Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 mai 2018 2 15 /05 /mai /2018 10:22

https://www.patreon.com/isnowillegal

 

Les pickpockets et la politique de Trump

 

Une expérience récente m’a alerté sur la politique de Trump. Il m’est apparu qu’il se comportait selon la même logique que les pickpockets eux-mêmes au point de réduire la réalité quotidienne, qu’elle soit publique ou privée, à une superbe farce.


La visite de deux pickpockets

Mercredi, 9 mai 2018, à 11h45, un agent du service des eaux frappe à ma porte. Comme le circuit d’eau a été coupé par une entreprise des travaux publics, il veut vérifier, pour la réparation, que mes tuyaux pourront supporter la pression qui va être envoyée. Il se penche sous mon évier et me demande d’actionner mon robinet entre ouverture et fermeture. Pendant ce temps-là, comme ma main gauche pend près de sa tête, il décroche la montre de mon poignet sans que je ne m’en aperçoive. Là-dessus arrive avec grand fracas un policier. Il me dit qu’un cambriolage a été effectué dans l’immeuble : il s’appelle Martin, fait partie du commissariat du 4è arrondissement de Lyon, et vient d’arrêter deux jeunes Maghrébins avec une forte somme d’argent. Or il sait que les voleurs sont passés par une fenêtre ouverte qui pourrait être la mienne. Celle de ma chambre est en effet ouverte. Il viendra dans l’après-midi pour prendre les empreintes. Pendant ce temps, et avec eux, je vérifie que rien ne m’a été volé, ce qui leur permet de voir les endroits où je mets mon argent et mes chéquiers. J’ai, bien sûr, changé depuis mes petites cachettes. Là-dessus, avec mes deux larrons, nous entrons dans la salle de séjour. Le policier va sur la terrasse et l’agent des eaux reste dans la pièce de séjour. Il a repéré mon portable sur une étagère de ma bibliothèque et finit par le subtiliser, à mon insu. Comme mon inconscient travaille, je lui dis innocemment : « Mais c’est vous le voleur ! » Mes deux compères s’en vont alors rapidement, le policier en s’assurant que je ne veux pas porter plainte et l’agent des eaux devant m’apporter une bouteille d’eau potable, pour boire avant la fin de la réparation projetée. C’est peu après, en discutant avec un voisin, que je m’aperçois que j’ai été victime de deux filous. Aussitôt je découvre que ma montre et mon portable ont disparu. Je porte plainte immédiatement, fais bloquer mon téléphone et achète un téléphone d’occasion nettement plus pratique que l’ancien. Je croyais être à l’écart de de ce genre de vols avec de tels prestidigitateurs. Comme quoi, chacun d’entre nous peut être une victime potentielle…


Le jeu du pickpocket décrypté

Les pickpockets n’agissent pas à l’improviste. Leur mise en scène est minutieusement préparée. Et, à partir de l’événement que je viens d’exposer, il est facile de décrypter le schéma de leur intervention.

  • Faire du vol un jeu où il faut gagner à tout prix,
  • Transformer ce qui peut être tragique pour la victime en une véritable comédie,
  • Inverser les valeurs pour que le mal puisse apparaître comme le bien,
  • Inverser les rôles : l’escroc se fait le protecteur des faibles et le voleur devient gendarme,
  • Susciter la peur pour faire de l’autre un partenaire,
  • Faire en sorte que la victime coopère à sa propre défaite,
  • Mettre le public de son côté en le rendant témoin de la farce qui vient d’être opérée.


Trump apparaît comme un pickpocket international qui nous roule dans la farine

Assez bizarrement Trump fonctionne selon la logique même du pickpocket. En voulant remettre les choses à l’endroit, il contribue à les mettre à l’envers. Ce n’est pas le bien commun qu’il recherche mais l’avantage des seuls Américains. Avec ses initiatives, il provoque le désordre à l’échelle du monde. Ainsi le déplacement de son ambassade à Jérusalem suscite l’embrasement de la Palestine. Mais, dans cette affaire, ce n’est que la première étape d’un jeu qui se joue en deux temps. Si, aujourd’hui, Israël semble avoir gagné, demain c’est l’Amérique qui doit en retirer le plus gros bénéfice. Par ailleurs, en dénonçant l’accord de Paris, Trump contribue à piller la planète. En se retirant du traité avec l’Iran, c’est non seulement l’appauvrissement de ce pays qu’il va provoquer, mais c’est aussi l’étouffement des entreprises européennes, russes ou chinoises, qui devront choisir entre leur présence à Téhéran et leur installation aux Etats-Unis. Que dire aussi des taxes prévues sur nos exportations ? Il faut se rendre à l’évidence, la politique ne peut pas suivre la logique de Trump sinon les dindons de la farce vont se multiplier.

Il est peut-être possible de déjouer sa pratique

Trump ne manque pas d’intelligence, mais il y a, chez lui, quelque chose de l’animal que nous sommes tous, et qui lui fait préférer l’instinct à la raison. Or, ayant fait beaucoup de randonnées, j’ai souvent eu à me défendre contre les chiens. En ces circonstances, j’ai remarqué que ces animaux jouent à nous faire peur en aboyant. Si nous ne faisons pas attention à leurs cris, ils se trouvent désarçonnés. Pour déjouer la pratique de Trump, la première chose est aussi de lui montrer que nous n’avons pas peur de lui. Ensuite, il convient de dévoiler son jeu de « pickpocket international ». Lorsque, innocemment, j’ai traité mon agent des eaux de voleur, il n’a pas mis longtemps à déserter le terrain avec le policier son complice. Enfin le plus efficace, par rapport à Trump, est peut-être de révéler le ridicule de son comportement. Lui qui est un gagneur ne craint rien plus que de paraître ridicule. J’en reviens aux chiens dans mes déplacements en randonnée. Pour m’en débarrasser j’avais une méthode, sans bâton ni pierre, qui a toujours été efficace. Elle consistait à leur tourner le dos et à les regarder entre mes deux jambes. Aussitôt ils s’enfuyaient comme pris d’une peur panique. Mon interprétation qu’on peut contester est la suivante : c’est leur propre image qu’ils découvraient ainsi, une image horrible, avec ma propre intention de me moquer d’eux. Les dominants n’aiment pas qu’on leur renvoie le côté complètement ridicule de leur comportement. Sans doute en va-t-il ainsi avec un homme comme Trump.

 

Le leurre du nucléaire (rajouté le 18 mai)

Comme tous les pickpockets, Trump a ses leurres et je pense que le nucléaire de l’Iran en est un. Il ne s’agit pas d’abord d’arrêter la production d’une éventuelle bombe atomique mais de marginaliser le pétrole iranien pour faire remonter les cours du brut et rentabiliser le pétrole et le gaz de schiste aux Etats-Unis. Le résultat recherché est déjà là à tel point que Total va abandonner son énorme investissement et contribuer à bloquer la production pétrolière de Téhéran. Et le prix mondial du pétrole remonte  à grande allure   au point que cela pourrait mettre en péril l’économie mondiale au profit des Etats-Unis.

Etienne Duval


 


 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

G
Entre politique du big bisou,virile poignée de main et grande rebiffe au G7 on a tous les ingrédients du grand guignol!Avec macron,Merkel,Trump et Trudeau aussi,dans les rôles principaux.Chapeau les clowns !
Répondre
J
je suis désolée de ce qui vous est arrivé, Etienne, car la déception dans ces cas là l'emporte souvent sur la perte.<br /> être déçus, trompés, par d'autres êtres humains que l'on accueille sans a priori est une sidération et une vraie douleur.<br /> l'analyse que vous faîtes de cette mésaventure est très intéressante.<br /> dans les discussions précédentes, une chose m'a frappée et j'y souscris totalement :<br /> que D. Trump ne serait pas le seul "pickpocket" sur la scène internationale, que nous ayons les nôtres, plus lisses, plus " propres sur eux"<br /> et partant de la, que le monde politique soit rempli de "prestidigitateurs". <br /> l'idée du miroir inversé qui nous permettrait d'appréhender cela m'a réjouie.<br /> à bientôt
Répondre
P
Il est vrai que le mal est un mystère sans queue ni tête. <br /> Alors que la recherche, la réflexion, pour pratiquer le beau le bien nécessitent du temps, de la patience et l'écoute d'autrui donc l’altérité. Rechercher un sens......de la tête à la queue ou de la queue a la tête ?
Répondre
E
Comme tu le dis, le mal est un mystère sans queue ni tête. Le mal, c’est lorsque l’homme perd le sens…
P
Nolite timere à ta façon c'est se mettre la tête entre les jambes .Ton histoire m'a bien fait rire !
Répondre
E
Comme disait Ana Arendt, le mal veut se mettre en vedette, mais il cache quelque chose de très banal. Tu fais le beau ! Mais tu n'es vraiment pas à la hauteur... Tu es un être qui n'a ni queue ni tête...
E
Les pickpockets de l’information<br /> <br /> Il y a une demi-heure, je n’arrivais plus à entrer dans ma boîte-mail. Google n’acceptait pas mon mot de passe. Au bout de plusieurs essais il a fini par me dire que mon mot de passe avait été changé, il y a une heure. C’était une opération malveillante. J’ai donc donné un nouveau mot de passe, qui, cette fois, venait de moi. Comme quoi les pickpockets ne s’en prennent pas seulement à l’argent ou aux objets précieux, ils visent aussi l’information dans un jeu qui peut être pervers.
Répondre
R
Je partage ton analyse <br /> Des spécialistes de géopolitique montraient déjà dans les années 80 le caractère pernicieux des embargos : non seulement cela conduit à faire souffrir tout un peuple, voir à le rendre haineux (on comprendrait) mais infinie cela s'avère très contreproductif : le pays est conduit à fonctionner en autarcie et renforce son économie de guerre. <br /> <br /> Pour prolonger ton propos peut- être devrions nous simplement » faire comme si de rien n'était « : c'est à dire éviter toute confrontation directe (le personnage s’en nourrirait et chercherait à diviser). Les Etats et la société civile continueraient voire renforceraient les liens d'échange avec les Palestiniens et les Iraniens en gage de paix avec les peuples -échange culturels et politiques, échanges économiques aussi (...armement non compris).<br /> <br /> Et peut- être faudrait-il aller plus loin : relancer les échanges avec ces peuples d’Amérique du Sud qui souffrent depuis des décennies dans leur chair et dans leur âme d'une tutelle intrusive et malveillante (pour faire diversion et pour nous racheter de notre passivité coupable).<br /> <br /> Interrogés les gouvernements de chaque Etat répondraient très aimablement à Monsieur T : "je ne comprends pas de quoi vous voulez parler" ou encore » je préfèrerais m'abstenir de ..." à la manière de Barkley le scribe (d'Herman Melville) avec son "" je préfèrerais pas " ou toute autre formule équivalente qu'il nous appartient d'inventer<br /> <br /> Romane
Répondre
E
Oui, je vois bien toutes tes possibilités de contournement qui peuvent avoir leur utilité. Il me semble qu’il faudrait affirmer la puissance de l’Europe pour contrer la puissance des USA. Mais je crois que, depuis leur origine, les Etats-Unis sont dans une stratégie de guerre. Le mieux pour l’Europe serait alors d’instaurer une stratégie de paix, en s’appuyant sur la parole pour définir de vraies alliances.
P
Merci Etienne,<br /> Tu ne m'empêcheras pas de penser à un personnage que nous avons bien connu, l’un et l’autre, dès que je vois Trump en photo, avec un comportement un peu similaire . . . !<br /> Amicalement
Répondre
E
C’est vrai que c’était un joueur avec le souhait de toujours gagner….
C
Je pense que c'est affiché dans sa tête et dans ses intentions, Le problème c'est qu'il y a des gens qui pensent comme lui..<br /> <br /> bises
Répondre
E
Malheureusement.
G
Bien vu, sans doute ! "America first" !!!<br /> <br /> La difficulté présente (déjà un peu ancienne) est de nous débarrasser de nos leurres, de la dépendance consentie ou recherchée par rapport aux Etats Unis, et de vouloir une Europe démocratique, juste, unie, lucide - et non des Etats datant du XIXè siècle, crispés sur leurs identités "nationales" et renfermés dans une illusoire souveraineté. <br /> <br /> Une vraie question de survie et de vraie raison. Mais je suis trop peu informé sur ces questions.<br /> <br /> Gérard
Répondre
E
Tu es aussi informé que moi. D'accord pour l'Europe démocratique, unie, lucide et non le repli sur les nations d'un autre siècle...
C
Etienne<br /> <br /> Merci Etienne pour ton blog<br /> <br /> D'abord, fais beaucoup attention aux gens qui arrivent à la maison, écoute tout de suite l'inconscient, avant de les laisser entrer dans l'appart !<br /> <br /> Pour Trump, depuis Jérusalem, je suis dégoûtée, Il faut réagir,: lui renvoyer son ridicule, qui est un pick pocket.... il faut réagit, ce clown il peut aller loin.
Répondre
E
Il sait bien cacher son jeu et tout le monde est dupe.
H
Je suis tout à fait d’accord, .
Répondre
E
Je vois que nous sommes sur la même longueur d'ondes.
T
Le leurre du nucléaire<br /> <br /> Comme tous les pickpockets, Trump a ses leurres et je pense que le nucléaire de l’Iran en est un. Il ne s’agit pas d’abord d’arrêter la production d’une éventuelle bombe atomique mais de marginaliser le pétrole iranien pour faire remonter les cours du brut et rentabiliser le pétrole et le gaz de schiste aux Etats-Unis. Le résultat recherché est déjà là à tel point que Total va abandonner son énorme investissement et contribuer à bloquer la production pétrolière de Téhéran. Et le prix mondial du pétrole remonte déjà à grande allure au point que cela pourrait mettre en péril l’économie mondiale au profit des seuls Etats-Unis.
Répondre
L
La redoutable technique du pickpocket du métro<br /> Il repère ses victimes sur le quai, en regardant les sacs, les comportements. Quand il voit une jeune femme passer un coup de fil ou consulter l’écran, il la suit dans le wagon. Et arrache l’appareil une demi-seconde avant que les portes ne se referment. La scène s’est produite samedi 7 janvier, à 19 h 50, dans la station Bellecour à Lyon. Sauf que la police avait détecté le manège du pickpocket. Le temps que la victime fasse demi-tour à la station suivante, il était interpellé, en possession de l’iPhone. Condamné à trois reprises dans le passé, Jordan C., 21 ans, a écopé, lundi soir, de six mois de prison avec sursis, dont trois mois avec sursis et mise à l’épreuve pour vol en récidive. Le parquet avait requis un an ferme. Mais l’avocate de la défense a plaidé « une sanction intelligente » en faveur d’un jeune homme au parcours chaotique. Décrit comme hyperactif, placé en foyer très jeune, peu capable de s’exprimer. Qui a dégradé la cellule de garde à vue. « Très souvent, on tombe dans la violence quand on n’arrive pas à communiquer », a plaidé l’avocate. Le tribunal a prononcé une obligation de soins.
Répondre
M
Un ami vient de me raconter histoire qui lui est arrivée hier et qui, par certains côtés, est assez proche de celle qui m’est arrivée, il y a une semaine. Il est dans une église et un homme bien habillé vient le voir. Il souhaiterait voir le curé de la paroisse. En fait, cela ne semble ni possible ni opportun. Alors, l’homme raconte son histoire. Il a l’intention de se convertir au christianisme. Médecin urologue, il voudrait venir s’installer dans la ville, alors qu’il exerce, pour le moment, dans l’est de la France. Venu pour s’informer, il vient de constater qu’on lui a volé sa voiture avec sa sacoche, cachée dans le coffre. Le voilà sans argent. L’ami l’emmène chez lui pour parler davantage et le laisse avec sa femme car il doit s’absenter quelques minutes. La victime malheureuse ne souhaite pourtant pas révéler ses problèmes à une femme et attend le retour du mari. Là-dessus, le curé signale par téléphone qu’un ciboire a été volé et que les hosties ont été répandues sur le sol. Le mari ne fait pas le lien et pourtant l’homme lui demande s’il y a des protections contre le vol dans l’église et si les ciboires sont en or massif. Et puis, le médecin doit rester plusieurs jours dans la ville et payer l’hôtel sans avoir le moindre sou. Il voudrait qu’on lui prête plusieurs centaines d’euros qu’il remboursera avec une bonne aumône pour l’église. Pour rassurer le prêteur qu’il sollicite, il lui donne son adresse et même son numéro de téléphone. Celui-ci n’écoutant que son cœur ouvre son portefeuille et se montre particulièrement généreux. Une fois le sollicitant parti, il passe un coup de téléphone au numéro qui lui avait été donné, mais il tombe sur une personne qui n’a rien à voir avec un médecin urologue. La supercherie est ainsi dévoilée mais il est trop tard car l’oiseau s’est envolé.
Répondre
E
Ce cas de vol se rapproche de ce qui m’est arrivé car l’histoire racontée a été bien préparée dans tous ses détails, y compris avec le projet de conversion alors que le début de l’affaire se passe dans une église. Mais ici, il s’agit probablement d’une mafia, comme il en existe plusieurs en France, actuellement. Dans mon cas, ce sont simplement des pickpockets très professionnels.
G
Cet article est maintenant référencé par google.
Répondre
O
"Notre valeur est au plus haut non pas quand nous rabaissons les gens mais quand nous essayons d'élever tout le monde ensemble",
Répondre
G
OUI.<br /> Et aussi tout ce que "l'Europe" peut réunir de puissance politique, diplomatique, économique, militaire etc., nonobstant son obédience aux Etats Unis, large et ancienne, ou plus récente ou plus ouvertement du côté de l'est.<br /> Un instinct de survie qui stimulera la raison raisonnable ?<br /> A suivre
Répondre
E
Nous sommes progressivement sur la même longueur d’ondes lorsque tu parles d’un d’Un instinct de survie qui stimulera la raison raisonnable.<br /> A plus !
G
Je dirais plutôt "Qu’il reste chez nous des casseurs et des voleurs" à l'abri d’une vitrine attrayante. Macron en est le principal élément. Bien qu’intelligent, il a pu sous-estimer l’interlocuteur, ou se surestimer parce qu'intelligent ? Trump l'est aussi ! <br /> Je reverrai aussi ce que dit Bourdieu à propos de de l'Etat. Question qui est à l'arrière-plan de mes instits de 1833 et de la construction, par la loi Guizot, du système national de l'enseignement primaire (à quoi je reviens).<br /> J’y retourne<br /> A une autre fois.<br /> Gérard
Répondre
E
Je pense en effet que Macron a sous-estimé son interlocuteur. Comme Macron est considéré comme une vedette par la classe internationale Trump a cherché à l’avoir dans son jeu pour faire apparaître qu’il est encore plus fort que lui. C’est le combat entre la raison et l’instinct en politique. Avec Trump, l’instinct l’emporte sur la raison. Peut-être Faut-il ajouter à la raison un peu d’instinct pour mettre à mal la stratégie dangereuse de Trump….
G
Cher Etienne,<br /> Je suis navré pour ta mésaventure et ravi par l'analyse que tu en fais. Tu dis très clairement, je trouve, comment fonctionnent nos sociétés, ce dont Trump (merci à lui) donne une image caricaturale et d'autant plus éclairante.<br /> Je ne te dirai rien de nouveau ou que tu ne saches déjà.<br /> L'institution, ou l'institutionnalisation, qui organise la société et la fait tenir (l'Etat et ce qui s'ensuit) organise un spectacle, des rites basés sur un ensemble de mythes et de mystifications (les « romans nationaux » par exemple), qui ont pour premier effet de faire diversion en plaisant et en réunissant. A l'abri de quoi, les décisions qui comptent peuvent être prises discrètement (opérations spéculatives, licenciements en masse, liquidation du service public, etc....). Puis les victimes sont transformées en coupables de ce qui leur arrive et qu'ils refusent parfois : ils ne comprennent rien à l'économie mue par des forces naturelles contre lesquelles on ne peut rien, sauf « réformer » pour que ces forces soient libérées ; or ils refusent les « réformes » : ils sont conservateurs ; ou, si elles ne leur suffisent pas, ils sont au contraire « extrémistes ». Ce qui est pire.<br /> Trump y va de bon cœur. Sans respecter les codes du spectacle. Il en donne un autre, qui inquiète, non seulement parce qu'il est brutal et cynique, mais parce qu'il est révélateur. Heureusement, nous avons Macron, qui donne le spectacle d'un gentil jeune homme propre sur lui et intelligent, et ouvert (sauf aux discussions). C'est ainsi qu'il fait diversion, par rapport à Trump, son ami qu'il va modérer, vous allez voir ! , et rassure. Mais surtout, du même coup, il ferait presque oublier qu'il y a, ici aussi, comme des voleurs et des casseurs dans la maison.<br /> <br /> Cordialement.<br /> Gérard
Répondre
E
Merci Gérard, tu vas plus loin que moi car tu n’appliques pas simplement à Trump l’analyse que j’ai faite mais aussi à l’institution. Il faudra que j’y réfléchisse. Il est possible que l’on retrouve cela dans Althusser lorsqu’il parle de l’idéologie. Je conçois bien qu’il y ait un lien entre idéologie et institution, qui fonctionnerait comme un miroir en nous renvoyant une image inversée de la réalité. Il y a là de quoi penser.<br /> En ce qui concerne Macron, je pense qu’il n’a pas vu le danger en voulant jouer avec Trump. Trump recherche des joueurs mais c’est pour gagner à tout coup. Il est ravi d’avoir un partenaire à sa mesure avec le président de la Corée du Nord, mais c’est sans doute pour en faire une seule bouchée.<br /> Qu’il reste chez nous des casseurs et des voleurs en dépit d’une vitrine attrayante, tu as sans doute raison….<br /> Bien amicalement.
H
j'ai lu avec intérêt !
Répondre
E
Merci Hugues !
H
Ton hypothèse est fascinante.
Répondre
H
Pour moi, c'est presque une hypothèse validée par le comportement constant de Trump.
O
Merci à Olivier de faire référence à ce texte. Vous verrez vous-mêmes la référence en appuyant sur son nom.
Répondre
P
J'espère que tu n'as pas trop perdu!<br /> Quand on évoque ces incivilités, c'est la tendance vers de plus en plus d'émotion.qui est ressentie et fait peur, et non pas ce qui se passe a l'instant "t"? C'est vrai pour plein de choses. Les médias, politiques et associations ne prennent jamais en compte ce facteur "variations temporelles ".
Répondre
E
C’est bien sur le décalage que jouent les pickpockets. Ils nous ferment les yeux sur le présent, sur la réalité, si bien que nous ne voyons pas ce qui se passe. Nous avons en effet de la peine à faire fonctionner nos deux yeux pour voir, en même temps, l’apparence et la réalité. Alors est-ce que les médias, les politiques et les associations nous éduquent pour un double regard ? Ce n’est pas sûr.<br /> J’ai un peu perdu mais finalement pas trop.

  • : le blog mythesfondateurs par : Etienne
  •   le blog mythesfondateurs par : Etienne
  • : Mythes, articles à partir des mythes, réactions sur le site Mythes fondateurs http://mythesfondateurs.over-blog.com/ Le mythe et le conte sont la parole dans sa première gestation. C'est pourquoi, si la parole est malade, comme le dit Vittorio Gasman, il devient urgent de revenir à ses fondements qui sont encore à notre disposition, à travers les mythes et les contes. Lorsque la parole ne fonctionne pas, c'est la violence qui gagne. Les mythes et les contes, par l'apprentissage du processus symbolique qu'ils proposent, sont là pour nous aider à faire sortir la parole de la violence. C'est de la naissance de l'homme lui-même dont il s'agit.
  • Contact

Recherche

Articles RÉCents

Blog De Mythes Fondateurs

Liens

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -