Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 février 2017 3 08 /02 /février /2017 16:02


 

Comment j’ai retrouvé la vue

 

Je n’ai jamais été aveugle mais jusqu’ici je ne savais pas voir. Vous allez le comprendre facilement à partir d’une histoire plutôt banale. Mais cette histoire banale m’a ouvert sur une donnée fondamentale de la vie.


Une histoire de lunettes

En novembre dernier, j’assiste à une réunion et en revenant je m’aperçois que je n’ai plus mes lunettes. Lorsqu’on en a besoin, les lunettes, c’est quelque chose de vital. Alors je téléphone immédiatement au restaurant où nous avons pris notre repas : les lunettes ne sont pas là. Un peu plus tard, je passe un coup de fil à la salle où nous avons participé à notre réunion : rien n’a été retrouvé. J’interroge également la police municipale et les objets trouvés mais sans plus de succès. Il reste un mendiant qui m’a montré ma route : en marchant, en étant proche de moi, il a pu plonger sa main dans ma poche. Mais s’il l’a fait, c’est qu’il était vraiment dans le besoin et si j’ai pu lui permettre de lire le journal, je m’en réjouis. Alors, comme tout le monde, mon premier réflexe est d’acheter une nouvelle paire de  lunettes vendues dans les pharmacies : elle me permettra de tenir tout le mois de décembre.

Au mois de janvier, je me décide quand même à aller voir l’ophtalmologue. Il me fait une ordonnance et je me dirige chez un opticien qui fait ses essais et prend en charge ma commande.


Un souci de perfection

Huit jours plus tard, je récupère une paire de lunettes intermédiaires et une paire de lunettes pour lire de près. Chez l’opticien, elles me semblent convenir, mais lorsque j’arrive à la maison, je perçois des imperfections.  Or il se trouve que j’éprouve un grand plaisir des yeux lorsque je vois bien. Si je ne vois pas très bien, ce plaisir disparaît. Alors l’idée me vient d’aller voir une orthoptiste. Après deux rendez-vous qui lui permettent de faire une expertise, elle me livre une prescription pour des prismes qui seront ajustés sur les verres de lunettes. Déjà je savoure mon nouveau plaisir en attendant qu’Essilor confectionne les prismes commandés.


La catastrophe

Les prismes arrivent assez rapidement et l’opticien vérifie qu’ils correspondent bien à la commande. Cette vérification assurée, il les dispose sur les verres de mes deux paires de lunettes. « Essayez-les » me dit-il. Je prends d’abord les lunettes intermédiaires ; ma déception est immense, les lignes chevauchent les unes sur les autres. C’est le tour ensuite des lunettes pour lire de près : je ne peux pas lire parce que la vision se trouble. Devant mon angoisse, l’orthoptiste me donne un rendez-vous presque immédiat. Ses mesures étaient justes. Alors, l’idée lui vient d’enlever un prisme sur deux. Elle m’installe sur son ordinateur et je constate que tout semble bien marcher. Pourtant une nouvelle déconvenue allait se présenter.


L’émerveillement

Arrivé à la maison, je m'aperçois que le remède est finalement inefficace. C’en est trop. Ma décision est prise d’enlever tous les prismes sans demander conseil. Tout à coup, je vois parfaitement bien avec chaque paire de lunettes. Bien plus, je peux même lire sans lunettes. Le plaisir de bien voir revient et ma joie est profonde. Certains penseront au miracle et pourtant il n’y a pas eu de miracle.


Laisse tomber tes béquilles et marche

Dans les évangiles, les gens pensent que Jésus fait des miracles. Et pourtant la plupart du temps, lui-même sait que c’est faux. Il dit simplement : « Va, ta foi, (c’est-à-dire ta nouvelle manière de penser), t’a sauvé ». Il a compris que l’homme croit guérir ou se sauver en confectionnant des béquilles. Or, pour lui, ce sont souvent les béquilles qui empêchent de marcher. Ainsi, dans mon cas, vouloir utiliser des prismes pour bien voir, c’était aussi recourir à des béquilles qui allaient m’empêcher de voir. Cela n’est pas une critique du travail des orthoptistes, qui sont très utiles dans bien des cas. Mais, en ce qui me concerne, là n’était pas la solution. En fait c’était pourtant une partie de la solution, car, en me défaisant des prismes, j’ai pu me défaire de l’idée que le recours aux béquilles était bienfaisant. Il fallait chercher ailleurs pour voir véritablement.


La vue, c’est d’abord un don qu’il faut savoir accueillir

Au départ, il y a quelque chose qui est donné, il existe un don de la vue, comme un don de la vie : avant que je ne fasse rien, ça voit en moi, le voir est déjà là. Et c’est dans ce don qu’est l’énergie du voir. Si je cherche à voir vraiment, je suis comme le chercheur qui commence par  s’appuyer sur ce qui est donné, pour y puiser l’énergie de sa recherche. Il ne peut rien faire sans cela. Avant de faire confiance à mes lunettes et à mes prismes, j’ai besoin de capter l’énergie du voir, c’est-à-dire d’accueillir le don de la vue.


Mais comment accueillir le don de la vue sans accepter de manquer?

En enlevant les prismes de mes verres de lunettes, j’ai accepté de manquer et c’est pour cette raison que j’ai été renvoyé au don de la vue, à l’énergie du voir qui m’a comblé de plaisir. En fait, comme je l’ai déjà dit, le don de la vue n’est qu’un cas particulier et pourtant essentiel du don de la vie. Or comment vais-je accueillir le don de la vie sans passer par le manque pour entrer dans la dynamique de l’existence ? Que je le veuille ou non le manque est la nourriture du désir et le désir me permet de jouir de la vie, aussi pleinement qu’il est possible.


Bienheureux les pauvres, les affamés, les affligés…

En réalité, les béatitudes, en dehors de toute dimension religieuse, ne font que révéler une loi fondamentale de la vie : il faut manquer pour recevoir. Et le Christ, comme d’autres chercheurs de sagesse, a su, au départ, accepter le don de la vue pour le reconnaître.

Etienne Duval

 

________________

Partager cet article

Repost 0
Published by Duval Etienne
commenter cet article

commentaires

Claude 02/05/2017 21:12

Chaque jour, trouver dans une page de la bible, un sens qui rejoint mon experience du moment : un plaisir. J'aime trouve dans les miracles leur sens symbolique.
Merci.

Duval Etienne 02/05/2017 21:58

Une méthode spirituelle intéressante...

Ophtalmologue tunisien 16/02/2017 01:45

Bonsoir, exactement le calme permet de tout remettre en place.

Etienne Duval 16/02/2017 01:50

C'est intéressant d'établir une relation entre le vide, le manque et le calme. Si j'ai ;bien compris, le manque ou le vide vont permettre de retrouver le calme. A réfléchir encore...

François Cheng 13/02/2017 21:29

Passages de « Vide et plein » de François Cheng (éditions du Seuil 1970)

1- La conception du vide

a) Le Vide fondement de l’ontologie taoïste

(p.27) Le Vide est le fondement même de l'ontologie taoïste. Ce qui est avant Ciel-Terre, c’est le Non-avoir, le Rien, le Vide. Au point de vue de la terminologie, deux termes ont trait à l'idée du Vide : wú 無 / 无 et xū 虛 / 虚 (par la suite, les bouddhistes privilégieront un troisième terme : kōng 空 ). Les deux, étant solidaires, sont parfois confondus. Néanmoins, chacun des deux termes peut être défini par le contraire qu'il appelle. Ainsi wú 無 / 无, ayant pour corollaire yǒu 有« Avoir», est généralement traduit en Occident, par « Non-avoir » ou « Rien »; tandis que xū 虛 / 虚, ayant pour corollaire shí 实/實 « Plein », est traduit par « Vide ».
Lao Zi (40)
天下万物生于有,有生于无
L’Avoir produit les Dix mille êtres, mais l’Avoir est produit par le Rien

Chuang Zi (Ciel-Terre)
A l’origine, il y a le Rien (wú 無 / 无); le rien n’a point de nom (無名).
Du Rien est né l’Un; l’Un n’a point de forme.


b) Le Vide vise la plénitude

(p.29) Le Vide n’est pas seulement l’état suprême vers lequel on doit tendre; conçu comme substance lui-même, il se saisit à l’intérieur de toutes choses, au cœur même de leur substance et de leur mutation.
Le Vide vise la plénitude. C’est lui en effet qui permet à toutes choses « pleines » d’atteindre leur vraie plénitude.

Lao Zi (45)
大盈若冲,其用不穷
La grande plénitude est comme le vide; alors elle est intarissable

(pp.29-30) Dans l’ordre du réel, le Vide a une représentation concrète: la vallée. Celle-ci est creuse, et, dirait-on, vide, pourtant elle nourrit et fait pousser les choses; et portant toutes choses en son sein, elle les contient sans jamais se laisser déborder et tarir. […]
L’image de la vallée est liée à celle de l’eau. L’eau comme les souffles, apparemment inconsistante, pénètre partout et anime tout. Partout le plein fait le visible de la structure, mais le Vide structure l’usage.

Lao Zi (78)
天下莫柔弱于水,而攻坚强者莫之能胜,以其无以易之
Rien au monde de plus souple de plus faible que l’eau.
Mais pour attaquer le fort, qui sera jamais comme l’eau? Le Vide en elle l’a rend transformante.

[…]
Lao Zi (11)
三十辐,共一毂,当其无,有车之用。
  埏埴以为器,当其无,有器之用。
  凿户牖以为室,当其无,有室之用。
  故有之以为利,无之以为用
Trente rayons se rejoignent en un moyeu unique; ce vide dans le char en permet l’usage.
D’une motte de glaise on façonne un vase; ce vide dans le vase en permet l’usage.
On ménage portes et fenêtres pour une pièce; ce vide dans la pièce en permet l’usage.
L’Avoir fait l’avantage, mais le Non-avoir fait l’usage.


2- Le vide dans la peinture chinoise

(pp. 42-43) C'est dans ce contexte à la fois philosophique et esthétique qu'intervient l'élément central de la peinture chinoise ; le Trait de pinceau. Nous allons voir, plus loin, tout le contenu spécifiquement pictural du Trait. Ici, sous l’angle philosophique, il nous suffit de souligner que le Trait tracé, aux yeux du peintre chinois, est réellement le trait d’union entre l’homme et le surnaturel. Car le Trait, par son unité interne et sa capacité de variation, est Un et Multiple. Il incarne le processus par lequel l’homme dessinant rejoint les gestes de la Création. (L’acte de tracer le Trait correspond à celui même qui tire l’Un du Chaos, qui sépare le Ciel et la Terre). Le Trait est à la fois le Souffle, le Yin-Yang, le Ciel-Terre, les Dix-mille êtres, tout en prenant en charge le rythme et les pulsions secrètes de l’homme.

(p.47) Le Trait dont nous venons de cerner la réalité ne fonctionne à plein que grâce au Vide. S’il doit être animé par les souffles et le rythme, il faut avant tout que le Vide le précède, le prolonge, et même le traverse.
François Cheng

Etienne Duval 13/02/2017 21:30

Le vide nous met sur la voie du manque et, en un sens, il est aussi le manque….

Jean Puel 13/02/2017 18:21

Bonsoir, j'ai compris, je pense: MANQUE d'une situation ou d'un état = DESIR de la (le) susciter. Je vais essayer en ce qui concerne mes douleurs au niveau des paupières et des larmes qui envahissent mes yeux.

Etienne Duval 13/02/2017 18:22

Si ça marche, ce sera merveilleux, mais tu m’avertiras….

Jean Puel 13/02/2017 12:12

Bonjour Etienne, Je viens de lire ton dernier article, opération qui était en attente depuis quelque temps car j'étais fort occupé (c'est fou le manque de temps que l'on peut éprouver lorsque, âgé on a plusieurs tâches à accomplir en peu de temps !), bref, ton histoire de lunettes perdues et la suite qui en a résulté, surtout la suite, sont bizarres; sa conclusion "il faut manquer pour recevoir" m'interpelle, " Comment recevoir qud on éprouve le manque?" C'est la question qui me vient aussitôt à l'esprit. Peux-tu, svp, me donner ton point de vue?

Etienne Duval 13/02/2017 12:14

Pour moi cette histoire fut une véritable révélation. C’est à partir du moment où j’enlève mes prismes (mes béquilles des yeux) que je suis renvoyé au bien voir. En enlevant mes prismes, je me mets dans le manque apparent du bien voir et c’est ce manque qui me renvoie au bien voir. Autrement dit j’imaginais que je voyais avec mes lunettes, mais en fait il y a une vision plus fondamentale en moi qui précède tous les voir. C’est le sujet qui voit, ce ne sont pas mes lunettes. J’ai été renvoyé au sujet qui voit. Mais sans doute n’est-ce pas encore très clair. D’une manière générale le manque de quelque chose suscite en moi le désir d’avoir cette chose. Et le désir est une force intérieure qui va tout faire pour atteindre la chose désirée. Tu manques d’air dans le lieu où tu habites, alors ce manque va susciter le désir de monter en Aveyron et démultiplie tes forces pour réaliser ton projet.

  • : le blog mythesfondateurs par : Etienne
  •   le blog mythesfondateurs par : Etienne
  • : Mythes, articles à partir des mythes, réactions sur le site Mythes fondateurs http://mythesfondateurs.perso.cegetel.net/
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Blog De Mythes Fondateurs

Liens

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -