour naissant, la mère assure qu’elle peut filer la laine comme aucune autre prétendante. Entré à la maison, le prince est pressé de vérifier le talent de la jeune fille : il lui donne une grosse quantité de laine à filer. En fait, la pauvre fille n’a jamais travaillé de sa vie. Epouvantée par l’heure qui avance, elle se met à prier. Par je ne sais quel hasard, trois vieilles femmes descendent par la cheminée avec leur rouet. Le rouet tourne comme le moulin des cannes à sucre, mais le travail à faire est, pour elles, un jeu d’enfant. Emerveillé par le résultat, le prince, avant de se marier, veut encore s’assurer que la belle est capable de filer le fil de la vie : il augmente les quantités de laine. A chaque fois, le prince est ravi. Mais les trois fileuses n’ont pas dit leur dernier mot : elles veulent être invitées au mariage de la princesse et c’est pourquoi elles lui laissent leur nom. En fait, la jeune personne est si insouciante qu’elle oublie les noms, alors que le mariage est annoncé pour la fin de la semaine prochaine. Pour elle, son honneur est en jeu, les noces ne peuvent être célébrées sans la présence des trois fileuses. A bout de ressources, elle sombre dans la mélancolie. Le prince tente à tout prix de la faire rire. Il reste impuissant à dérider celle qui devrait être sa future épouse. Toutefois, un jour, alors qu’il revient de la chasse, il est arrêté par un orage qui l’oblige à s’abriter dans une vieille cabane. Il y a là trois femmes qui ont des nez si longs qu’elles ne peuvent s’asseoir autour d’une table sans que leurs appendices ne s’entrechoquent. Tout à coup, il entend leur nom : « Columba, Columbara, Columboun ». Lorsqu’il rentre à la maison, le prince raconte son histoire. Aussitôt, la princesse éclate de rire ; elle peut inviter par leur nom les trois fileuses. Il fallait, à tout prix, avant de s’engager dans un mariage qui allait transformer sa vie, qu’elle reconnaisse celles qui, par leur savoir-faire, lui avaient permis de conforter la confiance du prince. Si elles étaient restées sans visage et sans nom, le mariage entre le passé et l’avenir ne pouvait se faire.


Je ne peux inventer ma vie tant que je n’ai pas reçu l’autorisation d’un autre


Dans le film, « Avril brisé », le plus jeune fils d’une des deux familles en conflit va jouer un rôle essentiel pour sortir du cycle infernal de la vengeance. Mais ses parents ont oublié de lui donner un prénom. On l’appelle le môme. Aussi existe-t-il sans vraiment exister. Or, un jour, il rencontre les deux personnages principaux d’un cirque local, qui va lui permettre de décoller de terre. La jeune femme le séduit, tellement elle respire la vie, au point d’être d’une grande beauté. A sa grande surprise, elle lui offre un livre alors qu’il n’a pas appris à lire. Qu’à cela ne tienne, il déchiffre le sens de la Vie à travers les images. Alors, l’homme, qui est le parrain de la jeune femme, lui demande comment il s’appelle. Confus, il avoue que personne n’a pensé à lui donner un nom si bien qu’il est impuissant à inventer sa vie. « Eh bien, lui répond le jeune homme, tu es désormais mon filleul et je te donne le nom de Pacou. » Pacou évoque François, cet homme merveilleux qui aimait la vie et les oiseaux. Le môme, en recevant son nom, vient d’obtenir l’autorisation de changer le monde.

 

Libérer l’amour en ne l’enfermant plus dans la seule sexualité

En déchiffrant son livre, Pacou a découvert que les hommes avaient besoin d’une sirène pour libérer l’amour trop prisonnier de la sexualité. Or, pour lui, la sirène, c’est la femme du cirque : en le décrochant de la terre, elle libère l’amour lui-même. C’est un thème récurrent dans la littérature, les hommes imaginent la figure d’une femme vierge, comme la sirène, pour les sortir de la culpabilité qu’engendre la sexualité et donner ainsi toute sa place à l’amour sans doute dans la sexualité, mais aussi au-delà de la sexualité elle-même. Dans leurs mythes, les Egyptiens ont inventé la grande Isis, fécondée par le sexe manquant d’Osiris. Et, dans le christianisme, c’est la Vierge Marie, qui est mise en avant, au point qu’elle devient la figure de l’Eglise : au Moyen-Age, nombre de cathédrales prennent ainsi le nom de Notre-Dame.


C’est quand je deviens apte à donner ma vie pour d’autres que l’amour finit par triompher de la mort

Avec Pacou, dans le film, nous entrons au cœur du mystère. Il est le plus jeune mais il va donner la leçon aux anciens, devenus aveugles parce qu’ils sont prisonniers de la mort en étant enfermés dans la vengeance. Le livre et l’amour de la sirène lui ont ouvert les yeux. Il faut sortir d’un monde gouverné par la mort. Aussi prend-il les habits de son frère plus grand, désigné comme la future victime. Aveuglé, le sacrificateur lui donne la mort avec son fusil, au moment où lui-même, par amour, redonne la vie à son frère. Il y a un jeu entre la vie et la mort et le mystère finit par se révéler : il y a quelque chose d’éternel dans l’amour véritable car il est capable de trouver sa voie à à travers la mort au point de la terrasser et d’ouvrir ainsi l’espace de l’éternité.

Etienne Duval


 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

N
Bonjour Etienne,<br /> <br /> J’ai réfléchi au blog proposé, je ne suis pas d’accord avec la dernière phrase. Pour moi ce n’est pas l’autorisation d’un autre mais l’appui, la compréhension de l’autre au moment des choix, des décisions, qui permet de prendre la voie de droite, sans négliger les bases fournies par le passé, indispensables à une construction solide .<br /> <br /> D autre part, je trouve qu’on relativise beaucoup la puissance de Dieu à trop le rapprocher des hommes. On adore ce qui est plus haut, pas ce qui est trop proche.<br /> <br /> Amitiés<br /> <br /> Noëlle
Répondre
E
Merci Noëlle de participer à la discussion. C’est vrai, je pense que les bases fournies par le passé sont importantes et il faut les reconnaître : c’est le thème des « Trois fileuses ». Mais je pense qu’à la base de nos choix les plus importants, il y a une transgression et, alors, j’ai besoin de l’appui d’un autre pour transgresser. Je suis persuadé qu’Eugène a dû transgresser quelque chose de son passé pour choisir la voie de la réussite. Et c’est peut-être vous ou quelqu’un d’autre qui a permis la transgression nécessaire.<br /> <br /> En ce qui concerne la toute-puissance de Dieu, c’est vrai qu’elle existe. Mais Dieu choisit d’y renoncer pour laisser une place à l’homme et devenir le Dieu de l’alliance. C’est alors que la toute-puissance prend alors une autre forme avec l’Esprit Saint, force intérieure, qui nous aide dans le cheminement de notre vie et la construction de notre liberté. Je peux ainsi demander n’importe quoi à l’Esprit même un morceau de pain parce je sais que le don qu’il me fait n’est pas intéressé et qu’il fait tout pour m’aider à inventer la vie, c’est-à-dire m’amener à devenir Dieu d’une certaine façon.
J
Bonjour Etienne ,<br /> <br /> Merci beaucoup pour ces mots, clairs, chargés d’optimisme.<br /> Eh ! Oui chacun est responsable de sa vie et les enracinements peuvent être des prisons ... <br /> As-tu lu J.L Etienne : Inventer sa vie ? Ce sont de courts chapitres classés par ordre alphabétique, il évoque son parcours de tourneur fraiseur, médecin, explorateur des pôles et rend un bel hommage à ses parents qui l'ont laissé libre de choisir sa voie.
Répondre
E
C’est vrai nos enracinements peuvent être des prisons, mais je pense que jamais rien n’est perdu. Nous pouvons toujours choisir la voie de droite qui nous conduit à l’invention de soi, à la liberté et à l’amour. C’est étonnant de voir dans le film « Avril brisé », comment le môme qui n’avait pas de nom, le plus jeune de l’une des deux familles, va finir par transformer le monde enfermé dans la mort.<br /> Par ailleurs, dans un des commentaires précédents, j’ai rendu compte du beau livre de Jean-Louis Etienne.
T
UNE VIE A INVENTER UN MONDE<br /> <br /> >Le Parisien > Loisirs et Spectacles|09 décembre 2014, 7h00|0<br /> <br /> Bien sûr, avant, il y a eu la Bible. Mais la doit-on à un seul auteur ? Et le Livre est censé décrire des événements réels. John Ronald Reuel Tolkien, lui, a imaginé un univers entier de fiction, avec sa géographie, son climat, son histoire, ses peuples qui parlent diverses langues. Un foisonnement de personnages, d'intrigues, de batailles, qui atteint une complexité jamais vue avant lui, et dont de multiples auteurs s'inspireront par la suite.<br /> <br /> Rien ne prédestinait pourtant ce professeur de littérature d'Oxford, né en 1892 de parents anglais dans l'Etat libre d'Orange (aujourd'hui en Afrique du Sud), à devenir l'un des conteurs les plus célèbres de tous les temps. Dès son enfance, ce fils d'employé de banque et de mère au foyer fait preuve d'une imagination débordante et d'un goût développé pour les légendes, surtout nordiques et germaniques (son père descend d'immigrants allemands). Lui est anglais jusqu'au bout de la pipe, et s'amuse à inventer des langues.<br /> <br /> Traumatisé par la Première Guerre mondiale, où il a vu tomber ses amis et faillit lui-même perdre la vie, il chouchoute sa famille. Père de quatre enfants, dont Christopher qui veille aujourd'hui encore sourcilleusement sur l'héritage littéraire de son père, il prend l'habitude de leur écrire des contes. L'un d'eux, « Bilbo le Hobbit », est par hasard lu par la stagiaire d'une maison d'édition, qui le publie en 1937.<br /> <br /> Le succès est immédiat, et Tolkien fortement invité à rédiger une suite. Ça tombe bien, l'auteur a déjà noirci des milliers de pages de notes, rangées dans des tiroirs : le monde dans lequel évolue Bilbo y est décrit avec moult détails, depuis sa genèse. Mais, comme l'explique Vincent Ferré, spécialiste français de Tolkien, « l'éditeur trouve que ça manque un peu de Hobbits ! ». Il incite donc Tolkien à revoir sa copie.<br /> <br /> L'anglais se lance alors dans une suite équipe, « le Seigneur des anneaux », qui débute soixante ans après les événements décrits dans «Bilbo», et lui réclame pas moins de dix-sept ans de travail ! Car Tolkien est une perfectionniste, sui fait régulièrement lire sa production à son entourage, dont son ami C.S.Lewis, à l'origine des «Chroniques de Narnia», best-seller lui aussi adapté avec bonheur au grand écran.<br /> <br /> L'accueil de ce texte plus long, découpé en trois volumes, s'avère mitigé, et il faudra attendre une publication aux Etats-Unis, dans les années 1960, pourvoir l'auteur renouer avec le succès. Adopté par le mouvement hippie, l'ouvrage se vend à plusieurs centaines de millions d'exemplaires à travers le monde, et relance la fantasy littéraire, avec son lot de vils copieurs, mais aussi d'héritiers inspirés, comme J.K.Rowling («Harry Potter») ou George R.R.Martin («le Trône de fer»).<br /> <br /> Les jeux de rôles, puis les jeux vidéo s'emparent également de l'univers de Tolkien, qui meurt en 1973, à 81 ans. Après une adaptation en dessin animé (médiocre et à la fin abrupte) du «Seigneur des anneaux», en 1978, le cinéma s'intéresse enfin sérieusement à Tolkien à l'approche du nouveau millénaire. Les progrès de l'informatique et des effets spéciaux permettent de donner vie aux multiples créatures et de mettre en scène les batailles gigantesques. Le foisonnant imaginaire de Tolkien a enfin trouvé son équivalent sur grand écran!<br /> <br /> http://www.leparisien.fr/espace-premium/culture-loisirs/une-vie-a-inventer-un-monde-09-12-2014-4359147.php
Répondre
J
INVENTER SA VIE, édition "Le passeur"<br /> <br /> L'ouvrage<br /> <br /> <br /> <br /> « Enfant, je rêvais de gravir les montagnes, où je réaliserais mes rêves. Ce fragment de mon âge n’a pas fini de briller en moi, secret comme un éclat de mica, petite étoile qui m’indique une direction. »<br /> <br /> Cette direction, c’est le pôle intérieur vers lequel Jean-Louis Étienne s’est mis en marche dès son plus jeune âge. Dans ses grandes expéditions comme au quotidien, il avance en dehors des routes tracées, élaborant une sagesse en chemin. Car il s’agit en réalité d’« inventer sa vie », jour après jour, pas après pas.<br /> <br /> Avec pudeur et franchise, réalisme, humour et poésie, Jean-Louis Étienne nous raconte les mots de sa vie. Ceux de l’intime, la timidité, la jeunesse, l’amour, et aussi ceux du monde, du climat, de la nature, de l’avenir.<br /> <br /> Au-delà des souvenirs, l’explorateur invite instamment le lecteur à oser, à tenter ce qu’il croit impossible. C’est en l’audace de chacun que revit l’espoir.<br /> <br /> Ce livre est un appel au renouvellement de soi. Jean-Louis Étienne nous convoque à inventer notre vie et à changer notre regard sur le monde.
Répondre
J
L’auteur<br /> <br /> <br /> <br /> Après une formation de tourneur-fraiseur et un internat en chirurgie, Jean-Louis Étienne met ses compétences de médecin au service d’un rêve : explorer le monde. En 1986, il est le premier homme à atteindre le pôle Nord en solitaire. Infatigable défenseur de la planète, il poursuit ses expéditions à vocation scientifique et pédagogique. Il est l’auteur d’une quinzaine de livres.
H
Merci, Etienne, pour ta réflexion sur la créativité vitale.
Répondre
E
Merci Hugues pour ta grande bienveillance.
G
Vous retrouverez l'article sur google si vous ajoutez Etienne Duval à l'énoncé du titre.
Répondre
O
Merci à Olivier de faire référence à cet article dans son blog de blogs !<br /> <br /> Appuyer sur Olivier pour obtenir son site !
Répondre
D
Magnifique texte.<br /> Un petit détail, Exode 32/4 parle du veau d'or.<br /> Pacou le bienheureux : Ma vie, je te la donne et c'est toi qui me fait vivre !
Répondre
E
Je pense que l’écrivain s’est amusé. Il a traduit taureau par veau et cela par dérision : ce taureau magnifique, qui veut représenter Dieu, n’est pas sorti de la cuisse de Jupiter, il n’est qu’un veau, sorti du ventre de la vache. Par ailleurs tu as très bien résumé le texte.

  • : le blog mythesfondateurs par : Etienne
  •   le blog mythesfondateurs par : Etienne
  • : Mythes, articles à partir des mythes, réactions sur le site Mythes fondateurs http://mythesfondateurs.over-blog.com/ Le mythe et le conte sont la parole dans sa première gestation. C'est pourquoi, si la parole est malade, comme le dit Vittorio Gasman, il devient urgent de revenir à ses fondements qui sont encore à notre disposition, à travers les mythes et les contes. Lorsque la parole ne fonctionne pas, c'est la violence qui gagne. Les mythes et les contes, par l'apprentissage du processus symbolique qu'ils proposent, sont là pour nous aider à faire sortir la parole de la violence. C'est de la naissance de l'homme lui-même dont il s'agit.
  • Contact

Recherche

Articles RÉCents

Blog De Mythes Fondateurs

Liens

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -